Advertisement

Priez pour la justice et la paix au Soudan, implore un évêque catholique dans son message de Noël

Mgr Yunan Tombe Trille Kuku Mgr Yunan Tombe Trille Kuku

L'évêque du diocèse catholique d'El Obeid au Soudan a, dans son message de Noël et de Nouvel An 2022, appelé le peuple de Dieu sous sa responsabilité pastorale à prier pour la réalisation de la paix et de la justice dans la nation du nord-est de l'Afrique.

Dans son message partagé avec ACI Afrique dimanche 19 décembre, Mgr Yunan Tombe Trille Kuku note que Noël au Soudan doit être célébré dans le contexte de ce qu'il appelle "la troisième année de la révolution continue", faisant référence au troisième anniversaire du début des manifestations qui ont renversé Omar al-Bashir. 

Mgr Trille souligne l'esprit de Noël en relation avec le Soudan en disant : "Aujourd'hui, célébrer l'anniversaire du Christ, le Verbe et l'Esprit de Dieu, qui est devenu un être humain, afin que chaque être humain aime les autres comme on s'aime soi-même, afin que cela s'incarne dans l'amour de la grande patrie - le Soudan, qui nous garantit en tant que confréries, en tant que peuple et grande nation qui a un héritage, la civilisation d'une longue histoire. "

L'évêque soudanais ajoute que Noël "est un jour où l'on élève des prières et des supplications au Prince de la Paix pour le bien de la justice et de la paix dans notre pays."

Il exhorte les chrétiens du Soudan "à se rendre dans nos églises pour prier et célébrer" le jour de Noël. 

Advertisement

"Je demande que des supplications, des prières, des pétitions et des remerciements soient offerts à tous, aux rois et à tous ceux qui détiennent l'autorité, afin que nous puissions mener une vie calme et tranquille en toute dévotion et dignité", déclare l'évêque du diocèse d'El Obeid, qui est également président de la Conférence des évêques catholiques du Soudan (SCBC), dans son message de Noël et de Nouvel An 2022 transmis à ACI Afrique. 

Prier pour tous, dit Mgr Trille, "est bon et agréable à Dieu, notre sauveur qui veut que tous soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité."

L'évêque catholique qui est à la tête du SCBC qui réunit les chefs des diocèses du Soudan et du Soudan du Sud depuis janvier 2020 décrit Noël comme "une fête spirituelle du renouvellement de la foi, de la confiance en Dieu."

Il encourage le peuple de Dieu sous sa responsabilité pastorale à "vivre en aimant Dieu, en écoutant la parole de Dieu qui veut nous faire participer à l'établissement de la paix."

" Noël, nous cherchons à aimer Dieu et l'autre, car celui qui n'aime pas, ne connaît pas Dieu ; Dieu est amour, et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu et Dieu est en lui. Noël rend cela possible, nous fêtons la paix avec le Chef de la Paix", dit Mgr Trille.

More in Afrique

Il poursuit : "La célébration de Noël est un moment de don, au cours duquel nous échangeons des cadeaux, des bénédictions et des félicitations. C'est le moment où nous pensons aux autres, un moment d'altruisme, où nous pardonnons, et où nous évaluons notre vie, notre comportement et notre relation avec Dieu et les gens pour changer et devenir une meilleure personne que nous le sommes maintenant."

Dans son message de Noël et du Nouvel An 2022, l'évêque catholique qui est à la tête d'El Obeid depuis son ordination épiscopale en avril 2017 affirme que le peuple soudanais a besoin d'un pays où il est tous pacifique et libre de toute forme de discrimination. 

"Cette année, nous célébrons Noël au cours de la troisième année de la révolution continue qui porte les slogans de la liberté, de la paix, de la justice et du Soudan qui accueille tout le monde et qui attend avec impatience le changement et la construction d'un nouveau Soudan dans lequel tout le monde est égal, comme un seul peuple et une seule nation ; le Soudan, qui est pour les Soudanais sans discrimination", dit-il. 

Le chef de l'Église catholique, qui aura 58 ans le mois prochain, note que "la discrimination, l'exclusion et la marginalisation ont été l'approche des nouveaux régimes qui ont dirigé notre pays depuis l'indépendance et qui ont conduit à ce que nous vivons actuellement."

La nation à laquelle aspirent les citoyens de ce pays d'Afrique du Nord-Est est celle des "Soudanais qui croient en Dieu et en la valeur et les capacités de ce grand pays", dit-il, ajoutant que c'est "le droit de chaque Soudanais de profiter de ses richesses et de ses capacités, car il englobe tout le monde sans discrimination."

Advertisement

"On constate que depuis le déclenchement de la révolution, les politiciens et les entités politiques sont préoccupés par les chartes, les pistes et les évaluations politiques, qui sont devenues une menace de démantèlement du pays sur une base tribale et ethnique ou régionale dans la lutte effrénée pour le pouvoir et la ruée vers les richesses, ce qui brouille les pistes au point que le citoyen qui n'a rien à voir avec ce jeu politique se demande où va le pays", note Mgr Trille.

Il note également que les conflits tribaux sont devenus "un phénomène dangereux qui apparaît partout dans le pays".

L'Ordinaire d'El Obeid met l'accent sur les crises de Jebel Moon au Darfour, d'Abu Jubiayha et de Kaluqi au Sud-Kordofan et de la Mer Rouge à Port-Soudan et déclare que dans ces régions soudanaises, la violence "exige des efforts concertés de tous pour arrêter l'hémorragie, car la chose la plus importante est que le Soudan existe, tandis que la richesse et le pouvoir disparaîtront."

La semaine dernière, l'évêque émérite du diocèse d'El Obeid a déploré l'instabilité au Soudan et au Sud-Soudan, déclarant que le peuple de Dieu dans les deux pays voisins vit "sans amour et sans paix" et que les deux pays ont continué à compter sur le soutien des autres.

Dans sa prière de Noël intitulée "Les gens armés apportent la souffrance et la mort, Jésus apporte la paix et la vie", Mgr MacraMax Gassis a déploré le fait que dans les deux pays, "de nombreuses personnes ont été fauchées par cet affreux instrument de mort". "

Le membre des Missionnaires Comboniens (MCCJ) a ajouté que certaines personnes "vivent dans un besoin abject de nourriture, d'eau potable, de services médicaux et le besoin d'un abri décent. Cela nous a fait devenir des mendiants dans de nombreux pays".

Mgr Macram a prié pour que ceux qui gouvernent les nations du Soudan et du Soudan du Sud avec cruauté se convertissent.