Advertisement

Un prêtre catholique au Cameroun demande la construction de "plus de maisons de retraite" pour le clergé

Page de couverture du nouveau livre intitulé "The Reality of Retirement : Une urgence complexe", par le père George Tomrila Ngalim. Crédit : P. George Tomrila Ngalim Page de couverture du nouveau livre intitulé "The Reality of Retirement : Une urgence complexe", par le père George Tomrila Ngalim. Crédit : P. George Tomrila Ngalim

Un prêtre catholique camerounais lance un appel en faveur de la construction d'installations supplémentaires appropriées pour les membres du clergé à la retraite dans ce pays d'Afrique centrale, dont le nombre est en augmentation. 

Dans une interview accordée mercredi 12 janvier à ACI Afrique, le père George Tomrila Ngalim a déclaré : " Les presbytères ne sont plus sûrs et confortables pour les prêtres retraités. "

"Il est temps que nos diocèses prennent des mesures pour mettre en place des mesures positives qui garantiraient qu'après que les prêtres aient servi avec diligence et fidélité, ils ne deviennent pas déprimés, relégués et mis en quarantaine dans certains coins obscurs sans soins appropriés", a déclaré le père Ngalim à ACI Afrique.

Le membre du clergé de l'archidiocèse de Bamenda, au Cameroun, a déclaré : "Il est inconcevable qu'un prêtre offre sa vie au service de l'Église et se retrouve négligé."

"Il mérite une attention matérielle et spirituelle de la part du diocèse pour lequel il a donné sa vie au service ", a ajouté le père Ngalim.

Advertisement

Comme dans la plupart des pays africains, les membres du clergé qui prennent leur retraite au Cameroun sont affectés à des paroisses où certains continuent à servir, a observé le père Ngalim, et a noté que "les jeunes prêtres qui servent dans ces paroisses n'ont pas le temps de s'occuper des besoins de ces prêtres retraités."

"Les prêtres retraités ont besoin de beaucoup d'attention. Certains d'entre eux sont malades et ont besoin que quelqu'un s'occupe de leur santé, contrôle leur régime alimentaire, s'assure qu'ils font suffisamment d'exercice et bien d'autres choses encore", a déclaré le prêtre camerounais, auteur du livre "The Reality of Retirement : Une urgence complexe", a déclaré à ACI Afrique le 12 janvier.

Il explique : "Lorsque les maisons paroissiales ont été construites, elles n'ont pas pris en compte les difficultés des prêtres retraités qui doivent y vivre. Ces bâtiments ont des escaliers qui rendent les déplacements difficiles. Les portes ne sont pas non plus adaptées aux fauteuils roulants."

Le père Ngalim a parlé de son étude de 2010 sur les défis auxquels sont confrontés les prêtres retraités au Cameroun, dans laquelle il a échantillonné l'archidiocèse de Bamenda.

Il a déclaré : " J'ai découvert que plus de 80 % des prêtres retraités préféraient vivre dans une maison de retraite plutôt que dans les paroisses. "

More in Afrique

L'étude a également établi que la plupart des jeunes prêtres "n'ont pas reçu une formation appropriée pour s'occuper des besoins des prêtres retraités". "

Le prêtre camerounais, qui est le directeur des projets de l'archidiocèse de Bamenda, a déclaré à ACI Afrique lors de l'entretien du 12 janvier : "Grâce à mes recherches, l'archidiocèse de Bamenda construit actuellement une maison de retraite pour les prêtres. C'est un exemple que d'autres diocèses devraient suivre. "

"En offrant une maison de retraite aux prêtres de notre archidiocèse, nous reconnaissons le rôle essentiel de nos prêtres dans notre foi catholique", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Je pense que cela apporterait une certaine tranquillité d'esprit à bon nombre de nos prêtres retraités de savoir qu'ils vont vivre ensemble et se soutenir mutuellement pendant leurs années de retraite."

"Nos évêques devraient envisager de mettre en place des stratégies pour aider les diocèses à créer des maisons de retraite pour nos prêtres", a souligné le père Ngalim, et a imploré : "Continuons à prier pour nos prêtres, en particulier ceux qui sont à la retraite. Que le Seigneur continue à les fortifier. "