Advertisement

Aujourd'hui, 12 janvier, nous fêtons Sainte Marguerite Bourgeoys

Le 12 janvier, les catholiques romains se souviennent de sainte Marguerite Bourgeoys, qui a non seulement fondé une congrégation religieuse, mais qui a également joué un rôle dans la création de la ville canadienne de Montréal.

Marguerite Bourgeoys est née le Vendredi saint de 1620, à une époque d'expansion coloniale et de conflits religieux en Europe. Elle est la septième des treize enfants nés dans la famille bourgeoise d'Abraham Bourgeoys, fabricant de bougies, et de Guillemette Gamier, dans la province de Champagne, au nord-est de la France.

De son propre aveu, Marguerite était "très légère et appréciée des autres filles" pendant son enfance. Son orientation vers l'appel de Dieu commence en 1640, peu de temps après la mort de sa mère. Le 7 octobre de cette année-là, lors d'une procession en l'honneur de Notre-Dame du Rosaire, Marguerite vit une expérience mystique avec une statue de la Vierge Marie à l'abbaye Notre-Dame.

"Nous sommes repassés devant le portail de Notre-Dame, où il y avait une image en pierre au-dessus de la porte", a raconté plus tard Marguerite. "Quand j'ai levé les yeux et que je l'ai vue, j'ai trouvé cela très beau, et en même temps je me suis trouvée si touchée et si changée que je ne me connaissais plus, et à mon retour à la maison, tout le monde a remarqué ce changement."

Plus tard, Marguerite vivra une profonde imitation de la Vierge Marie - qui, comme elle l'a noté, "n'était pas cloîtrée", mais "conservait partout une solitude intérieure" et "ne refusait jamais d'être là où la charité ou la nécessité exigeait du secours." Au XVIIe siècle, il était inhabituel pour les femmes consacrées d'avoir un apostolat actif en dehors du cloître, comme Marguerite allait le faire.

Advertisement

De 1640 à 1652, elle fait partie de la branche "externe" non cloîtrée de la Congrégation de Notre-Dame à Troyes, composée de femmes formées comme enseignantes en association avec l'ordre. Elle a également demandé à être admise dans plusieurs ordres religieux, dont les Carmes, mais a été rejetée. Ayant été refusée, l'enseignante de Troyes a pu se porter volontaire pour un voyage en 1653 vers la colonie canadienne de Québec.

La vie dans la colonie était physiquement très difficile. Lorsque Marguerite est arrivée, elle a constaté que les enfants avaient peu de chances de survivre jusqu'à un âge convenable pour aller à l'école. Néanmoins, elle commence à travailler avec l'infirmière responsable de l'hôpital de Montréal et finit par établir sa première école dans une étable en 1658.

Elle est retournée en France cette année-là et est revenue à Montréal avec trois autres enseignants et un assistant. En raison de leur association avec la congrégation française originale de Notre-Dame, ces femmes ont été appelées les "Filles de la Congrégation".

Elles deviendront plus tard un ordre religieux à part entière : la Congrégation de Notre-Dame de Montréal, dont les sœurs sacrifient leur confort et leur sécurité pour enseigner la religion et d'autres sujets aux enfants du territoire alors connu sous le nom de " Nouvelle-France ". Elles vivaient dans la pauvreté et voyageaient partout où l'on avait besoin d'elles, offrant une éducation et accomplissant les œuvres de miséricorde.

La fondation de l'ordre nécessite deux autres voyages en France, en 1670 et 1680. Au cours du premier, le projet de Marguerite a reçu l'approbation du roi Louis XIV en vertu du droit civil. Cependant, la hiérarchie ecclésiastique se montre réticente à l'égard d'un ordre de femmes sans cloître. Leur règle de vie ne recevra l'approbation finale qu'en 1698, bien que l'évêque de Québec ait autorisé leur travail en 1676.

More in Afrique

Entre-temps, Marguerite et ses compagnes ont poursuivi leur mission d'enseignement et de charité. Cette œuvre fait tellement partie intégrante de la vie à Québec que Marguerite est surnommée la " Mère de la Colonie ".

Bien que les sœurs enseignantes vivent souvent dans des cabanes et souffrent d'autres difficultés, l'ordre se développe. Elles ne se consacrent pas uniquement à l'enseignement des enfants, mais créent également des écoles où elles enseignent aux nouveaux immigrants comment survivre dans leur milieu. À mesure que l'ordre se développait, Marguerite a transmis la direction à l'une des sœurs.

Au cours des deux dernières années de sa vie, la fondatrice - connue alors sous le nom de Sœur Marguerite du Saint-Sacrement - se retire pour prier dans la solitude. Le dernier jour de l'année 1699, après qu'une jeune membre de la communauté soit tombée malade, Sœur Marguerite a prié Dieu de souffrir à sa place. La jeune femme se rétablit, tandis que la fondatrice âgée souffrit pendant douze jours et mourut le 12 janvier 1700.

Le bienheureux pape Jean-Paul II a canonisé sainte Marguerite Bourgeoys en 1982, comme première femme sainte de l'Église catholique au Canada.