Advertisement

Soyez des parents pour les élèves, dit un prêtre ougandais aux enseignants suite à la réouverture des écoles après 22 mois

Les écoles ougandaises accueillent des enfants qui ont subi des transformations pendant ce qui a été décrit comme la plus longue fermeture d'école au monde, a déclaré un prêtre catholique de la Conférence épiscopale ougandaise (UEC), qui a appelé les enseignants de ce pays d'Afrique de l'Est à "être des parents" pour les apprenants.

Dans une interview accordée à ACI Afrique, le secrétaire exécutif pour l'éducation à l'UEC a prévu qu'un nombre important d'apprenants ne retourneraient pas à l'école après leur long séjour à la maison et que ceux qui y retournent ont vécu diverses expériences qui ont "changé leur vie".

"Les enfants qui vont à l'école ont subi diverses expériences traumatisantes et qui ont changé leur vie. D'autres ont acquis des comportements sociaux indésirables. Nous demandons instamment à leurs enseignants d'être plus des parents pour ces enfants que de simples tuteurs", a déclaré le père Ronald Okello lors de l'interview du mercredi 12 janvier.

Les écoles ougandaises ont rouvert leurs portes le lundi 10 janvier, mettant fin à la fermeture mise en place en mars 2020 dans le cadre des restrictions COVID-19 du pays.

Le président ougandais Yoweri Museveni a levé une majorité des restrictions dans le pays en septembre dernier, mais il a laissé les écoles fermées.

Advertisement

Le Père Okello, dont le bureau coordonne les 19 diocèses catholiques de l'Ouganda en matière d'éducation, a déclaré que les enfants qui n'auront peut-être pas l'occasion de retourner à l'école comprennent des apprenantes qui sont tombées enceintes pendant la fermeture des écoles. D'autres sont des garçons qui ont trouvé un emploi alors qu'ils n'étaient pas à l'école.

"Beaucoup de jeunes filles sont enceintes et ne sont pas sûres de pouvoir reprendre l'école. Les garçons, quant à eux, ont cherché un travail occasionnel et ne retourneront peut-être jamais en classe. Ils ont déjà trouvé du réconfort dans le peu d'argent qu'ils gagnent", a-t-il déclaré.

À la maison, certains enfants ont été exposés à la violence domestique et à d'autres formes d'expériences traumatisantes, a noté le membre du clergé de l'archidiocèse de Gulu en Ouganda, et a souligné la nécessité pour les enfants de trouver la guérison dans leurs écoles.

Le père Okello a déclaré à ACI Afrique que la situation en Ouganda avait été désastreuse pendant la fermeture des écoles et que divers groupes de personnes avaient été affectés, notamment les apprenants, leurs parents et même les enseignants.

"Certains enseignants des écoles privées, ceux qui ne sont pas payés par le gouvernement, sont partis et ne reviendront peut-être plus jamais enseigner. Nous avons vu beaucoup d'entre eux s'aventurer dans d'autres activités génératrices de revenus, notamment dans le secteur des taxis", a-t-il déclaré, ajoutant que les écoles risquent de connaître un ratio élèves/enseignant élevé lors de leur réouverture.

More in Afrique

De nombreux parents ont également perdu leur emploi pendant la fermeture et ne seront peut-être jamais en mesure de subvenir pleinement aux besoins de leurs enfants lorsqu'ils retourneront à l'école, a déclaré le père Okello, qui a appelé les directeurs d'école à proposer des plans de paiement favorables aux parents les plus touchés par la pandémie.

Les écoles en Ouganda peuvent également connaître une congestion après que la plupart des écoles privées aient fermé leurs portes en raison de la pandémie, a déclaré le prêtre catholique à ACI Afrique lors de l'interview du 12 janvier.

"Ici en Ouganda, de nombreuses écoles privées ont été fermées définitivement parce qu'elles ne recevaient aucun soutien du gouvernement. Beaucoup ont des prêts à rembourser et pourraient ne jamais rouvrir", a déclaré le responsable de l'UEC, avant d'ajouter : "Cela aura un impact terrible sur les écoles restantes, car elles doivent admettre un nombre considérable d'apprenants."

Le séjour prolongé des enfants scolarisés à la maison a toutefois donné aux parents l'occasion de tisser davantage de liens avec leurs enfants, a observé le père Okello.

"Nous présumons qu'il y a eu beaucoup plus d'activités parentales à la maison pendant que les écoles restaient fermées. Les parents ont également eu l'occasion de créer des liens avec leurs enfants. De nombreuses valeurs culturelles et familiales qui ne sont pas enseignées à l'école ont, espérons-le, été transmises aux enfants lorsqu'ils sont restés à la maison", a-t-il déclaré.

Advertisement

Le responsable de l'éducation à l'UEC a déclaré que les parents du pays avaient toutefois accueilli la réouverture des écoles avec enthousiasme.

"C'est une bonne nouvelle dans toutes les régions du pays. La fermeture des écoles en Ouganda a été la plus longue au monde et tout le monde était frustré", a déclaré le père Okello, qui travaille au département de l'éducation depuis quatre ans, et a ajouté : "En tant que département, nous sommes une partie prenante importante dans les questions d'éducation du pays et nous étions constamment harcelés pour pousser à la réouverture des écoles."

Aljazeera rapporte que les groupes de défense des droits de l'enfant avaient critiqué la décision de l'Ouganda de maintenir les écoles totalement ou partiellement fermées pendant 83 semaines, soit plus longtemps que partout ailleurs dans le monde.

Alors que les écoles restaient fermées en Ouganda, le département de l'éducation de l'UEC a mené diverses activités pour rester en contact avec les apprenants, notamment en organisant des talk-shows en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

Le département de l'éducation des évêques catholiques en Ouganda a également organisé des sessions avec les parents sur les pratiques clés de soins familiaux, a déclaré le Père Okello à ACI Afrique lors de l'interview du 12 janvier.

En Ouganda, le département de l'éducation catholique fait le lien avec le ministère de l'éducation et des sports du pays en termes de formulation de politiques et de conseils.

Le département supervise également l'enseignement de l'éducation religieuse dans les écoles du pays, a déclaré le Père Okello à ACI Afrique.

Il a expliqué : "Nous veillons à ce que l'éducation religieuse soit appréciée dans nos écoles. En ce moment, nous avons une discussion sur le nouveau programme scolaire qui a rendu l'enseignement de l'éducation religieuse optionnel à un certain niveau. Nous voulons que cette matière soit rendue obligatoire pour tous les apprenants au niveau de base."

En outre, le département de l'éducation supervise l'assurance qualité dans les établissements d'enseignement supérieur ougandais et gère également le ministère de la jeunesse des écoles catholiques dans le cadre d'un ministère international d'évangélisation dans les établissements d'enseignement.

Le département est également en charge du développement intégré de la petite enfance, où il gère divers projets pour les enfants, du stade de la petite enfance au niveau primaire, en partenariat avec l'UNICEF.

Parmi les activités prévues par le département lors de la réouverture des écoles en Ouganda, il y a le projet d'être "plus proche des apprenants et des écoles", a déclaré le Père Okello à ACI Afrique le 12 janvier.

"Nous voulons reconstruire l'image catholique dans nos écoles. Nous nous rendons compte que nous avons beaucoup perdu en termes d'adhésion aux mouvements catholiques dans les écoles. Certains de ces mouvements sont morts et nous avons des plans pour les faire revivre", a déclaré le membre du clergé de l'archidiocèse de Gulu en Ouganda.