Advertisement

En Ouganda, les camps de réfugiés enregistrent une faible participation des élèves à la réouverture des écoles, selon un prêtre catholique

Le père Lazar Arasu, directeur des services aux réfugiés de Don Bosco Palabek. Le père Lazar Arasu, directeur des services aux réfugiés de Don Bosco Palabek.

Les écoles fréquentées par les réfugiés en Ouganda ont enregistré une faible participation des étudiants alors que les apprenants continuent de se presser dans les différentes institutions d'apprentissage du pays qui ont rouvert le lundi 10 janvier après presque deux ans de fermeture.

Le Père Lazar Arasu, l'aumônier en charge du travail pastoral au Don Bosco Palabek Refugee Services, qui gère un certain nombre d'établissements d'enseignement dans l'archidiocèse catholique de Gulu en Ouganda, a déclaré à ACI Afrique que certains camps de réfugiés dans le pays ont perdu plus de la moitié de leurs étudiants inscrits, avec un taux de fréquentation aussi bas que 44%.

Le membre des Salésiens de Don Bosco (SDB) a déclaré que si un pourcentage négligeable d'apprenants issus de familles aisées ont poursuivi leurs études en ligne lorsque les écoles en Ouganda ont été fermées en mars 2020 conformément aux restrictions COVID-19, de nombreux enfants, en particulier ceux issus de milieux pauvres, y compris les réfugiés, ont abandonné leurs études.

"Les camps de réfugiés enregistrent une faible participation des étudiants depuis lundi (10 janvier), date de réouverture des écoles. Quelques camps n'enregistrent que 44 % de déclarations (d'étudiants)", a déclaré le père Arasu à ACI Afrique le jeudi 13 janvier.

Il a déclaré que la fermeture de 22 mois des écoles dans la nation d'Afrique de l'Est, qui a été décrite comme la plus longue du monde, a présenté de nombreux défis pour les parents et les soignants qui vont maintenant se battre pour inscrire leurs enfants en classe.

Advertisement

Les plus touchés, cependant, sont les enfants réfugiés et les enfants des familles pauvres, en particulier ceux des zones rurales du pays, dit le membre SDB qui a exercé son ministère dans les écoles en Ouganda pendant 20 ans en tant que directeur des écoles salésiennes.

"Les groupes de population les plus touchés sont les enfants et les jeunes réfugiés qui peuvent représenter environ 1 million d'apprenants, la population rurale et les autres qui font partie des familles à faible revenu", dit-il, et il ajoute : "À moins qu'il n'y ait une bonne coopération entre les différentes parties prenantes et un travail acharné de la part des enseignants et des élèves, de nombreux problèmes ne peuvent être résolus."

Le père Arasu souligne les défis qui sont apparus avec la réouverture des écoles en Ouganda, et dit : "Maintenant, il est de la responsabilité des différentes parties prenantes telles que les organismes gouvernementaux, la société civile, les parents, les enseignants, les propriétaires d'écoles et les apprenants de les affronter (les défis) carrément."

Il note que les apprenants ont été licenciés alors que les écoles sont restées fermées, et explique : "En Ouganda, il est très populaire d'envoyer les enfants dans des internats... Maintenant, les parents qui ont quatre enfants ou plus doivent relever de grands défis pour rester avec leurs enfants à la maison."

Le prêtre salésien d'origine indienne donne l'exemple de familles urbaines en Ouganda qui, selon lui, n'avaient pas d'espace de vie adéquat pour les enfants adolescents des deux sexes.

More in Afrique

Ces familles, dit le père Arasu, ne pouvaient pas surveiller les mouvements de leurs enfants pendant la journée, alors que les parents et les tuteurs vaquaient à leurs occupations ou à leurs tâches quotidiennes.

"Si les enfants venaient de foyers monoparentaux, les problèmes étaient encore plus grands", dit-il, ajoutant que les enfants qui avaient de grandes aptitudes pour les études perdaient l'espoir d'apprendre à nouveau, et que d'autres ne trouvaient pas de loisirs significatifs pour passer leur temps.

L'imprévisibilité du lockdown a également entraîné l'endettement des écoles, en particulier des écoles privées, qui tentaient de maintenir leurs activités.

"Le lockdown était sans précédent dans l'histoire et sa chronologie était imprévisible. Personne ne savait quand le lockdown serait levé et comment la situation financière serait gérée. Il a été rapporté il y a quelques mois qu'environ 2 000 écoles privées ne seraient pas en mesure de rouvrir leurs portes en raison de contraintes financières", déclare le père Arasu.

Il ajoute que de nombreux propriétaires d'écoles ont perdu leurs écoles en raison de leur incapacité à rembourser les prêts bancaires et du manque d'argent pour payer le loyer de leurs locaux.

Advertisement

Le prêtre, qui a travaillé dans le département de l'éducation de l'Ouganda pendant deux décennies, affirme que le pays d'Afrique de l'Est a vu les écoles transformées en appartements, en locations et en fermes avicoles.

Il affirme que maintenant que les écoles ougandaises ont rouvert, les enseignants qui ont repris le chemin de l'enseignement doivent suivre une période d'orientation et de conseil, tout comme les étudiants.

"Tout comme l'état émotionnel des étudiants doit être renforcé, celui des enseignants aussi", dit le Père Arasu.

Selon le membre des SDB, quelques écoles haut de gamme, bien équipées et desservant un petit groupe de familles d'élite, ont pu dispenser des cours en ligne.

Les cours en ligne n'étaient cependant possibles que pour moins d'un pour cent de la population, principalement des familles vivant dans et autour de la capitale de l'Ouganda, Kampala, dit le père Arasu, et il ajoute : "Bien que le gouvernement ait proposé des cours en ligne comme moyen alternatif d'apprentissage, ce n'était pas possible avec les familles qui n'ont pas l'électricité, les gadgets numériques et les moyens financiers pour avoir une bonne connectivité Internet."

Dans les écoles ougandaises, les élèves ayant manqué près de deux années d'apprentissage ont un retard de deux classes. Pour combler cette lacune, le gouvernement dirigé par Yoweri Museveni a donné une directive pour la promotion automatique des apprenants à la classe supérieure et l'utilisation d'un programme abrégé pour gagner les mois perdus, selon les rapports quelques semaines avant la réouverture officielle.

Le programme abrégé n'est pas clair, en particulier pour les classes inférieures et pour ceux qui se présentent aux examens nationaux, dit le père Arasu, et il ajoute : "Il est cependant clair que le niveau de l'éducation va certainement baisser" et que la fermeture prolongée des écoles devrait "avoir des effets négatifs sur l'éducation pour les années à venir."

Le père Arasu a également commenté ce qu'il a appelé "un problème embarrassant et non préparé de grossesses chez les adolescentes pendant la fermeture".

Le Fonds des Nations unies pour la population a enregistré environ 354 736 grossesses chez les adolescentes en 2020 et 196 499 au cours des six premiers mois de 2021 en Ouganda. "Nous pouvons être sûrs que ce chiffre est beaucoup plus élevé, ce qui est presque impossible à gérer pour les familles et les autres parties prenantes", déclare le prêtre missionnaire en référence aux statistiques du FNUAP.

En publiant le calendrier scolaire le 15 décembre, le ministre ougandais de l'éducation et des sports, Janet Kataha Museveni, a conseillé aux écoles de permettre aux femmes enceintes et aux mères qui allaitent d'étudier, une annonce qui a suscité des réactions mitigées.

Les dirigeants de certaines églises ougandaises ont critiqué la directive de la ministre en invoquant leur devoir de maintenir un minimum de moralité dans leurs institutions, tandis que d'autres ont exprimé leur incapacité à s'occuper des filles dans cette situation particulière et la possibilité de stigmatisation que les filles enceintes risquent de subir à l'école.

Le père Arasu affirme que les réactions mitigées ont créé une impasse entre le gouvernement et les églises qui possèdent un pourcentage important d'écoles en Ouganda.

L'aumônier du Don Bosco Palabek Refugee Services, qui héberge des milliers de réfugiés en Ouganda, note également que la population du pays a augmenté de façon exponentielle pendant la fermeture du COVID-19, ce qui souligne la nécessité pour le gouvernement de commencer à développer l'infrastructure éducative.

"Il est urgent d'ouvrir de nouvelles écoles pour accueillir le nombre accru d'apprenants, en particulier dans les classes maternelles et inférieures. Mais personne ne semble en parler", dit-il.

Il note également que de nombreuses écoles ont été délabrées pendant les 22 mois de fermeture. Les écoles ont besoin de réparer leurs toits, leurs meubles, leurs toilettes et d'autres infrastructures, dit le Père Arasu, et il exprime sa perplexité quant au fait que le gouvernement ougandais a donné aux écoles primaires une maigre somme de 450 000 dollars US (130 dollars US) pour effectuer des rénovations.

Le prêtre catholique en Ouganda indique que certaines écoles ont signalé que leurs documents et leur matériel pédagogique ont été détruits par les termites après deux ans d'inutilisation.

Face à ces défis, de nombreuses écoles qui ne peuvent pas faire face ont dû fermer leurs portes dans les petites villes et les parents sont obligés d'emmener leurs enfants dans d'autres écoles, ce qui entraîne de nouvelles dépenses.