Advertisement

Nigeria: Deux prêtres catholiques tués dans des attaques distinctes au cours du week-end

Feu Père Vitus Borogo (à gauche) tué par des bandits armés dans l'archidiocèse de Kaduna au Nigeria le 25 juin 2022 et feu Père Christopher Odia tué par des hommes armés dans le diocèse catholique d'Auchi au Nigeria le 26 juin 2022. Crédit : CBCN Feu Père Vitus Borogo (à gauche) tué par des bandits armés dans l'archidiocèse de Kaduna au Nigeria le 25 juin 2022 et feu Père Christopher Odia tué par des hommes armés dans le diocèse catholique d'Auchi au Nigeria le 26 juin 2022. Crédit : CBCN

Deux prêtres catholiques ont été tués dans des attaques distinctes dans leurs diocèses nigérians respectifs au cours du week-end, l'un dans l'archidiocèse de Kaduna le samedi 25 juin, et l'autre dans le diocèse d'Auchi le dimanche 26 juin.

Le père Vitus Borogo, âgé de 50 ans, a été tué le samedi 25 juin à Prison Farm à Kaduna lorsque des "terroristes" ont fait une descente dans la ferme. Pendant ce temps, le père Christopher Odia, 41 ans, a été tué après avoir été enlevé dimanche 26 juin au matin alors qu'il quittait sa résidence paroissiale pour aller à la messe.

Dans une déclaration partagée avec ACI Afrique le 26 juin, le Chancelier de l'archidiocèse de Kaduna annonce la mort du Père Borogo, donne des détails sur le lieu où il a été tué, et transmet le message de condoléances de l'Ordinaire du lieu du siège métropolitain du Nigéria, l'Archevêque Matthew Man-Oso Ndagoso.

"C'est avec un cœur lourd, mais avec une soumission totale à la volonté de Dieu, que nous annonçons le décès du Révérend Père Vitus Borogo", déclare le Père Christian Okewu Emmanuel dans sa déclaration datée du 25 juin, ajoutant que le "triste événement a eu lieu aujourd'hui, à Prison Farm, Kujama, le long de la route Kaduna-Kachia, après un raid des terroristes sur la ferme".

Il donne des détails sur le défunt prêtre catholique : "Jusqu'à sa mort, le père Vitus (âgé de 50 ans) était l'aumônier de la communauté catholique de l'école polytechnique de l'État de Kaduna et le président de l'Association nigériane des prêtres diocésains (NCDPA), chapitre de Kaduna".

Advertisement

"Mgr Matthew Man-Oso Ndagoso, l'archevêque catholique de Kaduna, présente ses condoléances à la famille immédiate, à la famille NFCS (Fédération nigériane des étudiants catholiques) de Kaduna Polytechnic, et en fait à toute la communauté de Kaduna Polytechnic ; et les assure de sa proximité fraternelle et de ses prières", déclare le chancelier de l'archidiocèse de Kaduna dans sa déclaration partagée avec ACI Afrique.

Les détails de l'organisation des funérailles du défunt Père Borogo seront annoncés "dès que possible", ajoute le prêtre catholique nigérian.

"Nous confions son âme à l'intercession maternelle de la Sainte Vierge Marie, et appelons tous les hommes et femmes de bonne volonté à continuer de prier pour le repos paisible de son âme et pour la consolation de sa famille en deuil, en particulier sa mère", implore le père Okewu.

Dans une autre déclaration partagée avec ACI Afrique, le directeur des communications sociales du diocèse d'Auchi annonce, "le cœur lourd mais avec une soumission totale à la volonté de Dieu", le meurtre du Père Odia.

Dans sa déclaration datée du 26 juin, le père Peter Egielewa affirme que son collègue "a été tué par ses ravisseurs après avoir été enlevé ce matin du 26 juin 2022 à environ 6h30 dans son presbytère alors qu'il sortait pour aller à la messe dominicale à l'église catholique St. Michael Ikabigbo, Uzairue, Edo State".

More in Afrique

"Jusqu'à sa mort, le père Odia était l'administrateur de l'église catholique St. Michael, Ikabigbo et également le directeur de l'école secondaire catholique St. Philip Jattu. Il était âgé de 41 ans. Que son âme repose en paix", ajoute le Père Egielewa dans sa déclaration partagée avec ACI Afrique.

Les dispositions prises pour l'enterrement du défunt Père Odia "seront annoncées ultérieurement par le diocèse", précise le directeur des communications sociales du diocèse d'Auchi.

Le Nigeria, pays d'Afrique de l'Ouest, "est confronté à une vague de violence de la part de bandes armées qui commettent fréquemment des meurtres et des enlèvements contre rançon, principalement dans des communautés rurales non protégées", a rapporté BBC News en avril.

Depuis 2009, date à laquelle l'insurrection de Boko Haram est apparue dans le but de transformer le pays en un État islamique, le Nigeria connaît l'insécurité.

Boko Haram, l'un des plus grands groupes islamistes d'Afrique, a orchestré des attaques terroristes aveugles contre diverses cibles, notamment des groupes religieux et politiques ainsi que des civils.

Advertisement

La situation d'insécurité a été compliquée par l'implication des bergers Fulani, majoritairement musulmans, également appelés milices Fulani, qui se heurtent fréquemment aux agriculteurs chrétiens.

Le dernier meurtre du père Borogo fait suite à une série d'autres assassinats de membres du clergé et de fidèles chrétiens dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

Le 19 juin, des hommes armés ont attaqué les fidèles de l'église St. Moses Rubu, l'une des 17 antennes de la paroisse St. Augustine de l'archidiocèse de Kaduna, de l'église baptiste Maranatha et de l'église évangélique Winning All, toutes les églises de la zone de gouvernement local (LGA) de Kajuru, dans l'État de Kaduna.

"Nous avons perdu trois de nos paroissiens et 36 personnes ont été enlevées, dont la majorité étaient des catholiques", a déclaré à CNA, l'agence sœur d'ACI Afrique, le père Francis Agba, curé de la paroisse de St Augustine.

Le père Agba a ajouté : "Il s'agit de la troisième attaque contre ce village au cours de ce seul mois et de la dernière des 15 attaques perpétrées cette année dans les 17 stations périphériques de la paroisse."

Le dimanche de Pentecôte, le 5 juin, des hommes armés ont attaqué la paroisse catholique St. Francis Xavier Owo du diocèse d'Ondo, faisant 39 morts et plus de 80 blessés parmi les catholiques.

Plus tôt cette année, en mars, le père Joseph Akete Bako, un autre prêtre de l'archidiocèse de Kaduna, a été kidnappé par des hommes armés à sa résidence et son garde de sécurité a été tué. Les dirigeants de l'archidiocèse catholique ont ensuite annoncé le décès du père Bako.

Cette histoire a été mise à jour pour inclure le meurtre du dimanche 26 juin du père Christopher Odia du diocèse d'Auchi au Nigeria. La version initiale de l'histoire avait été publiée sous le titre "Prêtre catholique tué après un raid terroriste dans une ferme de l'archidiocèse de Kaduna, au Nigeria".