Advertisement

Les églises catholique et baptiste de l'État de Kaduna, au Nigeria, attaquées pendant le culte du dimanche

Des hommes armés auraient attaqué des fidèles dans des églises catholiques et baptistes de la zone de gouvernement local (LGA) de Kajuru, dans l'État de Kaduna, au Nigeria, a confirmé le commissaire à la sécurité intérieure et aux affaires intérieures de l'État.

Dans un rapport publié lundi 20 juin, Samuel Aruwa fournit des détails sur l'attaque du dimanche 19 juin contre l'église catholique St. Moses et l'église baptiste Maranatha qui, selon l'Associated Press, a entraîné la mort de trois personnes, "l'enlèvement d'un nombre indéterminé de résidents et la destruction de maisons avant que les assaillants ne parviennent à s'échapper".

"D'après les rapports de sécurité mis à la disposition du gouvernement de l'État, les bandits ont attaqué les fidèles et les habitants de l'église baptiste Maranatha et de l'église catholique St. Moses, Ungwan Fada, Ungwan Turawa et Ungwan Makama, dans la zone générale de Rubu, dans le secteur de Kajuru LGA", aurait déclaré M. Aruwa.

Le fonctionnaire de l'État de Kaduna ajoute : "Les bandits ont pris d'assaut les villages à moto, en commençant par Ungwan Fada, puis Ungwan Turawa, avant Ungwan Makama et enfin Rubu".

"Deux personnes ont été blessées lors de ces attaques : un certain Aniro Mai et une femme non identifiée. Un nombre indéterminé d'habitants ont également été kidnappés, selon les rapports reçus", ajoute-t-il.

Advertisement

Dans le rapport du 20 juin, une source est citée comme ayant déclaré : "Les terroristes ont tiré sans discernement à l'approche des différentes églises, tuant trois personnes et en blessant plusieurs autres."

"Trois des fidèles ont été abattus par les terroristes et de nombreux autres sont toujours portés disparus. L'une des victimes a été transportée à l'hôpital catholique St. Gerald dans la capitale de l'État", ajoute la source.

Selon le commissaire de l'État de Kaduna, "les terroristes ont pillé des magasins et emporté des objets de valeur".

Il poursuit en identifiant les trois personnes tuées lors de l'attaque du 19 juin : "Peter Madaki (chef de quartier d'Ungwan Fada), Elisha Ezekiel (résident d'Ungwan Fada) et Ali Zamani (chef de la jeunesse de Rubu)".

L'attaque du 19 juin intervient deux semaines après l'attentat du dimanche de Pentecôte contre la paroisse catholique St. Francis Xavier Owo du diocèse d'Ondo, au cours duquel au moins 40 fidèles ont perdu la vie.

More in Afrique

Dans son homélie lors de la messe de funérailles des victimes de l'attaque du dimanche de Pentecôte, Mgr Emmanuel Adetoyese Badejo a souligné le caractère unique de la tragédie du 5 juin.

"Nous avons vu des tragédies au Nigéria et nous avons vu des meurtres brutaux, mais peu peuvent se comparer à la brutalité et à l'horreur de l'événement de ce dimanche de Pentecôte", a déclaré Mgr Badejo lors de l'événement du 17 juin qui s'est tenu au Mydas Event Centre à Owo, au Nigéria.

Lors d'une visite de l'église où le sang innocent était encore répandu sur le sol et les murs du sanctuaire, le catholique nigérian s'est souvenu : "Je pouvais presque entendre les victimes, alors qu'elles étaient attaquées à l'intérieur même de l'église, crier comme Jésus-Christ : "Eloi Eloi lama sabachtani : Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné'" ?

L'évêque nigérian de 60 ans, qui est à la tête du diocèse d'Oyo depuis novembre 2009, a regretté la perte que la nation ouest-africaine a subie lors du massacre du dimanche de Pentecôte.

Il a déclaré : "Dans ces cercueils, c'est aussi une partie du Nigeria qui est morte... Parce qu'ici, avec ces défunts, reposent les joies, les espoirs et les aspirations de leurs familles et de leurs proches, de l'Église de Dieu, des diverses communautés d'où ils venaient et même de ce pays".

Advertisement

"Même ceux qui sont mutilés et blessés eux-mêmes, où qu'ils soient, représentent le Nigeria avec toutes ses blessures auto-infligées, meurtries, brutalisées et violées. Alors, je demande, pour combien de temps encore cela va-t-il continuer ?" a demandé Mgr Badejo.

Il a ajouté : "Du président Muhammad's BUHARI, du gouvernement fédéral, des législateurs, des agences de sécurité et de tous les dirigeants responsables de l'État à tous les niveaux, je demande... Combien d'autres doivent mourir ?".

"Se rendre à la foi n'est pas se rendre au meurtre bestial, à l'injustice, à la discrimination ou à l'oppression", a déclaré Mgr Badejo.

Il a ajouté : "Notre foi chrétienne, aussi forte soit-elle, est mise à rude épreuve lorsque nous nous rappelons que le massacre d'OWO n'est pas un cas isolé dans notre pays et que nous ne voyons pas grand-chose sur le terrain qui indique que ce pourrait être le dernier. En fait, nous avons une longue liste sanglante, qui n'a cessé de s'allonger au cours des 30 dernières années."

"Au moment même où je parle, de nombreux prêtres et citoyens du Nigeria sont entre les mains de kidnappeurs", a déclaré Mgr Badejo aux personnes en deuil le 17 juin.

Le Nigeria connaît l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection de Boko Haram a débuté dans le but de transformer le pays en un État islamique.

Depuis lors, le groupe, l'un des plus grands groupes islamistes d'Afrique, orchestre des attaques terroristes aveugles contre diverses cibles, notamment des groupes religieux et politiques ainsi que des civils.

La situation d'insécurité dans le pays a été compliquée par l'implication des bergers Fulani, majoritairement musulmans, également appelés milices Fulani.