Advertisement

Nigeria: Des survivants du massacre du dimanche de Pentecôte racontent des expériences "terribles" à l'église

Les survivants de l'attaque du dimanche de Pentecôte contre la paroisse catholique St. Francis Xavier Owo du diocèse d'Ondo, qui a fait 39 morts et plus de 80 blessés parmi les catholiques, ont raconté ce qu'ils ont vécu dans l'église le jour fatidique.

Dans des entretiens avec l'Aide à l'Église en détresse (AED) International, partagés avec ACI Afrique mardi 21 juin, les survivants, qui sont soignés à l'hôpital Saint-Louis et au centre médical fédéral, se souviennent des événements du 5 juin qui ont commencé alors que le prêtre terminait la messe.

"C'était en effet une expérience terrible que je ne souhaite pas à mes ennemis de vivre", a déclaré Blessing John à ACN International.

Mme John s'est souvenue du moment de l'attaque : " Le prêtre était sur le point de terminer la messe et j'étais assise au milieu de l'église. Au début, j'ai cru que c'était une sirène de police qui passait, quand j'ai entendu les premiers cris qui se rapprochaient."

Advertisement

"Les paroissiens ont commencé à courir vers l'autel pour entrer dans la sacristie, mais je ne pouvais pas courir aussi loin, car je suis enceinte de 7 mois. J'ai décidé d'aller à la chapelle de la Miséricorde divine, mais il y avait beaucoup de gens qui couraient dans cette direction", a-t-elle ajouté.

Mme John a poursuivi : "Je ne savais pas quoi faire, alors j'ai décidé de me coucher sur des paroissiens qui étaient déjà à terre. Alors que j'étais allongée, l'un des tireurs a jeté une petite lampe près de moi. J'ai immédiatement enregistré dans ma tête que cela pouvait être de la dynamite, alors j'ai commencé à me traîner pour me mettre en sécurité, mais avant que je puisse aller loin, la dynamite a explosé et m'a brûlé le dos et la jambe gauche."

"Je ne pouvais pas pleurer ou ressentir de douleur à ce moment-là, cependant, mais le sang jaillissait de mes blessures. J'ai ouvert la bouche et j'ai dit : 'Père, je suis venu adorer dans ton temple, et ceci est arrivé. Si je péris, je péris, mais s'il vous plaît, Dieu, souvenez-vous de moi et de ma petite fille dans votre royaume", s'est souvenue cette paroissienne de 36 ans de St Francis Xavier Owo.

Elle a ensuite déclaré à ACN International : " Je suis heureuse d'être en vie, et mon bébé à naître est en vie et en bonne santé, mais on m'a également dit que ma fille de trois ans, que je croyais morte, est également en vie, bien qu'elle ait été terriblement blessée dans l'attaque, et qu'elle se trouve au Centre médical fédéral. "

"S'il vous plaît, gardez-nous dans vos prières pour un rétablissement rapide, afin que je puisse retrouver ma fille et ma famille", a imploré Mme John.

More in Afrique

Un autre survivant, Emmanuel Igwe, a partagé son expérience avec ACN International, en commençant par ce qu'il pense être l'intention de ceux qui sont derrière "l'horrible incident".

"L'intention des tireurs était de pénétrer dans l'église et de s'assurer que personne ne serait sauvé. Ils voulaient venir tranquillement et mener à bien leur mauvaise intention, mais je remercie Dieu d'être intervenu en notre faveur", aurait déclaré M. Igwe.

Il a ajouté : "Nous avions déjà reçu les dernières bénédictions et attendions le prêtre et la procession des servants d'autel lorsque nous avons entendu le premier coup de feu."

"Je suis sorti de l'église, pensant qu'il s'agissait d'une bagarre impliquant des voleurs armés, ou entre des voleurs et des soldats, mais en les voyant courir vers l'église, j'ai compris qu'il s'agissait d'autre chose. J'ai rapidement couru vers l'église et j'ai dit aux paroissiens de retourner à l'intérieur et de s'allonger à plat sur le sol", a-t-il raconté.

Advertisement

Au départ, Igwe a déclaré à ACN International : " Je voulais sortir par une autre porte, mais j'ai vu que de nombreuses personnes avaient déjà été tuées à cet endroit. J'étais effrayé, confus et fatigué de courir. J'ai décidé de m'allonger à plat sur le sol et alors que j'étais sur le point de me lever, ils ont jeté leur premier bâton de dynamite, tout tremblait."

Il poursuit : "Le deuxième bâton de dynamite a été jeté près de l'endroit où j'étais couché. Beaucoup de gens sont morts à côté de moi, mais Dieu m'a donné une seconde chance."

L'homme de 35 ans a ensuite exprimé sa colère à propos de l'attaque, en déclarant : "Cet incident m'a vraiment bouleversé, je suis en colère dans mon esprit, mais alors, qui suis-je pour remettre Dieu en question ?"

"Cette attaque me rend fort dans ma foi, elle me rapproche de Dieu. Je suis en vie, et aucun membre de ma famille n'a été tué. Je remercie Dieu pour cela", a-t-il déclaré, ajoutant : "Je veux remercier Dieu que ce ne soit pas plus que cela, car certains d'entre nous ont été sauvés, bien que d'autres aient été gravement blessés. Que les âmes de ceux qui sont morts reposent en paix, et que Dieu nous réconforte en tant qu'église, ainsi que toutes leurs familles."

Dans l'interview d'ACN International partagée avec ACI Afrique le 21 juin, un autre survivant, Thaddeus Bade Salau, se souvient des événements du 5 juin : "J'étais allongé sur le sol jusqu'à ce qu'un des hommes armés me fasse me lever avec neuf autres paroissiens, dont ma belle fille. Ils ont tiré sur nous tous, l'un après l'autre. J'ai été le dernier à être abattu, et j'ai été touché à la joue."

"J'étais la seule personne sur les dix qui a survécu. C'était vraiment quelque chose que je ne pourrai jamais oublier. Il était douloureux que je perde ma belle fille pendant l'attaque - mais ma foi n'est pas ébranlée par cela", aurait déclaré ce fidèle catholique de 52 ans.

" Cette attaque a vraiment renforcé ma foi en Dieu. Je suis heureux d'être encore en vie, et je demande à la communauté internationale de continuer à prier pour que nous nous rétablissions rapidement, et de nous soutenir par une aide matérielle et financière ", a déclaré M. Salau à ACN International.

Josephine Ejelonu, une survivante de 50 ans, se souvient des événements de ce jour fatidique : "Quand j'ai entendu le premier coup de feu, j'ai cru que c'était un pistolet jouet. Je me suis retournée et j'ai vu des gens courir. Je ne savais pas où courir, alors je me suis couchée sur des gens qui étaient déjà morts, en faisant semblant d'être morte aussi."

Mme Ejelonu a poursuivi : "J'étais encore sur le sol quand ils ont jeté le premier bâton de dynamite très près de mes jambes. C'est ainsi que la chair de mes jambes a été déchirée en morceaux, et que mes os étaient visibles."

"Dans cet état de trouble et d'agonie, j'ai vu l'un des tireurs venir vers moi. Je me suis traîné hors de l'église et j'ai sauté à travers la clôture. C'est ainsi que j'ai été sauvé. J'ai vu certains des hommes armés ; l'un d'eux portait une chemise jaune, un jean bleu et un masque noir, tandis qu'un autre portait un haut rouge, un jean noir et un masque rouge", a-t-elle ajouté à ACN International.

Selon Mme Ejelonu, ce sont les hommes armés qui "jetaient les bâtons de dynamite".

"Je veux juste remercier Dieu d'avoir épargné ma vie et celle de ma famille. J'appelle la communauté internationale à se souvenir de nous, s'il vous plaît, toujours dans vos prières et, aussi, nous avons désespérément besoin d'aide financière", aurait-elle déclaré.

Mme Ejelonu a ajouté : "Je suis triste et en colère que des âmes innocentes aient été tuées. Pour être honnête, retourner à l'église sera très effrayant pour moi. Cette attaque a également été un choc pour ma foi, mais je prie pour avoir plus de grâce et de force pour continuer à être inébranlable."

Le rapport d'ACN International comprend le témoignage de la jeune Okorie Faith, âgée de neuf ans, qui aurait déclaré : "Je ne suis qu'une petite fille qui rêve de devenir religieuse. Tout ce que je demande, c'est d'être en vie et de réaliser mes rêves. Est-ce que je demande trop ? Mais je ne suis pas sûre de pouvoir continuer à aller à l'église pour l'instant, car c'est lorsque je suis allée à l'église pour adorer Dieu que j'ai été abattue."

"Je ne veux pas mourir. J'ai échappé de justesse à la mort. Je veux vivre longtemps, pour réaliser mes rêves et rendre mes parents fiers. Je remercie Dieu d'avoir épargné ma vie. Gardez-nous toujours dans vos prières", a ajouté Faith.

De son côté, Sunday Vincent, cinq ans, a déclaré à ACN qu'il était à l'église avec ses parents lorsque l'attaque a eu lieu.

"J'étais confus, effrayé et j'ai pleuré tout au long de l'attaque. Je pensais que ma maman et mon papa étaient morts mais quand j'étais à l'hôpital, je les ai vus vivants et cela m'a rendu tellement heureux. Je ne veux plus aller à l'église, car si je le fais, je pourrais être tué", a-t-il déclaré.

Le 17 juin, le diocèse d'Ondo a organisé une messe de funérailles pour les victimes de l'attaque. Dans son homélie au cours de la célébration eucharistique, Mgr Emmanuel Adetoyese Badejo a exhorté les personnes touchées par la tragédie du 5 juin à rester fermes dans leur foi en la personne de Jésus-Christ.