Advertisement

Les évêques catholiques d'Afrique de l'Ouest exhortés à construire des "ponts au-delà de toutes les divisions" et à favoriser la paix

Yemi Osinbajo, Vice-président du Nigeria s'adressant aux participants à la quatrième Assemblée plénière de la CERAO qui s'est ouverte le mardi 3 mai dans l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria. Crédit : CSN Yemi Osinbajo, Vice-président du Nigeria s'adressant aux participants à la quatrième Assemblée plénière de la CERAO qui s'est ouverte le mardi 3 mai dans l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria. Crédit : CSN

Le Président du Nigeria a appelé les évêques catholiques de la Conférence épiscopale régionale de l'Afrique de l'Ouest (CERAO) à "jeter des ponts par-dessus toutes les divisions" dans les pays d'Afrique de l'Ouest et à promouvoir la paix pour éviter que ces pays ne se divisent.

Dans son message lu par le vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo, lors de la quatrième assemblée plénière de la CERAO qui s'est ouverte mardi 3 mai dans l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, le président Muhammadu Buhari a déclaré que son gouvernement "reste engagé à collaborer avec l'Église" pour promouvoir la paix et la sécurité.

"Alors que vous entamez votre conférence, je vous exhorte non seulement à explorer les moyens de renforcer les liens de foi entre vos communautés, mais aussi à construire des ponts au-delà de chaque fracture qui menace de fracturer nos nations", a déclaré le président Buhari.

La CERAO regroupe 16 pays d'Afrique de l'Ouest, dont le Bénin, le Burkina Faso, le Niger, la Côte d'Ivoire, la Gambie, la Sierra Leone, le Ghana, la Guinée, le Liberia, le Mali, le Nigeria, le Sénégal, la Mauritanie, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau et le Togo.

Dans le message du 3 mai, le président Buhari a exprimé son optimisme quant au fait que les évêques catholiques des 16 pays d'Afrique de l'Ouest "concevront des moyens d'apporter tout le poids de l'immense autorité morale" dont ils disposent dans les nations et dans toute la région en vue d'une coexistence pacifique.

Advertisement

Le président nigérian a fait référence à l'unité dont jouissent les membres de la région, y compris l'introduction de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le passeport libre, et a déclaré que l'unité est "contrecarrée" par les défis de l'insécurité.

"Nos objectifs d'unité et d'intégration ont toujours été contrecarrés non seulement par des préoccupations de souveraineté individuelle de nos nations, mais aussi par des crises internes et des conflits sociaux dans nos nations et autour des frontières", a-t-il déclaré.

Soulignant certains des défis dans la région du Sahel, le Président Buhari a déclaré que la région traverse une période de troubles politiques, économiques et sociaux considérables.

Il a déclaré que les conséquences du COVID 19 ont paralysé l'économie de la région, le taux de chômage ayant augmenté, ajoutant que la situation a entraîné une aggravation de la pauvreté au sein de la population.

Réfléchissant à la question des coups d'État en Afrique depuis 2017, il a déclaré qu'il y a eu un total de 12 coups d'État militaires en Afrique et que la moitié d'entre eux se sont produits au cours de la seule année 2020.

More in Afrique

Historiquement, dans des périodes comme celles-ci, le président Buhari a déclaré en référence aux coups d'État militaires, "les préjugés de clocher sont renforcés et le tissu de la cohésion s'effiloche alors que les gens se replient dans des camps ethniques, religieux et autres camps nativistes."

Il explique : "Ceux qui ne parlent pas notre langue ou n'adhèrent pas à notre foi font l'objet d'une grande suspicion et deviennent rapidement les boucs émissaires de tous nos défis. Et les conflits ethniques, religieux et séparatistes sont légion."

Le président nigérian qui est à la tête du pays depuis 2015 a déclaré qu'une fois que les gens commencent à se profiler les uns les autres en fonction de leurs affiliations religieuses ou ethniques, et que "les sous-régions intégrées pacifiques et prospères semblent presque impossibles."

Les délégués participant à l'assemblée plénière de la CERAO du 2 au 9 mai devraient délibérer sur la lettre encyclique du pape François sur la fraternité humaine et l'amitié sociale, Fratelli Tutti, et sur les défis auxquels la région est confrontée en vue d'élaborer des stratégies pour une "paix durable".

Faisant référence à la lettre encyclique du Pape François, Fratelli Tutti, le Président Buhari a souligné le besoin de "fraternité et de paix durable en Afrique de l'Ouest".

Advertisement

Il a déclaré en référence à la lettre encyclique : "La paix ne peut pas régner dans notre région si elle ne règne pas d'abord dans nos communautés et nos pays."

Le président de 79 ans a ajouté : "La fraternité et l'amitié sociale sont les moyens de construire un monde meilleur, plus juste et pacifique avec l'engagement de toutes les personnes et institutions."

Il a déclaré que la lettre encyclique contient des idées qui valent non seulement pour garantir l'unité humaine mais aussi pour garantir la paix et la sécurité. Il a ajouté que les idées qu'elle contient offrent l'espoir et le renouveau dont la région a besoin en cette période de désespoir.

"Si chaque être humain possède une dignité inaliénable, si tous les gens sont mes frères et sœurs, et si le monde appartient vraiment à tous, alors il importe peu que mes voisins soient nés dans mon pays ou ailleurs", a-t-il déclaré.

Le président Buhari a félicité l'Église pour s'être imposée comme une voix puissante en faveur de l'œcuménisme dans le monde entier, et a ajouté : "En effet, en tant que personnes de foi, nous considérons la diversité de notre peuple comme un don de la providence et non comme une cause de conflit."

Il a poursuivi : "En offrant des prescriptions concrètes pour construire la fraternité et une paix durable partout, l'encyclique Fratelli Tutti prend à juste titre la position selon laquelle cela n'est pas seulement l'affaire des gouvernements et des institutions politiques, mais doit également être ancré dans nos sociétés civiles, dont les communautés de foi sont une composante importante."

Le président nigérian a ensuite félicité l'Église catholique d'avoir acquis la réputation de dire la vérité au gouvernement du pays d'Afrique de l'Ouest "avec les plus hautes traditions prophétiques".

"Au fil des ans, l'Église a adopté des approches profondes pour contester l'impunité de certains acteurs étatiques et de pouvoirs errants", a-t-il déclaré.

Il a ajouté : "Mes Seigneurs, je crois que l'époque exige également que l'on s'adresse au nombre croissant d'acteurs non étatiques violents, dont certains propagent des causes authentiques mais dont la violence aveugle conduit souvent à la destruction de vies et de biens."

Le président Buhari a déclaré que la conférence, qui doit se terminer le 9 mai, peut favoriser un consensus moral et spirituel dans le but de promouvoir l'intégration.

Il a déclaré, en référence aux enseignements sociaux catholiques, que "ce faisant, je crois que nous pouvons également nous tourner vers l'idée du bien commun, qui est peut-être la pierre angulaire des enseignements sociaux catholiques".

"Le bien commun consiste en nos valeurs partagées sur ce que nous nous devons les uns aux autres en tant que citoyens liés dans la même société - les normes auxquelles nous nous conformons volontairement et les idéaux que nous cherchons à atteindre", a déclaré le président nigérian en référence aux enseignements sociaux catholiques.

Il a déclaré que l'amour du prochain est le plus grand fondement de la foi, un fondement moral de la protection sociale, de la sécurité sociale pour les pauvres et les vulnérables ; "des programmes qui garantissent que personne n'est laissé pour compte, et qu'aucun citoyen de ces nations bénies d'Afrique de l'Ouest ne doit se coucher affamé."

Il a ajouté : "Nous devons donner la priorité aux soins de santé universels, tout en garantissant une éducation de base gratuite et obligatoire. Et que nous devons créer l'environnement nécessaire pour que des millions de jeunes et de personnes agitées à l'intérieur de nos frontières puissent trouver des emplois bien rémunérés et vivre une vie décente."