Advertisement

Le synode sur la synodalité offre "l'occasion de partager les fruits du discernement" : Une religieuse en Zambie

Une affiche annonçant le webinaire du 28 avril 2022. Crédit : ACWECA Une affiche annonçant le webinaire du 28 avril 2022. Crédit : ACWECA

Les préparations en cours pour le Synode sur la Synodalité offrent un espace pour le discernement et "une occasion de partager les fruits du discernement", a déclaré une religieuse catholique.

S'exprimant lors de la session virtuelle du jeudi 28 avril, organisée par l'Association des femmes consacrées de l'Afrique de l'Est et du Centre (ACWECA), Sœur Mishael Manianga a déclaré : " Les femmes consacrées adoptent aujourd'hui un style de leadership d'équipe qui favorise la marche/le travail en commun, inspiré par une écoute profonde de l'Esprit de Dieu, alors que les congrégations s'engagent dans la mission ".

"Le leadership d'équipe s'approprie un processus de réflexion corporatif comme outil de prise de décision. Cet outil favorise une 'écoute commune' ou une écoute collective qui permet une plus grande participation des membres ", a déclaré Sœur Manianga.

Le membre des Religieuses du Saint-Esprit (RSHS) a dit aux participants à l'événement virtuel du 28 avril que le Synode sur la Synodalité "permet à chaque membre de discerner et a l'opportunité de partager les fruits du discernement."

Le partage des fruits du discernement "dévoile au groupe/communauté ce que l'Esprit dit à l'ensemble du groupe dans une situation particulière. Il dispose le groupe/communauté à écouter l'Esprit Saint", a ajouté le Supérieur général adjoint de la RSHS.

Advertisement

Le processus d'écoute communautaire ou collective "permet de passer du 'je' à l'espace du 'nous' où les décisions sont prises en gardant à l'esprit ce que d'autres appellent la 'vue d'ensemble' - le bien commun", a ajouté Sœur Manianga au cours de la session du 28 avril qui s'est tenue sous le thème "Empowered Consecrated Women in a Synodal Church".

"Ce type d'outil de prise de décision inspire un leadership basé sur la valeur qui choisit d'écouter ses membres sans en exclure d'autres", a déclaré la religieuse catholique zambienne, avant de poursuivre : "Je suppose que c'est ce que la synodalité promeut ; embrasser tout le monde sans en exclure aucun. Faire entendre toutes les voix, y compris celles qui se trouvent à la périphérie/en marge."

"Si l'autorité doit être avant tout fraternelle et spirituelle, et si ceux à qui elle est confiée doivent savoir comment impliquer leurs frères et sœurs dans le processus de décision, il faut néanmoins se rappeler que le dernier mot appartient à l'autorité et que, par conséquent, cette autorité a le droit de veiller à ce que les décisions prises soient respectées", a-t-elle déclaré en référence au paragraphe 43 de l'exhortation apostolique de Jean-Paul II, Vita Consecrata.

Réfléchissant sur la synodalité dans l'apostolat des agents pastoraux, Sœur Manianga a dit : "Le Conseil Pastoral Diocésain, les Conseils Pastoraux Paroissiaux et les Conseils Pastoraux de Centre étaient considérés comme des forums de dialogue et de prise de décision."

"Autant ils étaient perçus comme des organes consultatifs, autant ils influençaient grandement les décisions qui seraient ensuite prononcées dans la Paroisse/Diocèse. Dans les deux cas, la représentation des laïcs, des religieux et du clergé a été essentielle. Ces expressions de collaboration sont pour moi des graines de synodalité", a déclaré la membre de la RSHS qui est la coordinatrice pastorale diocésaine du diocèse de Monze en Zambie.

More in Afrique

Elle a reconnu "la visibilité et la présence des femmes consacrées dans diverses missions pastorales au-delà du ministère paroissial qui, en vertu de leurs rôles de leadership dans ces nombreuses institutions, participent grandement aux processus décisionnels - soit en tant que responsables ou personnel de ces institutions, soit en y servant".

"Propulsées par les différents charismes, les religieuses sont influentes et jouent un rôle clé dans les processus décisionnels de ces institutions", a-t-elle ajouté.

En octobre 2021, le pape François a officiellement lancé le processus de consultation mondiale de deux ans menant au synode de 2023 sur la synodalité en appelant à "regarder les autres dans les yeux et écouter ce qu'ils ont à dire."

Auparavant, en mai dernier, le Vatican avait annoncé que le synode sur la synodalité s'ouvrirait par une phase diocésaine qui durera d'octobre 2021 à avril 2022. Une phase continentale, la deuxième, doit se dérouler de septembre 2022 à mars 2023.

La troisième, qui est la phase universelle, commencerait avec la XVIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, consacrée au thème " Pour une Église synodale : Communion, participation et mission" au Vatican en octobre 2023.

Advertisement

Racontant son expérience sur le processus synodal, Sœur Manianga a rappelé l'excitation qu'elle a ressentie en voyant "les documents préparatoires autour de ce Synode particulier."

"Rien que le sujet même de la synodalité m'a remplie d'une grande excitation, d'une joie profonde et d'un grand espoir. Et étant immédiatement placée dans mon bureau de la pastorale et de la mission, je me suis immédiatement mise au travail, engagée avec les agents pastoraux du diocèse, et plus encore avec les laïcs, afin de populariser ce Synode", a déclaré la membre du RSHS.

Elle a ajouté : "Ce qui m'a donné le plus d'excitation, c'est le thème même de la synodalité, qui implique de travailler ensemble, d'embrasser tout le monde pour que personne ne soit laissé de côté ou en marge."

"L'unicité de ce synode particulier par le biais (des étapes du processus synodal, c'est-à-dire du diocèse à l'engagement universel en passant par le national et le régional) était une idée intéressante et attrayante", a déclaré la religieuse catholique zambienne.

Elle a poursuivi : "La prise de conscience que les fruits de ce synode se concrétisent déjà en s'engageant dans le processus lui-même. Cela m'a donné l'impulsion/motivation pour m'impliquer dans le processus de ce synode particulier".

"Je crois qu'avec le thème lui-même, il y a déjà une grande ouverture d'esprit pour que même celui qui est à la base, quelqu'un qui serait très loin de l'endroit où cela se passe, puisse participer et que sa voix soit entendue", a déclaré Sœur Manianga pendant le webinaire du 28 avril.