Advertisement

Une entité de Caritas Africa plaide pour plus de femmes religieuses dans le corps continental catholique

Sœur Regina Ignatia Aflah, HDR. Sœur Regina Ignatia Aflah, HDR.

Un responsable de Caritas Africa Le Comité du groupe de travail sur les femmes (CAWTFC) a exprimé sa préoccupation concernant la représentation limitée des femmes religieuses au sein de Caritas Africa.

Dans une interview avec ACI Afrique, la coordinatrice du CAWTFC, Sr. Regina Ignatia Aflah, a appelé les évêques catholiques et les personnes à la tête des ordres religieux féminins à favoriser le recrutement de religieuses à Caritas Africa.

"Sur 46 organisations membres sur le continent, il n'y a que huit femmes religieuses coordinatrices de Caritas Africa", a déclaré Sœur Aflah, et a ajouté : "Notre objectif est de voir plus de femmes religieuses assumer des rôles de leadership au sein de Caritas Africa".

Le membre de la Congrégation de la Servante du Divin Rédempteur (HDR) a révélé que des plans étaient en cours pour tendre la main aux évêques catholiques au cours de l'année "à travers l'Afrique" pour plaider en faveur d'une plus grande représentation des femmes religieuses au sein de Caritas Africa.

"Nous prévoyons d'avoir des réunions avec des évêques de toute l'Afrique tout au long de l'année, pour leur demander de promouvoir la participation religieuse des femmes au leadership et à la prise de décision", a déclaré le coordinateur du CAWTFC à ACI Afrique lors de l'entretien du 8 mars.

Advertisement

Le comité qu'elle coordonne, a déclaré Sœur Aflah, "a récemment rencontré les évêques du Congo Brazzaville pour aborder la participation des femmes religieuses dans la confédération".

"14 évêques ainsi que le coordinateur de Caritas étaient présents à la réunion de Brazzaville le mois dernier. Parmi les sujets abordés lors de la réunion figurait la faible participation des femmes religieuses aux postes de prise de décision », a-t-elle rappelé.

Sœur Aflah a ajouté : "L'échec de nos propres frères prêtres à accepter des femmes religieuses à des postes de direction est une question qui a été soulevée lors de la réunion".

« Les évêques ont également souligné le problème des religieuses constamment en mouvement. Dans certains cas, les femmes religieuses qui sont nommées à certains rôles de leadership sont souvent déplacées vers d'autres villes ou pays », a-t-elle dit, et a ajouté : « La promotion des femmes religieuses en Afrique est très difficile, mais nous pensons qu'à travers des réunions avec les évêques, nous peut aller loin. »

La religieuse catholique d'origine ghanéenne, membre du Comité de Caritas Internationalis pour le leadership, l'égalité et la participation des femmes, a déploré le fait que certains ordres religieux en Afrique « n'autorisent pas » leurs membres à assumer des rôles de leadership au sein de Caritas.

More in Afrique

"Caritas Africa, à travers le projet Women Taskforce, vise à établir un dialogue sur la promotion du leadership, de l'égalité et de la participation des femmes au sein de la Confédération", a déclaré Sr. Aflah à ACI Afrique lors de l'événement annuel de la Journée internationale de la femme (JIF), le 8 mars.

Elle a poursuivi en référence aux femmes religieuses en Afrique : "Nous devons continuer à plaider, nous devons continuer à nous présenter, nous devons continuer à nous commercialiser et à dire au monde que nous sommes capables".

"Les gens ont encore du mal à accepter que les femmes puissent occuper des postes de direction, ou qu'elles puissent avoir la possibilité d'exposer leur expertise dans des postes de direction", a déclaré à ACI Afrique Sœur Aflah, qui a précédemment dirigé des interventions auprès des populations vulnérables dans son pays natal, le Ghana. 8 mars.

Le membre du HDR a exprimé l'espoir d'un avenir meilleur en disant : "Un temps viendra où l'Église n'aura d'autre choix que d'inclure plus de femmes religieuses dans le leadership".