Advertisement

Une entité catholique parmi les OSC demande au président sud-africain de parler des crises africaines au G7

Le président Cyril Ramaphosa. Crédit : Img : stateofthenation.gov.za Le président Cyril Ramaphosa. Crédit : Img : stateofthenation.gov.za

L'Institut Dennis Hurley pour la paix (DHPI), une entité de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe, fait partie des plus de 40 organisations de la société civile (OSC) africaines et internationales qui demandent au président de l'Afrique du Sud de parler des crises en Afrique au groupe des sept pays les plus riches du monde, communément appelé G7.

Le président Cyril Ramaphosa participe au sommet des dirigeants du G7 à Schloss Elmau, en Bavière, en Allemagne, à l'invitation de l'hôte, le chancelier Olaf Scholz.

Selon SAnews, l'agence de presse du gouvernement sud-africain, le président Ramaphosa devrait participer à deux séances de sensibilisation.

"La première sera un déjeuner de travail sur le thème 'Investir dans l'avenir', au cours duquel les questions du climat, de l'énergie et de la santé seront abordées, suivie d'une session de travail intitulée 'Plus forts ensemble', au cours de laquelle le sommet abordera les questions de sécurité alimentaire et la progression de l'égalité des sexes", a déclaré SAnews, citant la présidence dans son rapport du lundi 27 juin.

Dans une déclaration publiée le 27 juin, les représentants de quelque 41 OSC soulignent que l'alimentation et la nutrition, la transition climatique à partir des combustibles fossiles, la santé et l'économie sont les questions que le président sud-africain doit aborder lors du 48e sommet des chefs d'État et de gouvernement du G7, qui doit s'achever le mardi 28 juin.

Advertisement

Dans la déclaration adressée au président Ramaphosa, les responsables des OSC exhortent le président sud-africain à "définir les domaines critiques dans lesquels le G7 doit agir de toute urgence pour faire face aux crises mondiales croissantes, car il risque de manquer une occasion cruciale de réfléchir à l'impact de la guerre en Ukraine sur les pays et les peuples d'Afrique et sur la communauté mondiale au sens large".

Ils affirment que l'incapacité des dirigeants du G7 à s'attaquer aux crises mises en évidence en Afrique "enverra le signal que les doubles standards et l'intérêt personnel règnent en maître dans le club des riches, à un moment critique où il est nécessaire de construire des ponts au-delà des divisions internationales" puisqu'ils ont réagi à la guerre en Ukraine.

Pour relever le défi de l'alimentation et de la nutrition en Afrique et sur d'autres continents, le forum politique intergouvernemental composé du Canada, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis, ainsi que de l'Union européenne en tant que "membre non inscrit", doit "combler le fossé en injectant de toute urgence des fonds accrus pour prévenir la malnutrition et sauver des vies dans les pays tributaires des importations et touchés par des conflits", indiquent les représentants des 41 OSC dans leur déclaration datée du 23 juin.

Ils demandent également aux membres du G7 de "veiller à ce que des régions telles que la Corne de l'Afrique, le Sahel, l'Afghanistan, le Yémen et l'Ukraine ne se battent pas pour obtenir des fonds humanitaires essentiels, et de mettre sur la table un plan pour fournir une alimentation et une nutrition adéquates aux millions de personnes qui ont besoin d'aide".

Les dirigeants des OSC affirment que la réunion des dirigeants du G7 "est également un sommet crucial pour une transition climatique juste, loin des combustibles fossiles, où la solidarité mondiale peut devenir la norme sous-jacente de la façon dont l'humanité fait face aux conséquences de l'urgence climatique qui inclut les communautés vulnérables sur les lignes de front climatiques."

More in Afrique

"À Elmau, les dirigeants du G7 doivent engager des fonds supplémentaires importants pour faire face aux impacts climatiques, notamment par le biais du Bouclier mondial contre les risques climatiques proposé par la présidence allemande du G7", affirment les représentants des 41 OSC dont 24 africaines.

Ils ajoutent que la crédibilité des dirigeants du G7 à travers le monde "est jugée sur la clarté avec laquelle ils s'en tiennent à la voie du développement sans fossile ou s'ils gardent des portes dérobées ouvertes pour plus de gaz et de pétrole."

"Une sortie claire du charbon d'ici 2030 (comme l'a suggéré le SG de l'ONU la semaine dernière) par le G7 apporterait cette crédibilité. En tant qu'émetteurs historiques les plus importants, les pays du G7 ont la responsabilité d'aider ces communautés à faire face aux pertes et aux dommages causés par le climat", déclare la direction de l'OSC.

Ils appellent également les dirigeants du G7 à "agir de toute urgence pour apporter le soutien économique et fiscal qui a été promis, notamment en tenant leur promesse de recycler au moins 100 milliards de dollars en droits de tirage spéciaux pour soutenir un financement supplémentaire".

Les représentants des OSC souhaitent que le leader du G7 "s'attaque à la crise de la dette, notamment en permettant un allègement d'urgence et des liquidités."

Advertisement

"Si les dirigeants du G7 à Elmau font preuve de solidarité et joignent le geste à la parole, cela pourrait ouvrir la voie à une meilleure coopération mondiale à long terme sur les questions de sécurité internationale et de préoccupations humanitaires, ce qui permettrait d'intercepter plus facilement les crises futures avant qu'elles n'atteignent leur point d'ébullition", disent-ils dans leur déclaration de trois pages publiée le 27 juin.

Les représentants des OSC, dont ceux de l'entité de paix de la SACBC, affirment que des signes de solidarité par le biais d'un soutien financier "enverraient également un signal clair et rafraîchissant indiquant que le G7 n'est pas myope et n'applique pas de doubles standards".

Ils ajoutent que la fourniture d'une santé mondiale "aux pays africains est une question de confiance fondamentale pour le G7".

Les responsables des OSC se souviennent avec regret des événements du 47e sommet des dirigeants du G7. Ils déclarent : "Lors du sommet de l'année dernière, nous avons demandé la solidarité dans notre combat contre le COVID-19. Les dirigeants du G7, qui avaient accumulé des vaccins contre le COVID-19 pour leurs propres populations, ont refusé notre demande d'une large dérogation aux règles de propriété intellectuelle de l'Organisation mondiale du commerce qui aiderait nos secteurs pharmaceutiques à fabriquer des vaccins et des traitements."

"Au lieu de cela, ils se sont engagés à donner des doses. Mais un an plus tard, seule la moitié de ces dons se sont matérialisés. Souvent, ils sont arrivés en retard, en une seule fois, et proches de leur date d'expiration", disent-ils, et ajoutent : "La thésaurisation de la prochaine génération de vaccins et de traitements a déjà commencé."

Les représentants des 41 OSC demandent au président Ramaphosa de partager leur déception avec les dirigeants du G7.

"Les pays du G7 ont démontré qu'on ne peut pas leur faire confiance pour agir dans l'intérêt de la santé publique pour tout le monde, partout", disent-ils, et ils ajoutent : "Nous avons besoin de plus que des mots chaleureux de la part des dirigeants du G7 cette année. Nous avons besoin d'actions concrètes et d'engagements contraignants."