Advertisement

L'Union mondiale des femmes catholiques lance un processus visant à "donner une voix aux femmes actuellement invisibles"

Maria Lia Zervino . Crédit : Union mondiale des organisations féminines catholiques (WUCWO) Maria Lia Zervino . Crédit : Union mondiale des organisations féminines catholiques (WUCWO)

L'Union mondiale des organisations féminines catholiques (WUCWO) a lancé le chapitre africain de son Observatoire mondial des femmes (WWO) dans le but de donner aux femmes d'Afrique l'occasion de réfléchir à leur vie, de partager leurs défis et leurs rêves.

Fondée en 1910, la WUCWO est le forum mondial des femmes catholiques qui rassemble plus de 100 organisations de femmes qui professent la foi catholique.

Dans une interview accordée à ACI Afrique, la présidente générale de la WUCWO a déclaré que l'initiative qui a été lancée pour la première fois en Amérique latine l'année dernière fait partie de la WWO, initiée pour écouter les femmes dont la vie est "parfois inconnue".

"Nous avons décidé de donner une voix aux femmes qui sont actuellement invisibles pour le reste du monde. Nous devons donner la parole aux femmes qui sont comme des femmes invisibles", a déclaré Maria Lia Zervino lors de l'interview du mercredi 11 mai.

Mme Zervino a ajouté : "C'est pourquoi nous commençons cette recherche pour écouter les femmes, recueillir leurs expériences et les présenter de manière académique afin de montrer à l'Eglise à tous les niveaux, au gouvernement et aux agences internationales, la vie de ces femmes qui sont vulnérables et que nous devons travailler ensemble avec les Etats et l'Eglise pour chercher des solutions à leur vie".

Advertisement

Les femmes catholiques, qui seront appelées "correspondantes sociales", seront équipées de compétences pour recueillir les expériences d'autres femmes.

Le président général de la WUCWO, qui s'exprimait en marge de la formation des correspondants sociaux nationaux dans le cadre de l'atelier pour les organisations membres de la WUCWO en Afrique à Nairobi, a déclaré que les femmes qui seront impliquées dans la collecte de données sur les expériences de leurs collègues ont un rôle clé dans l'initiative WWO.

"Les correspondants sociaux sont très importants. Ils sont la clé car ce sont les femmes qui vont chercher dans chaque groupe ethnique, dans chaque partie du pays", a-t-elle déclaré à ACI Afrique, ajoutant que les correspondants nationaux formés à Nairobi sont censés former les femmes locales à ce rôle.

Les résultats de l'initiative du WWO en Afrique, qui s'adresse aux femmes de toutes les régions du continent, seront soumis aux autorités ecclésiastiques et gouvernementales, a déclaré Mme Zervino à ACI Afrique en marge de l'atelier de cinq jours qui a réuni des femmes catholiques de 16 pays africains et qui doit se terminer le 14 mai.

La décision d'inclure toutes les femmes a été inspirée par le Saint-Père, a-t-elle dit, et elle a expliqué : "Lorsque le pape François a commencé son pontificat, il a dit que l'Église doit aller de l'avant et arriver à ceux qui ne connaissent pas Jésus."

More in Afrique

"Donc, si nous ouvrons les portes, cela signifie que chaque personne, chaque femme, chaque enfant, chaque mari, tous sont des fils et des filles de Dieu. Nous devons dialoguer avec chacun d'entre eux", a déclaré la présidente générale de l'UMOA.

Elle a ajouté en se référant à l'encyclique du pape François sur la fraternité humaine, Fratelli Tutti, "Si nous lisons, nous verrons que nous devons aller travailler avec les personnes qui ont une autre religion pour avoir de l'amitié avec elles et chercher les solutions pour l'ensemble de l'humanité."

"Si nous sommes chrétiens, si nous sommes catholiques, nous devons être universels. Nous devons être ouverts. Nous devons travailler avec les autres qui ont des valeurs similaires comme la valeur de la vie, la valeur de la paix, la valeur de la solidarité, la valeur de la dignité", a déclaré Mme Zervino, avant d'ajouter : "Chaque femme, catholique ou non, a sa propre dignité, la dignité humaine."

Pour favoriser la fraternité en Afrique, les membres de l'UMOFC doivent s'ouvrir à toutes les femmes du deuxième plus grand continent du monde, a-t-elle souligné au cours de l'entretien du 11 mai.

S'adressant à ACI Afrique en marge de l'atelier qui se tient aux Little Daughters of St. Joseph à Karen, Nairobi, la représentante de l'UMOFC au Kenya a déclaré que l'initiative de l'OMF en Afrique est d'offrir aux femmes une chance d'exprimer leurs défis personnels.

Advertisement

"Il est difficile pour les personnes vivant dans des régions différentes d'imaginer les défis des autres. Les défis ne sont réels que pour ceux qui y sont confrontés. Les seules personnes qui peuvent en parler sont celles qui les vivent", a déclaré Winnie Muthiga lors de l'interview du 11 mai.

Mme Muthiga a ajouté que l'initiative de l'OMM en Afrique "créera une prise de conscience et se concentrera également sur les choses réelles qui se passent".

La représentante de la WUCWO au Kenya, qui est également secrétaire d'organisation de l'Association des femmes catholiques (CWA) au Kenya, a déclaré que les défis auxquels les femmes sont confrontées varient, d'où la nécessité pour l'initiative de la WWO en Afrique de "couvrir tout le spectre, indépendamment du statut social ou du niveau d'éducation".

"Nous ne proposerons pas de solutions ; nous chercherons à savoir où se situent les problèmes et, après les avoir compilés, ils pourront être traités par la société, peut-être par le gouvernement ou l'Église", a déclaré Mme Muthiga, qui est membre du conseil d'administration de la WUCWO.

Pour sa part, la vice-présidente régionale de l'UMOFC pour l'Afrique, Monique Faye Thiandom, a déclaré à ACI Afrique qu'il est important d'avoir des correspondants sociaux qui auront les compétences nécessaires pour détecter les problèmes des femmes.

Mme Faye a souligné la "nécessité d'apprendre à écouter" ceux qui souffrent. Après les avoir écoutées, "nous (...) devons ensuite leur parler, recueillir les informations et les transmettre à l'observatoire", a-t-elle déclaré en référence à l'initiative de l'OME en Afrique.

"Une fois que nous saurons ce dont elles souffrent, nous serons en mesure d'établir un plan pour le développement des femmes", a déclaré la responsable de l'OMAC en Afrique à ACI Afrique le 11 mai, avant d'ajouter : "Cet observatoire nous permettra d'avoir une seule information concernant l'Afrique."

Le responsable sénégalais de la WUCWO a déclaré que l'initiative de la WWO en Afrique contribuerait grandement à mobiliser des ressources pour venir en aide aux femmes dans le besoin.

"Nous serons en mesure de demander de l'aide à l'église, au domaine politique et à n'importe quel domaine parce que nous aurons suffisamment de faits sur les défis des femmes", a déclaré le vice-président régional Afrique de l'UMOFC à ACI Afrique le 11 mai.