Advertisement

"Dieu a implanté des missionnaires catholiques pour faciliter mon voyage" : Ancien réfugié sud soudanais

Dr. Emmanuel Malish Taban. Crédit : Dremtaban.com Dr. Emmanuel Malish Taban. Crédit : Dremtaban.com

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, célébrée lundi 20 juin, un ancien réfugié qui a fui le Soudan du Sud déchiré par la guerre, a souligné le rôle de l'Église catholique en général et des missionnaires catholiques en particulier dans son parcours de vie.

Dans une interview accordée à ACI Afrique, le Dr Emmanuel Malish Taban, pneumologue et auteur de renommée mondiale, a déclaré : "Dieu a, d'une manière ou d'une autre, placé tous les missionnaires catholiques sur mon chemin pour m'aider à arriver là où je suis aujourd'hui".

Dans l'interview du lundi 20 juin, le Dr Taban, qui a fui le Soudan déchiré par la guerre à l'âge de 16 ans, a déclaré qu'il se sentait redevable à l'Église catholique pour l'aide reçue tout au long de son voyage vers l'Afrique du Sud.

"Les catholiques, les missionnaires catholiques, l'Église catholique dans son ensemble ont tant fait pour moi, et je me sentirai toujours très redevable envers eux", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Et bien sûr, pas seulement pour moi, mais pour la majorité des réfugiés du continent qui se retrouvent au milieu de conflits, en route vers des lieux plus sûrs, sans famille, sans endroit où rester, et le seul endroit où ils cherchent refuge est l'Église."

Le catholique de 44 ans qui a fui le Soudan, dans ce qui est aujourd'hui le Soudan du Sud, a déclaré qu'il a toujours cherché l'aide de l'Église catholique pendant son voyage, principalement à pied, de sa ville natale de Juba à l'Afrique du Sud.

Advertisement

Dans une interview accordée le 20 juin à ACI Afrique, le Dr Taban a rappelé la première fois qu'il a demandé l'aide de l'Église catholique, après avoir été libéré de prison où il avait été torturé pendant trois mois par les forces gouvernementales. Il a déclaré avoir été faussement accusé d'espionnage pour les rebelles.

"Je pense que la première fois que j'ai reçu de l'aide de l'Eglise catholique, c'était en Erythrée, lorsque j'ai fui le Soudan du Sud, après avoir été libéré de prison. Caritas m'a aidé à trouver les fonds qui m'ont permis d'aller au Kenya", a-t-il déclaré.

Il poursuit : "Et au même moment, lorsque j'ai décidé de m'installer en Afrique du Sud, c'est l'Eglise catholique qui m'a aidé en Tanzanie et aussi au Mozambique jusqu'à ce que j'arrive ici."

Une fois arrivé à Johannesburg, en Afrique du Sud, 18 mois après avoir fui le Soudan, il a cherché de l'aide à la cathédrale du Christ Roi, d'où les Missionnaires Comboniens, qui, selon lui, ont facilité son éducation, lui ont offert l'aide dont il avait tant besoin.

"Lorsque je suis arrivé en Afrique du Sud en 1995, alors que j'avais presque 18 ans, j'étais un enfant des rues à Johannesburg, avec absolument rien. Et les missionnaires catholiques connus sous le nom de Comboniens sont venus à mon secours", a rappelé le Dr Taban lors de l'entretien du 20 juin.

More in Afrique

Le pneumologue et auteur qui a été nommé l'un des 100 Africains les plus influents de 2020 par le magazine New African basé à Londres a reconnu l'aide qu'il a reçue des missionnaires comboniens en Afrique du Sud pour légaliser son statut dans le pays.

Il a déclaré à propos des Missionnaires Comboniens : "Ils m'ont accueilli et m'ont donné un abri ; en même temps, ils ont reconnu que j'étais encore jeune et que je pouvais bénéficier d'une éducation, et ils ont pu m'aider à m'inscrire à l'école en Afrique du Sud."

Les Missionnaires Comboniens, poursuit-il, "m'ont également aidé à obtenir mon statut de réfugié, et m'ont soutenu moralement et aussi spirituellement ; ils ont joué un rôle clé dans ma vie et comme vous pouvez l'imaginer, étant seul à l'âge de 18 ans, un enfant des rues sans père, les missionnaires ont été mes tuteurs."

"Je pense que l'Église catholique a joué un plus grand rôle en Afrique pendant un certain nombre d'années, de siècles et je n'étais pas exceptionnel à cela ; et la plupart de nos dirigeants en Afrique ont en fait été éduqués par des écoles catholiques, la plupart des bons dirigeants sont venus des écoles catholiques", a déclaré à ACI Afrique le médecin de 44 ans qui s'est fait connaître pour ses méthodes novatrices dans le traitement des patients COVID-19 en 2020.

Le médecin basé à Pretoria a déclaré que la visite œcuménique reportée qui devait voir le pape François se rendre au Soudan du Sud aux côtés de l'archevêque de Canterbury, Justin Welby, et du modérateur de l'Église d'Écosse, Jim Wallace, est "une indication forte que la communauté internationale est fatiguée de la guerre au Soudan du Sud".

Advertisement

"Le Soudan du Sud est le plus jeune pays d'Afrique et a été englouti dans une guerre insensée, une guerre à base tribale. En conséquence, la majorité des habitants du Soudan du Sud sont pour la plupart déplacés ou vivent dans des camps de réfugiés dans de terribles conditions inhumaines", a déclaré le Dr Taban.

L'ancien réfugié du Soudan du Sud, qui a perdu ses deux parents et ses frères et sœurs à cause de la guerre dans son pays natal, a ajouté, en référence à ses compatriotes restés au pays : "Ces gens souffrent ; les enfants n'ont pas accès à l'éducation et le cycle de la violence ne s'arrêtera jamais."

"Une visite du pape François au Soudan du Sud sera un signe fort que la communauté internationale (est) fatiguée de la guerre au Soudan du Sud. Nous avons besoin de paix ; l'accord de paix qui a été signé doit être renforcé", a-t-il déclaré lors de l'interview du 20 juin.

Le Dr Taban a ajouté : "Il est important que les dirigeants internationaux entendent l'appel du peuple du Soudan du Sud. Nous avons besoin de paix ; nos étudiants devraient vivre dans un pays sans armes à feu ; les gens devraient avoir la possibilité de reprendre leur vie en main. Ceux qui ont perdu beaucoup de choses doivent essayer de reprendre leur vie en main."

"Le pape François ne devrait pas annuler sa visite ; il doit venir et visiter. Cela aidera beaucoup le peuple du Soudan du Sud qui souffre vraiment. Et j'espère que la visite aura lieu bientôt, et quand il viendra, je serai au Soudan du Sud pour l'accueillir", a-t-il ajouté.

Les réfugiés ne doivent pas être des victimes, a poursuivi le Dr Taban, ajoutant que les réfugiés doivent tendre la main aux citoyens du pays d'accueil et "s'intégrer dans la communauté."

Concentrant son attention sur sa vie passée en Afrique du Sud en tant que réfugié, il a déclaré que les réfugiés "devraient également contribuer positivement au développement de l'Afrique du Sud et de la communauté en général."

"Donc, ne soyez pas une victime, peu importe ce qui s'est passé dans votre passé ; le pire est passé. Soyez positif et concentrez-vous sur la positivité dans le pays", a déclaré le Dr Taban à ACI Afrique lors de l'interview du 20 juin, et a ajouté : "Il y a plus de positivité en Afrique du Sud que de négativité."