Advertisement

Après une expérience de vandalisme dans une paroisse sud-africaine, un prêtre catholique appelle à la vigilance

P. Patrick Dladla à la paroisse catholique Sainte Catherine de Sienne de l'archidiocèse de Johannesburg, qui a été vandalisée le 11 juin 2022. P. Patrick Dladla à la paroisse catholique Sainte Catherine de Sienne de l'archidiocèse de Johannesburg, qui a été vandalisée le 11 juin 2022.

Le curé de la paroisse catholique Sainte Catherine de Sienne de l'archidiocèse de Johannesburg, qui a été vandalisée la semaine dernière, a appelé ses collègues à être vigilants et à "renforcer la sécurité" dans leurs paroisses respectives.

Dans une interview accordée à ACI Afrique, le Père Patrick Dladla a rappelé l'incident du 11 juin, lorsqu'un intrus a pu accéder à la paroisse catholique située à Eldorado Park et a détruit divers objets religieux.

"Je pense que nous, les prêtres, devons être plus vigilants, toujours, surtout pendant les grands événements, comme les mariages et les funérailles, lorsque des personnes qui ne sont pas nécessairement catholiques viennent à l'église", a déclaré le père Dladla lors de l'interview du mardi 14 juin.

"Nous devons renforcer la sécurité dans nos paroisses parce que certaines personnes viennent avec de mauvaises intentions", a déclaré le P. Dladla, qui a ajouté, en référence à l'attaque du 11 juin : "Nous avons eu la chance que personne ne soit blessé lorsque l'intrus a détruit les statues et les stations de la croix ; c'était un signal d'alarme pour nous inciter à être plus vigilants quant à qui nous autorisons dans nos paroisses".

Le membre des Oblats de Marie Immaculée (OMI) a demandé aux curés de paroisse d'explorer la possibilité d'engager des gardes de sécurité privés.

Advertisement

Ceux dont les paroisses n'ont pas la capacité financière d'engager des gardes de sécurité privés pourraient demander de l'aide aux forums de police communautaire, a-t-il dit, ajoutant : "D'après ce que je sais et les rapports que nous recevons lors des réunions de prêtres, de nombreuses paroisses sont vigilantes ou ont renforcé leur sécurité. Mais dans notre cas et dans celui d'autres paroisses pauvres, c'est une question de moyens."

"Nous n'avons pas ces finances, mais nous avons des hommes dans nos églises ; nous avons des membres de l'église qui patrouillent dans les communautés ; nous pouvons leur demander d'inclure les églises", a déclaré le père Dladla à ACI Afrique le 14 juin.

Il a poursuivi en racontant l'incident de vandalisme du 11 juin en disant : "Les week-ends sont toujours des jours occupés pour les prêtres. Samedi, nous avons eu deux funérailles et des cours de catéchisme pour le baptême des enfants. Des membres de Saint-Vincent-de-Paul étaient également présents pour distribuer des colis alimentaires aux pauvres, lorsqu'un inconnu portant une bible a demandé à entrer dans l'église pour prier."

"Comme il semblait suspect, on lui a demandé d'attendre à l'extérieur de la porte, mais comme les gens revenaient du cimetière, il a réussi à revenir dans l'église et a commencé à vandaliser l'église", a déclaré le Père Dladla.

Le prêtre OMI, qui était en pèlerinage au sanctuaire marial de Ngome ce week-end, a déclaré que ceux qui ont été témoins du vandalisme ont eu du mal à arrêter l'homme qui ne cessait de leur dire que l'esprit saint lui avait ordonné de détruire les images, les statues et les stations de la croix.

More in Afrique

"On m'a dit que tout s'est passé très vite ; (et) qu'il était un homme bien bâti. Les jeunes hommes qui l'ont vu ont dû demander du renfort pour l'empêcher d'atteindre le tabernacle. Il a finalement été arrêté et se trouve en garde à vue", a raconté le curé de l'église catholique Sainte-Catherine-de-Sienne.

Il a décrit l'incident de vandalisme comme "un acte d'iconoclasme", affirmant que l'auteur "a détruit toutes les images de l'église".

Le père Dladla a poursuivi : "Nous avons entendu parler de telles attaques dans certaines régions d'Europe et dans certains pays africains, mais je pense que c'est une première en Afrique du Sud."

"Quand les gens s'introduisent dans les églises, ils vont vers le tabernacle parce qu'ils pensent que c'est un coffre-fort avec de l'argent ; ils ne détruisent pas les images saintes, les statues", a-t-il dit.

Le père Dladla a demandé aux catholiques de prier pour les prêtres, en disant : "Nous avons la fête du Corpus Christi dimanche, mais avant cela, le jeudi est un jour pour le prêtre, Jésus-Christ le Grand Prêtre. Je souhaiterais que tous les paroissiens d'Afrique du Sud et du monde entier, ce jour-là, prient pour la sécurité du prêtre dans notre pays."

Advertisement

L'intention de prière pour les prêtres catholiques serait "que le Christ continue à nous protéger dans ces circonstances difficiles, et que nous soyons plus vigilants", a déclaré le père Dladla à ACI Afrique le 14 juin.