Le pape François engage le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, sur la crise du Sahel

Le pape François et le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keita.
Credit: Vatican Media

Une déclaration publiée par le Bureau de presse du Vatican le jeudi 13 février a révélé que le Pape François a reçu en audience, au Palais Apostolique, le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keita et que les deux hommes ont discuté, entre autres, des questions humanitaires et de sécurité dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

La déclaration indique que lors des discussions, qui se sont déroulées dans une atmosphère cordiale jeudi matin, les deux dirigeants ont exprimé leur satisfaction pour les bonnes relations bilatérales existantes. 

Ils se sont ensuite penchés sur la situation dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, en particulier sur les questions humanitaires et de sécurité, menacées par la propagation du radicalisme religieux et du terrorisme.

Le Mali est l'un des pays d'Afrique de l'Ouest qui aurait connu une recrudescence de la violence impliquant à la fois des civils et des militaires depuis 2016, avec plus de 4 000 décès signalés pour la seule année 2019, contre quelque 770 trois ans plus tôt. 

Le Burkina Faso et le Niger sont d'autres pays qui connaissent des violences similaires dans la région du Sahel.

L'année dernière, après la prière de l'Angélus du dimanche 24 mars sur la place Saint-Pierre, le pape François a appelé à prier pour les nombreuses victimes de la "violence brutale" au Mali et au Nigeria, un jour après qu'au moins 134 éleveurs peuls aient été attaqués et tués par des hommes armés dans le centre du Mali. 

"Que le Seigneur accueille les victimes, guérisse les blessés, apporte du réconfort aux familles et convertisse les cœurs cruels", a déclaré le pape François en faisant référence aux attaques dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Catholic Relief Services (CRS) a depuis lors appelé les parties prenantes dans la région du Sahel africain à aller au-delà de l'intervention militaire et à s'attaquer aux causes profondes des conflits de la région, notamment "l'extrême pauvreté, le chômage élevé des jeunes et le manque d'éducation. ”

Le 13 janvier, les dirigeants de la France, du Niger, du Mali, du Burkina Faso, du Tchad et de la Mauritanie se sont réunis dans la ville de Pau, au nord-ouest de la France, pour discuter de la coopération militaire dans la région du Sahel. Les six présidents ont convenu de regrouper leurs forces sous une seule entité appelée "la Coalition pour le Sahel".

"Au-delà d'une intervention militaire, nous devons nous attaquer aux causes profondes des conflits telles que l'extrême pauvreté, le chômage élevé des jeunes, le manque d'éducation - qui ont tous conduit à l'érosion d'un tissu social autrefois solide", a déclaré Jennifer Overton, directrice de CRS pour l'Afrique de l'Ouest, dans une déclaration envoyée à ACI Afrique le 16 janvier.

Lors de la rencontre entre le pape François et le président Keita, il a également été fait référence à diverses questions d'intérêt régional et international, notamment l'insécurité alimentaire croissante dans la région du Sahel, le phénomène de la migration et le maintien de la paix en Afrique occidentale.

Le président Keita a ensuite rencontré le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, accompagné de l'archevêque Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les relations avec les États au sein de la Secrétairerie d'État du Saint-Siège.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]