Advertisement

"Nous continuons à prier pour la justice" : Une religieuse au Soudan du Sud à l'occasion de l'anniversaire du décès d'une missionnaire

Feu Sr Veronica Rackova. Crédit : Sœurs Missionnaires Servantes du Saint-Esprit (SSpS). Feu Sr Veronica Rackova. Crédit : Sœurs Missionnaires Servantes du Saint-Esprit (SSpS).

Une religieuse catholique du Soudan du Sud a exhorté les autorités du Soudan du Sud à œuvrer pour rendre justice à Sœur Veronica Rackova, six ans après l'assassinat de la religieuse missionnaire, médecin qui servait dans le diocèse de Yei au Soudan du Sud.

S'exprimant à l'occasion de l'événement anniversaire de l'originaire de Slovaquie en début de semaine, Sœur Beni Gilda, membre des Sœurs Missionnaires Servantes du Saint-Esprit (SSpS) servant au Sud-Soudan, a déclaré que les collègues, la famille, les amis et ceux qui ont eu des contacts avec Sœur Veronica prient et attendent que justice lui soit rendue.

"Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la fusillade de Sœur Veronica, médecin au centre de santé de St Bakhita, ici à Yei. Nous continuons à prier pour que justice soit rendue à Sœur Veronica", a déclaré Sœur Gilda lors de l'événement du lundi 16 mai.

"Nous attendons toujours la décision que le gouvernement prendra sur le meurtre de la Sœur ", a ajouté la membre SSpS née en Slovaquie à propos de sa collègue et compatriote assassinée, et a ajouté : " Je demande à chacun d'entre nous ici à Yei d'être courageux malgré la situation ".

Sœur Veronica qui avait été la pionnière de la mission SSpS dans le diocèse de Yei depuis 2010 est décédée à l'hôpital de Nairobi au Kenya le 20 mai 2016 après avoir été attaquée et abattue de plusieurs balles par un groupe de soldats.

Advertisement

Elle aurait succombé à des blessures par balle à la hanche et à l'abdomen qu'elle a subies lorsque l'ambulance du St. Bakhita Health Center qu'elle conduisait a été attaquée par des soldats armés.

Le médecin spécialisé dans les maladies tropicales rentrait au couvent après avoir emmené un patient au Harvest Hospital de Yei lorsque l'attaque de minuit du 15 mai 2016 s'est produite.

Après avoir subi deux interventions chirurgicales à l'hôpital pour femmes et enfants de Yei, la sœur missionnaire qui avait 58 ans à l'époque a été transportée par avion à Nairobi le lendemain pour un traitement spécialisé.

Trois soldats présumés de l'Armée de libération du peuple soudanais (SPLA) auraient été arrêtés en relation avec l'attaque de Sr Veronica.

La première audience pour feu Sr Veronika a commencé le 10 janvier à la Haute Cour du Soudan du Sud à Juba, présidée par le juge Sumeiya Salah.

More in Afrique

Pour la deuxième audience, un rapport de CRN du 26 janvier indique que "la mobilité pour faire venir les auteurs présumés de Yei n'a pas été faite à temps, ce qui a empêché les suspects de se présenter devant le tribunal".

Lors de l'anniversaire du 16 mai à Yei, Sœur Gilda a déclaré : "Nous continuons à prier pour que cet événement particulier de la fusillade nous aide à être assez courageux pour prier pour la situation."

"Nous, sœurs missionnaires, avons tout confié au Seigneur", a-t-elle dit, et elle a poursuivi : "Notre mission ici à Yei est de servir nos frères et sœurs qui sont ici à Yei et à Bidi Bidi le camp de réfugiés en Ouganda."

Le membre du SSpS a ajouté : "Que Dieu nous bénisse tous et continuons à célébrer la vie et la gloire de Dieu."

L'année dernière, à l'occasion du cinquième anniversaire de la mort de Sœur Veronica, l'évêque Erkolano Lodu Tombe a souligné le besoin de justice pour la religieuse missionnaire catholique.

Advertisement

"Nous sommes heureux avec les avocats qui font de leur mieux (dans) notre cour civile ici à Yei pour voir où sont les témoins et ceux qui ont pu pointer l'arme sur la sœur, au point de la tuer", a déclaré l'évêque Lodu Tombe le 20 mai 2021.

Mgr Lodu Tombe, qui s'est retiré de la pastorale du diocèse de Yei au début de l'année, a ajouté : "Nous ne pouvons pas permettre à l'injustice de continuer à détruire le monde et l'affaire de Sœur Veronica, qui est en cours, dure trop longtemps, mais les procédures légales sont comme ça et nous devons les suivre jusqu'à ce que nous obtenions justice devant le tribunal".

"Nous avons pardonné à ceux qui ont tué la Sœur mais en même temps nous poursuivons la justice ; le pardon et la justice vont ensemble ; vous pardonnez mais vous exigez la justice", a encore déclaré l'évêque catholique sud-soudanais l'année dernière.