Advertisement

Aujourd'hui, 13 janvier, nous fêtons Saint Hilaire de Poitiers

Le 13 janvier, les catholiques célèbrent saint Hilaire de Poitiers, un philosophe du quatrième siècle dont les études ont fait de lui un champion de la théologie trinitaire orthodoxe pendant l'une des périodes les plus difficiles de l'histoire de l'Église. Il a protégé l'Église et ses membres en défendant brillamment l'humanité sacrée de Jésus tout en vainquant l'arianisme qui niait la place du Christ au sein de la Trinité. Saint Hilaire était un homme doux et courtois, qui s'est consacré à l'écriture d'une des plus grandes théologies sur la Trinité, et qui, à l'instar de son Maître, a été qualifié de "perturbateur de la paix". Au cours d'une période très troublée dans l'Église, sa sainteté a été vécue à la fois dans l'érudition et la controverse.

On sait peu de choses sur la vie de saint Hilaire avant qu'il ne devienne évêque. Comme il se doit, ce que les historiens savent de lui provient essentiellement de détails personnels contenus dans ses vastes ouvrages théologiques. Ces remarques indiquent qu'Hilaire est né dans une famille païenne dans l'actuelle France, très probablement vers 310 - trois ans avant que l'Empire romain ne déclare sa tolérance officielle du christianisme.

Hilaire lui-même a grandi apparemment sans aucune influence chrétienne significative, mais a reçu une éducation complète en latin et en grec. Fait inhabituel à son époque, il a étudié rigoureusement la philosophie grecque et la Bible. Comme beaucoup d'autres Pères de l'Église, il a fini par accepter la vérité de la Bible en reconnaissant sa compatibilité avec la philosophie et les sciences.

Ce processus fut toutefois progressif et ce n'est qu'en 345 - alors qu'il était déjà marié et père d'une fille - qu'Hilaire s'engagea à devenir membre à part entière de l'Église catholique en recevant le baptême avec le reste de sa famille. Son ascension au sein de l'Église n'a cependant pas été progressive : vers 353, les habitants de Poitiers lui ont demandé d'être nommé évêque.

De par sa nature, ce poste impliquait d'énormes responsabilités, ainsi que des sacrifices personnels importants. Si l'Église primitive autorisait certains hommes mariés à devenir évêques, ceux-ci étaient traditionnellement tenus de pratiquer le célibat dans le cadre du mariage, et beaucoup adoptaient un mode de vie radicalement simplifié, proche du monachisme. Certains éléments indiquent qu'Hilaire a suivi cette voie ascétique, une fois ordonné.

Advertisement

De plus, l'élection d'Hilaire comme évêque de Poitiers coïncide avec la deuxième vague de la première grande controverse doctrinale de l'Église, dans laquelle il allait jouer un rôle important. Bien que le concile de Nicée, en 325, ait confirmé le rejet par l'Église de l'arianisme - qui prétendait que Jésus n'était qu'un être humain et non divin - des forces puissantes, tant au sein de l'Église que de l'empire, s'accrochaient à cette hérésie.

Quelques années seulement après avoir accédé au rang d'épiscopat, Hilaire se retrouve pratiquement seul à défendre la divinité de Jésus devant une foule hostile d'évêques de la Gaule, région du sud de la France. Les évêques font appel à l'empereur Constance II, qui favorise une version modifiée de l'arianisme et déclare l'exil d'Hilaire de Gaule.

Constance II ne se doutait probablement pas qu'en bannissant Hilaire en Phrygie, il inciterait l'évêque à défendre encore davantage la théologie orthodoxe. C'est là qu'il rédigea son œuvre la plus importante, "Sur la Trinité", démontrant le témoignage cohérent de la Bible sur le mystère central de la foi chrétienne.

Fait remarquable, cet évêque orthodoxe convaincu a également fait preuve d'une grande charité envers ceux qu'il croyait sincèrement dans l'erreur. Il travaillait en étroite collaboration avec des groupes de clercs et de fidèles dont les formulations du dogme lui semblaient simplement imparfaites ou imprécises, mais pas intentionnellement hérétiques, pour soutenir ce qui était correct dans leur compréhension et les amener à adhérer pleinement à la tradition.

Hilaire se rendit même à Constantinople pendant son exil, pour expliquer aux évêques de la ville pourquoi leur empereur n'était pas orthodoxe. Après la mort de Constance II en 361, Hilaire a pu retourner dans son diocèse de Poitiers. Exilé pour s'être opposé à l'arianisme en Gaule, il vit, après son retour, sa condamnation sans appel dans l'église locale.

More in Afrique

Bien que profondément attaché à la direction de son propre diocèse, Hilaire prit des mesures, tard dans sa vie, pour soutenir l'enseignement orthodoxe dans d'autres régions. Il a notamment dénoncé Auxentius, l'évêque arien de Milan. L'opposition subséquente à Auxentius a conduit à sa succession par saint Ambroise de Milan, qui, à son tour, a grandement influencé la conversion de saint Augustin.

Saint Hilaire est mort à Poitiers en 367, après avoir transmis ses enseignements et son mode de vie à un certain nombre d'étudiants, dont Saint Martin de Tours.

Longtemps considéré et célébré comme un saint dans l'Église, saint Hilaire a également été déclaré docteur de l'Église en 1851.