Advertisement

Donner la priorité à l'éducation à la "foi chrétienne" pour encourager les vocations religieuses : Une religieuse kenyane

Sœur Rosemary Mueni Mwaiwa, la Supérieure régionale des Filles de St Paul. Crédit : ACI Afrique Sœur Rosemary Mueni Mwaiwa, la Supérieure régionale des Filles de St Paul. Crédit : ACI Afrique

Il est nécessaire de donner la priorité à l'éducation à la foi en la personne de Jésus-Christ lorsqu'on s'engage à promouvoir les vocations à la vie religieuse, a déclaré une religieuse catholique kenyane.

Dans une interview accordée à ACI Afrique en marge de la profession perpétuelle de quatre membres de l'Institut des Filles de Saint-Paul (FSP) à Nairobi, la supérieure régionale des communautés FSP du Kenya, du Malawi, du Soudan du Sud, de la Tanzanie, de l'Ouganda et de la Zambie a souligné la nécessité de susciter des vocations pour la vie religieuse assez tôt, "chez nos enfants".

"L'Eglise devrait enseigner davantage la foi chrétienne parce que les vocations naissent de la foi ; la vocation commence quand on naît comme chrétien", a déclaré Sr Rosemary Mueni Mwaiwa lors de l'interview du 17 juin.

Sœur Mwaiwa a ajouté : " L'Église en Afrique a encore des vocations et ce que nous devons faire, c'est de les soutenir, de prendre soin d'elles et aussi de les nourrir, afin qu'elles soient fortifiées. "

Une stratégie appropriée pour susciter des vocations pour la vie religieuse en Afrique, a déclaré le supérieur régional de la FSP basé à Nairobi, est "de commencer à nourrir les vocations chez nos enfants quand ils sont jeunes et à l'école".

Advertisement

" Le défi aujourd'hui est que certains enfants ne veulent pas parler de vocations ; ils veulent juste profiter de la vie ", a-t-elle dit, ajoutant : " Si la graine de la vocation est plantée dans un enfant par Dieu, elle sortira toujours. "

Sœur Mwaiwa a poursuivi sa réflexion sur l'importance d'avoir une origine chrétienne en disant qu'une personne ancrée dans les valeurs évangéliques dès l'enfance grandit en s'efforçant d'encourager les valeurs humaines, y compris l'amour, l'attention et le partage, entre autres valeurs promues par Jésus-Christ.

Le sacrement du baptême, qui fait d'une personne un membre à part entière de l'Église et l'introduit également aux dons de l'Église, facilite la croissance des valeurs évangéliques et humaines, a déclaré à ACI Afrique le 17 juin la religieuse kenyane qui est supérieure régionale de la FSP depuis l'année dernière.

"Être un membre à part entière de l'Église ouvre la personne aux dons de l'Église tels que les charismes que l'on trouve au sein du peuple de Dieu", a-t-elle ajouté, avant de préciser : "De ces dons, la vie religieuse sortira automatiquement."

Sœur Mwaiwa a regretté le fait que la vie familiale d'aujourd'hui menace les vocations à la vie religieuse, les familles préférant avoir peu d'enfants.

More in Afrique

Elle a poursuivi en liant la vie familiale actuelle aux contraintes économiques causées par des facteurs tels que le chômage et le coût élevé de la vie. Elle a déclaré : "Les familles ne donnent pas naissance à beaucoup d'enfants à cause de la situation économique."

"L'Église doit continuer à aider les familles à comprendre le sens de la vie, afin que nous n'imitions pas ce qui se passe dans les pays occidentaux en ayant peu d'enfants", a déclaré la religieuse catholique kényane.

Elle a contesté l'idée que les couples préfèrent avoir peu d'enfants, en posant la question suivante : "Quelle est la valeur des enfants ? Ce sont eux qui aident l'Église. Si nous continuons comme ça, peut-être qu'un jour viendra où les familles préféreront n'avoir qu'un seul enfant et alors qu'arrivera-t-il à l'Église ?".

L'Eglise a la responsabilité d'aider les familles à comprendre que les vocations à la vie religieuse viennent d'elles, a répété la supérieure régionale FSP qui supervise les communautés du Kenya, du Malawi, du Soudan du Sud, de la Tanzanie, de l'Ouganda et de la Zambie lors de l'interview du 17 juin avec ACI Afrique.

Sœur Mwaiwa a mis en garde les jeunes contre le fait de rejoindre la vie religieuse par contrainte. Elle a déclaré : "La vocation est un don qui vient de Dieu, le Seigneur nous appelle, et quand il appelle, nous répondons. Lorsque nous disons oui, nous ne sommes pas poussés par qui que ce soit, parents ou frères et sœurs."

Advertisement