La présidence de Buhari a poussé le Nigeria "au bord du gouffre" : L'évêque à l'enterrement du séminariste

Mgr Matthew Hassan Kukah, évêque de Sokoto.
Credit: Domaine Public

Lors de la cérémonie d'enterrement de Michael Nnadi, 18 ans, le séminariste nigérian enlevé du Grand Séminaire du Bon Pasteur et assassiné le mois dernier, l'Ordinaire du lieu de son diocèse natal, Mgr Matthew Hassan Kukah de Sokoto, a dénoncé la situation d'insécurité dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, a critiqué le Président du pays et a exprimé l'espoir que la mort de Michael devienne un tournant dans la persécution des chrétiens dans la nation la plus peuplée d'Afrique.

"Personne n'aurait pu imaginer qu'en gagnant la présidence, le général Buhari apporterait le népotisme et le clanisme dans l'armée et les agences de sécurité auxiliaires, que son gouvernement serait marqué par des politiques suprématistes et divisives qui pousseraient notre pays au bord du gouffre", a dénoncé l'évêque Matthew Hassan Kukah dans son homélie mardi 11 février lors de l'enterrement de Michael au grand séminaire du Bon Pasteur dans l'État de Kaduna, au nord-ouest du Nigeria.

Michael faisait partie des quatre séminaristes enlevés au grand séminaire du Bon Pasteur dans la nuit du 8 janvier. Le 1er février, l'évêque Kukah a annoncé la triste nouvelle du meurtre de Michael par ses ravisseurs, qui s'était produit le 28 janvier.

L'enlèvement des séminaristes et l'éventuel assassinat de Michael ont renforcé les graves inquiétudes concernant la sécurité des chrétiens que les dirigeants de l'Église au Nigeria n'ont cessé d'exprimer au cours des derniers mois, reprochant à l'administration du pays de ne pas accorder la priorité à la sécurité des citoyens, en particulier des disciples de Jésus-Christ.

Dans une lettre ouverte du 4 février, l'archevêque retraité de Lagos, Anthony Olubunmi Cardinal Okogie, a averti le président Buhari qu'il "sera responsable devant Dieu pour chaque vie que Boko Haram a détruite".

Selon l'évêque Kukah, le président Buhari a non seulement "fait preuve de la plus grande insensibilité dans la gestion de la riche diversité de notre pays" mais a également "subordonné les intérêts plus larges du pays aux intérêts hégémoniques de ses coreligionnaires et de ses hommes et femmes de clan".

Faisant référence à l'élection du président Buhari en 2015, où il a promis "d'améliorer la collecte de renseignements et les patrouilles frontalières pour étouffer les canaux financiers et d'équipement de Boko Haram", le prélat de 67 ans a déclaré aux pleureurs : "Les Peuls, ses parents innocents (de Buhari), sont devenus l'objet d'opprobre, de ridicule, de diffamation, de calomnie et d'obscénités. Son nord est devenu un grand cimetière, une vallée d'os secs, la partie la plus méchante et la plus brutale de notre cher pays".

Bien que le président Buhari "dirige le gouvernement le plus népotiste et narcissique de l'histoire connue, il n'y a pas de réponses aux millions de jeunes enfants dans les rues du nord du Nigeria, le nord a toujours les pires indices de pauvreté, d'insécurité, de retard de croissance, de misère et de dénuement", a déploré le prélat nigérian.

Qualifiant le sultan de Sokoto et l'émir de Kano de "deux chefs traditionnels et moraux les plus puissants de l'Islam aujourd'hui", l'évêque Kukah a noté qu'"aucun d'entre eux n'est heureux et ils l'ont dit haut et fort. Le Sultan a récemment déploré les conséquences tragiques du pouvoir entre de mauvaises mains".

L'évêque a en outre déploré : "Chaque jour, les clercs musulmans publient des récits de lamentation sur leur sort. Aujourd'hui, les anciens du Nord, qui en 2015 croyaient que le général Buhari était venu pour racheter le Nord, se sont retournés contre le président. ” 

"On nous dit que cette situation n'a rien à voir avec la religion. L'évêque de Sokoto a posé et répondu : "C'est ce qui se passe quand les politiciens utilisent la religion pour étendre les frontières de leur ambition et de leur pouvoir".

Il s'est également interrogé : "Devons-nous croire que, simplement parce que Boko Haram tue aussi des musulmans, ceux-ci ne portent pas de vêtements religieux ? Devons-nous nier les preuves qui nous sont présentées, de ravisseurs séparant les musulmans des infidèles ou obligeant les chrétiens à se convertir ou à mourir ? Si votre fils me vole, résolvez-vous le problème en disant qu'il vous vole aussi ? Encore une fois, le sultan a eu raison : que l'élite politique du Nord qui a cédé l'espace le réclame immédiatement".

Selon l'opinion réfléchie du prélat ouest-africain, l'impression créée par le gouvernement Buhari est que, "pour occuper une position clé et stratégique au Nigeria aujourd'hui, il est plus important d'être un musulman du nord qu'un Nigérian". 

"Le Nigeria est à un point où nous devons demander un verdict. Il doit y avoir une chose pour laquelle un homme, ou plutôt une nation, doit être prêt à mourir", a déclaré l'évêque Kukah, qui a ajouté : "Malheureusement, voire tragiquement, aujourd'hui, le Nigeria ne possède pas cet ensemble d'objectifs ou de valeurs pour lesquels tout citoyen sain d'esprit est prêt à mourir pour elle".

Il a poursuivi dans son homélie lors de la messe d'enterrement du séminariste Michael : "Nous avons pratiqué la folie pendant trop longtemps. Notre tentative de construire une nation est devenue comme l'agonie de Sisyphe qui a mis les dieux en colère et a dû endurer la frustration de faire rouler une pierre sur la montagne. Chaque fois qu'il s'approchait du sommet, les dieux faisaient basculer la pierre en arrière et il revenait pour tout recommencer. Qu'est-ce qui est arrivé à notre nation ?

L'évêque a également exprimé l'espoir que la mort du séminariste Michael, un orphelin qui voulait servir Dieu comme prêtre ayant été élevé par sa grand-mère, serait un tournant dans un pays qui a été témoin d'enlèvements et de meurtres visant des chrétiens. 

"C'est un moment solennel pour le corps du Christ", a déclaré le prélat nigérian.

Il a ajouté : "C'est pour nous le moment de prendre une décision. C'est le moment qui sépare l'obscurité de la lumière, le bien du mal. Notre nation est comme un navire échoué en haute mer, sans gouvernail et avec des aides à la navigation cassées. Aujourd'hui, nos années d'hypocrisie, de duplicité, d'intégrité fabriquée, de fausse piété, de moralité vide, de fraude et de pharisaïsme nous ont rattrapés. Le Nigeria est à la croisée des chemins et son avenir est en équilibre précaire. C'est un signal d'alarme pour nous".

Entre-temps, écrivant au nom des évêques catholiques d'Afrique de l'Ouest réunis dans le cadre de la Conférence épiscopale régionale d'Afrique de l'Ouest (RECOWA), l'archevêque Ignatius Kaigama a exprimé "de profondes condoléances pour l'assassinat de M. Michael Nnadi".

"Ce meurtre impitoyable du jeune homme de 18 ans dont la seule faute était d'avoir voulu servir Dieu en tant que prêtre nous a tous plongés dans une grande tristesse et a soulevé de nombreuses questions concernant l'insécurité dans notre région en général et au Nigeria en particulier", a déclaré l'archevêque Kaigama, qui est l'Ordinaire local de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, dans son message du 11 février.

L'évêque Kaigama, qui est à la tête de RECOWA, a déclaré dans son message adressé à l'évêque Kukah de Sokoto : "Nous, les évêques d'Afrique de l'Ouest, sommes profondément touchés par ce triste événement. Nous nous associons sincèrement au diocèse catholique de Sokoto et à son berger en chef, notre frère, Mgr Matthew Hassan Kukah. Nous partageons votre peine et nous nous tournons vers Dieu avec vous, en priant pour qu'il vous console, vous et votre troupeau. ”

"Nous sommes également touchés par les souffrances de la famille de feu M. Michael Nnadi qui doit vivre avec le triste souvenir de cet horrible assassinat. Nous demandons au Seigneur de les consoler et de leur accorder une guérison durable des blessures psychologiques que ce meurtre brutal leur a causées", a déclaré l'archevêque nigérian.

Le prélat de 61 ans a poursuivi : "Nos pensées paternelles vont également au recteur, au personnel et aux séminaristes du grand séminaire du Bon Pasteur, à Kaduna, qui doivent vivre avec le souvenir douloureux de l'invasion de leur séminaire et de l'enlèvement subséquent de quatre de leurs séminaristes avec l'assassinat brutal de l'un d'entre eux".

"Par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, nous élevons nos voix vers Dieu dans la lamentation et la supplication, priant pour que la sacralité de la vie, en particulier la vie innocente, soit respectée par tous et que les auteurs de ce crime puissent trouver le chemin de la conversion", a conclu l'archevêque Kaigama.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]