Advertisement

Les candidats politiques au Kenya "devraient" être spécifiques sur la façon de réduire le coût de la vie

Une affiche annonçant l'initiative du message dominical des membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB). Une affiche annonçant l'initiative du message dominical des membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB).

Les candidats à l'élection du 9 août au Kenya "devraient" être précis quant à leurs plans respectifs pour faire face au coût élevé de la vie dans le pays, sans rejeter la responsabilité sur leurs adversaires politiques "ou blâmer des facteurs externes", ont déclaré les évêques catholiques de ce pays d'Afrique de l'Est.

Dans une déclaration lue par Mgr Philip Anyolo dimanche 26 juin dans le cadre de l'initiative du message dominical des évêques catholiques, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) ont regretté qu'au Kenya, la vie soit devenue "de plus en plus insupportable pour les familles disposant de maigres ressources".

"Ceux qui se présentent aux élections devraient nous faire part de leur plan spécifique pour réduire le coût de la vie afin d'améliorer l'économie, sans détourner la responsabilité en pointant du doigt ou en accusant des facteurs externes", ont déclaré les évêques catholiques du Kenya.

Les candidats politiques doivent "signaler et aborder la crise économique actuelle pour le Kenyan commun", ont-ils souligné, ajoutant qu'il n'est pas suffisant pour ceux qui cherchent des positions politiques de décrier la situation économique.

"Nous avons besoin d'entendre des solutions et de savoir comment les nouveaux dirigeants vont protéger les pauvres dans cette crise économique", ont déclaré les membres du KCCB.

Advertisement

Dans un rapport publié le 10 juin, la Banque mondiale indique que "près d'un cinquième des familles kenyanes n'ont pas les moyens de s'offrir un repas décent en raison d'une forte augmentation des prix des denrées alimentaires" et ajoute que le coût élevé de la vie "survient alors même qu'un nombre croissant de familles ont eu recours à l'achat à crédit de denrées alimentaires et d'autres articles essentiels comme mécanisme d'adaptation au coût élevé de la vie".

Dans leur déclaration du 26 juin, les membres du KCCB ont déclaré que les dirigeants politiques sortants du Kenya "auraient pu faire beaucoup pour mettre en place des mécanismes permettant d'atténuer les effets des sécheresses permanentes qui sévissent actuellement dans certaines régions de notre pays".

Ils ont exprimé leur inquiétude quant aux futurs dirigeants politiques, déclarant : "Nous courons le risque que les dirigeants qui seront élus à différents postes électifs suivent la même tendance, c'est-à-dire qu'ils ne s'occupent pas du bien-être des pauvres et des démunis mais se concentrent sur eux-mêmes et sur l'augmentation de leurs salaires".

Pour éviter que la tendance actuelle ne se poursuive à l'avenir, les évêques catholiques du Kenya souhaitent que l'électorat s'interroge sur les plans spécifiques des candidats politiques pour améliorer l'économie.

"Nous devons spécifiquement demander à ceux qui cherchent à obtenir des postes électifs quels plans ils ont pour créer la bonne atmosphère économique, même en améliorant notre agriculture, et non pas quelles choses gratuites ils vont nous donner", ont déclaré les membres du KCCB.

More in Afrique

Ils ont ensuite exprimé leur inquiétude quant aux "niveaux alarmants" atteints par la dette internationale, et ont exhorté les candidats politiques à informer l'électorat des stratégies qu'ils ont l'intention de mettre en place pour le remboursement des dettes et leur gestion à l'avenir "afin d'améliorer le bien-être de nos citoyens".

Les membres du KCCB ont également appelé les bienfaiteurs kenyans à tendre la main aux moins fortunés de la société. Ils ont déclaré : "Soyons simplement émus par les soins de notre voisin pauvre. De nombreux Kenyans ont faim ! Le coût de la vie augmente. L'inflation s'aggrave. Tous sont appelés à venir en aide à notre voisin."

"Les Kenyans ont besoin d'une intervention urgente des gouvernements du comté et du pays maintenant, pas demain", ont souligné les évêques catholiques du Kenya.

Ils ont en outre exhorté le gouvernement national "à agir rapidement pour faire baisser les prix des produits de base comme la farine de maïs, le maïs et les haricots, la graisse de cuisson et le kérosène, afin que les familles puissent se permettre de répondre à leurs besoins fondamentaux."

Face aux défis économiques du pays, KCCB a appelé les Kényans "non seulement à continuer à travailler dur, mais aussi à s'assurer que nous devenons créativement plus innovants et entreprenants pour augmenter nos flux de revenus à tous les niveaux, en commençant par le niveau familial."

Advertisement

"Que Dieu, qui nous donne la grâce en abondance chaque jour, renforce notre détermination à redresser les torts dans ce pays, à nous soutenir mutuellement en tant que véritables frères et sœurs du même Dieu et à envisager la période post-électorale avec espoir et engagement en générant des opportunités économiques pour chaque Kenyan", ont déclaré les membres du KCCB dans leur message collectif lu par Mgr Anyolo le 26 juin.