Advertisement

La lapidation et le meurtre d'un étudiant chrétien nigérian n'ont rien à voir avec la religion, selon un évêque catholique

L'évêque du diocèse catholique de Sokoto, au Nigeria, a condamné le meurtre d'une étudiante chrétienne dans son collège, soulignant que ce meurtre, qu'il a décrit comme un acte criminel, n'a rien à voir avec la religion.

Dans cet horrible meurtre largement condamné, Deborah Yakubu, originaire de Zuru, étudiante en économie au Shehu Shagari College of Education de Sokoto, a été lapidée et brûlée par des étudiants du collège qui l'accusaient de blasphème.

Divers médias indiquent que Deborah se serait disputée en ligne avec d'autres étudiants et que les musulmans parmi eux auraient affirmé qu'elle blasphémait le prophète Mahomet.

L'interaction aurait eu lieu pendant la lune musulmane du Ramadan, alors que le collège était en vacances. Lorsqu'ils l'ont vue à l'école le jeudi 12 mai, tous les étudiants musulmans disponibles l'ont entourée et ont commencé à la lapider jusqu'à ce qu'elle tombe. Ils auraient fait en sorte qu'elle meure et auraient ensuite mis le feu à son corps.

Dans une déclaration faite le 12 mai, Mgr Matthew Hassan Kukah, évêque de Sokoto, exige que justice soit rendue à Deborah et demande aux autorités d'enquêter sur ce meurtre et d'en traduire les auteurs en justice.

Advertisement

"J'ai reçu avec un profond choc la nouvelle de la tragédie qui s'est produite au Shehu Shagari College of Education, à Sokoto, et qui a conduit au meurtre horrible de Mme Deborah Yakubu, une étudiante en économie domestique de niveau 200 aujourd'hui", déclare l'évêque Kukah.

Il ajoute, à propos de ce meurtre : "Cela n'a rien à voir avec la religion. Les chrétiens ont vécu en paix avec leurs voisins musulmans ici à Sokoto au fil des ans. Cette affaire doit être traitée comme un acte criminel et la loi doit prendre sa cause".

"Nous condamnons cet incident dans les termes les plus forts et demandons aux autorités d'enquêter sur cette tragédie et de veiller à ce que tous les coupables soient traduits en justice", déclare encore l'Ordinaire local de Sokoto dans sa déclaration du 12 mai.

Il poursuit : "La seule obligation qui incombe à sa famille immédiate, à ses camarades de classe et aux autorités scolaires est l'assurance que les personnes coupables de cet acte inhumain, quelle que soit leur motivation, seront punies conformément aux lois en vigueur dans notre pays".

Le meurtre a également suscité la condamnation d'une partie de la communauté musulmane du Nigeria, le Conseil du sultanat de Sokoto qualifiant l'incident d'"injustifiable" et de "malheureux".

More in Afrique

"Le Conseil du sultanat a appris avec consternation les événements malheureux survenus au Shehu Shagari College of Education (SSCOE) de Sokoto, qui ont entraîné la mort d'une étudiante de l'établissement", a déclaré Sa'idu Muhammadu Maccido, secrétaire du Conseil.

Il a ajouté : "Le Conseil du Sultanat a condamné l'incident dans sa totalité et a exhorté les agences de sécurité à traduire en justice les auteurs de cet incident injustifiable."

Le leader musulman a exhorté la ville à rester calme et à assurer "une coexistence pacifique entre tous les habitants de l'État et de la nation."

Les mêmes sentiments sont repris par l'évêque Kukah qui a également exprimé sa solidarité avec la famille de Debora.

"Je souhaite appeler tous les chrétiens de Sokoto et des environs à rester calmes et à prier pour le repos de l'âme de Mme Deborah. C'est la première obligation que nous lui devons", déclare l'évêque catholique nigérian, avant d'ajouter : "Que Dieu lui accorde le repos éternel et console sa famille proche."

Advertisement