Advertisement

Pape François: "L'agression armée" est "un outrage à Dieu"

L'audience générale du pape François dans la salle Paul VI au Vatican, le 13 avril 2022. Vatican Media. L'audience générale du pape François dans la salle Paul VI au Vatican, le 13 avril 2022. Vatican Media.

Le pape François a déclaré mercredi que "l'agression armée de ces jours-ci" est "un outrage à Dieu".

Dans son discours d'audience générale du 13 avril, le pape a opposé la paix donnée par Jésus aux attitudes idolâtres qui conduisent à la guerre.

"La paix de Jésus ne domine pas les autres, elle n'est jamais une paix armée : jamais ! Les armes de l'Évangile sont la prière, la tendresse, le pardon, l'amour librement consenti pour le prochain, pour n'importe quel prochain. C'est ainsi que la paix de Dieu est apportée dans le monde", a-t-il déclaré.

"C'est pourquoi l'agression armée de ces jours-ci, comme toute guerre, représente un outrage à Dieu, une trahison blasphématoire du Seigneur de la Pâque, une préférence pour le visage du faux dieu de ce monde par rapport à son doux dieu. La guerre est toujours un acte humain, pour réaliser l'idolâtrie du pouvoir".

Le pape a fait ces commentaires lors d'une catéchèse diffusée en direct dans la salle d'audience Paul VI du Vatican. Après avoir consacré l'audience de la semaine dernière à son voyage de deux jours à Malte, il s'est concentré sur la Semaine sainte, en rappelant qu'elle se situe entre deux dimanches : le dimanche des Rameaux et le dimanche de Pâques.

Advertisement

Vatican Media.
Vatican Media.
Il a rappelé que le dimanche des Rameaux, les catholiques du monde entier commémoraient l'entrée triomphale du Christ à Jérusalem, lorsqu'une foule exaltée déposait des branches devant lui alors qu'il chevauchait un âne.

"C'était la paix que ces gens attendaient : une paix glorieuse, fruit d'une intervention royale, celle d'un messie puissant qui aurait libéré Jérusalem de l'occupation romaine", a déclaré le pape.

"D'autres rêvaient probablement du rétablissement d'une paix sociale et voyaient en Jésus le roi idéal, qui nourrirait la foule avec du pain, comme il l'avait déjà fait, et ferait de grands miracles, apportant ainsi plus de justice dans le monde."

"Mais Jésus ne parle jamais de cela. C'est une Pâque différente qui l'attend, et non une Pâque triomphale. "

Le pape François a déclaré que le choix par Jésus d'un ânon, ou jeune âne mâle, symbolisait "la douceur et l'adoucissement" et montrait que "la manière de faire de Dieu est différente de celle du monde."

More in Afrique

Il a ensuite réfléchi à la salutation de Jésus à ses disciples avant la Pâque : "Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix, je ne vous la donne pas comme le monde la donne" (Jean 14,27).

"La paix que Jésus nous donne à Pâques n'est pas la paix qui suit les stratégies du monde, qui croit pouvoir l'obtenir par la force, par la conquête et par diverses formes d'imposition. Cette paix, en réalité, n'est qu'un intervalle entre les guerres : nous le savons bien", a-t-il commenté.

"La paix du Seigneur suit le chemin de la douceur et de la croix : c'est assumer la responsabilité des autres. En effet, le Christ a pris sur lui notre mal, notre péché, notre mort. Il a pris tout cela sur lui. De cette façon, il nous a libérés. Il a payé pour nous. Sa paix n'est pas le fruit d'un quelconque compromis, mais elle naît du don de soi."

Il a illustré son propos en se référant au "Grand Inquistor", une histoire contenue dans le roman de Fyodor Dostoïevski "Les Frères Karamazov", paru en 1880. Le pape a fréquemment invoqué l'écrivain russe, notamment dans son encyclique Lumen fidei de 2013, dans ses discours et dans ses conférences de presse en vol.

Dans l'histoire de Dostoïevski, Jésus revient sur Terre et est arrêté par le Grand Inquisiteur, qui l'interroge. L'Inquisiteur fustige Jésus pour avoir "préféré laisser l'humanité libre plutôt que de la soumettre et de résoudre ses problèmes par la force."

Advertisement

"Voilà la tromperie qui se répète tout au long de l'histoire", a déclaré le pape, "la tentation d'une fausse paix, fondée sur le pouvoir, qui conduit ensuite à la haine et à la trahison de Dieu, et à tant d'amertume dans l'âme."

Le pape a ajouté que si le pouvoir du monde produit "la destruction et la mort", la paix du Christ "construit l'histoire."

"Pâques est donc la vraie fête de Dieu et de l'humanité, parce que la paix que le Christ a obtenue sur la Croix en se donnant lui-même nous est distribuée", a-t-il dit.

Expliquant que le mot "Pâques" signifie "passage", il a exhorté les pèlerins à "passer du dieu mondain au Dieu chrétien, de la cupidité que nous portons en nous à la charité qui nous libère, de l'attente d'une paix apportée par la force à l'engagement de témoigner réellement de la paix de Jésus."

Après le discours du pape, un résumé de sa catéchèse a été lu en sept langues et il a salué les membres de chaque groupe linguistique.

S'adressant aux catholiques anglophones, il a déclaré : "Je salue les pèlerins et les visiteurs anglophones qui participent à l'audience d'aujourd'hui, en particulier ceux des États-Unis d'Amérique."

"Que la célébration de Pâques soit un temps de grâce et de renouveau pour tous. Sur chacun de vous, et sur vos familles, j'invoque la joie et la paix dans notre Seigneur Jésus-Christ."

S'adressant aux pèlerins polonais, le pape François a noté que de nombreux Polonais observeront la Semaine sainte et Pâques en compagnie de réfugiés ukrainiens. Plus de 2,6 millions de personnes sont entrées en Pologne depuis l'Ukraine depuis l'invasion russe à grande échelle du 24 février.

"Pâques est une fête familiale, et vous, en leur ouvrant vos maisons, êtes devenus leur famille", a déclaré le pape.

"Même si la plupart d'entre eux, selon la tradition orientale, célébreront cette fête une semaine plus tard, en ce moment, vous êtes tous ensemble à contempler le Crucifié et à attendre avec impatience la résurrection du Christ, et la paix en Ukraine. Je vous bénis de tout mon cœur."