Advertisement

Une religieuse catholique qui a secrètement baptisé des bébés sous le communisme décède à 92 ans

Le pape François écoute le discours de Sœur Marije Kaléta dans la cathédrale Saint-Paul de Tirana, en Albanie, dimanche 21 septembre 2014. Capture d'écran de la chaîne YouTube Vatican News. Le pape François écoute le discours de Sœur Marije Kaléta dans la cathédrale Saint-Paul de Tirana, en Albanie, dimanche 21 septembre 2014. Capture d'écran de la chaîne YouTube Vatican News.

Une religieuse albanaise qui a inspiré le pape François par sa foi courageuse sous la persécution communiste est décédée à l'âge de 92 ans.

Sœur Marije Kaleta a risqué sa vie pour apporter la sainte communion aux malades et aux mourants sous le régime du dictateur Enver Hoxha, dont le gouvernement communiste a détruit des églises et martyrisé des catholiques dans le but de créer un État athée.

L'Albanie est un pays de 2,8 millions d'habitants situé dans la péninsule des Balkans, au sud-est de l'Europe, et bordé par le Monténégro, le Kosovo, la Macédoine du Nord et la Grèce. Elle a été sous domination communiste des années 1940 à 1992.

Lors d'une rencontre avec le pape François en Albanie en 2014, la sœur stigmate a partagé l'histoire de la façon dont elle baptisait des bébés en secret pendant cette période de persécution.

Le pape François a été si ému par l'histoire de Kaleta qu'il l'a mentionnée dans une homélie quatre ans plus tard comme "un bel exemple de l'Église en tant que mère."

Advertisement

"Je baptisais non seulement les enfants des villages, mais aussi tous ceux qui se présentaient à ma porte", a déclaré Kaleta au pape dans la cathédrale de Tirana.

Elle a rappelé qu'une fois, alors qu'elle rentrait chez elle, elle a entendu une voix derrière elle.

"C'était une femme avec une petite fille dans les bras qui a couru vers moi et m'a demandé de la baptiser", a-t-elle dit.

Kaleta a dit qu'elle a ressenti une certaine peur car elle savait que cette femme était communiste.

"Je lui ai dit que je n'avais rien pour la baptiser car nous étions sur la route, mais elle a exprimé un tel désir qu'elle m'a dit qu'il y avait un canal avec de l'eau à proximité", a-t-elle dit.

More in Afrique

"Je lui ai dit que je n'avais rien pour recueillir l'eau avec, mais elle a insisté pour que je baptise cette enfant, et voyant sa foi, j'ai enlevé ma chaussure, qui était en plastique, et je l'ai remplie avec l'eau du canal et je l'ai baptisée."

Née à Nënshat, dans le nord de l'Albanie, le 10 novembre 1929, Kaleta a ressenti un appel à la vie religieuse dès son plus jeune âge. Grâce à l'aide de son oncle qui était prêtre, elle a trouvé sa vocation chez les Sœurs Stigmates.

Elle est entrée au couvent dans les années 1940, sans savoir à l'époque qu'elle devrait attendre près de 50 ans avant de pouvoir prononcer ses vœux définitifs.

Le régime communiste l'a obligée à partir et à retourner chez ses parents sept ans après son entrée au couvent.

Après la mort de ses parents, elle a vécu seule et a appris "à maintenir la foi vivante dans le cœur des fidèles, bien que secrètement."

Advertisement

"Grâce au consentement des prêtres, je conservais le Saint-Sacrement dans une armoire chez moi et je l'apportais aux malades et aux mourants", dit-elle.

Lorsque le régime communiste a pris fin en Albanie, Kaleta a pu prononcer ses vœux définitifs en 1991.

"Quand j'y pense, je me demande comment nous avons pu endurer des souffrances aussi terribles, mais je sais que le Seigneur nous a donné la force, la patience et l'espoir", a-t-elle déclaré.

"Le Seigneur a donné de la force à ceux qu'il a appelés, en fait il m'a remboursée de toutes mes souffrances ici sur terre", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle "a eu la chance de devenir religieuse."

Kaleta est décédée le 2 janvier dans son couvent de Shkodër, dans le nord de l'Albanie.