Les sœurs de Loreto au Soudan du Sud ouvrent une clinique ultramoderne pour lutter contre l'absentéisme scolaire

La clinique de soins de santé primaires Mary Ward, récemment inaugurée par les Sœurs de Loreto dans le diocèse de Rumbek, au Soudan du Sud.
Credit: Soeurs de Loreto, Diocèse de Rumbek, Soudan du Sud

Peu après que les Sœurs de Loreto aient créé une école primaire et secondaire dans le diocèse de Rumbek, au Soudan du Sud, en 2010, apportant de l'espoir à des milliers d'enfants qui avaient l'habitude de marcher sur de longues distances en quête d'éducation, les Sœurs ont identifié un déficit de santé chez les enfants scolarisés qui nécessitait leur attention immédiate.

Selon le directeur de l'école secondaire de Loreto, Sr. Orla Treacy, les enfants scolarisés ont commencé à manquer leurs cours en grand nombre à cause de maladies, en particulier pendant la saison des moustiques où beaucoup attrapent le paludisme.  Dans une interview avec ACI Afrique, vendredi 14 février, Sœur Treacy a déclaré que les enfants malades de l'internat de l'école étaient transportés vers des hôpitaux loin de l'école, tandis que les externes restaient loin de l'école par manque de traitement.

"Alors que la population commençait à augmenter à l'école primaire et secondaire, nous avons découvert que l'une des principales raisons de l'absentéisme était la santé ; en tant qu'internat, nous pouvions emmener jusqu'à 15 filles dans les cliniques de la ville pendant la saison du paludisme et nos propres élèves du primaire en souffraient également", a raconté Sœur Treacy à l'ACI Afrique.

Elle a ajouté : "Une fois de plus, la communauté locale nous a invités à envisager une clinique".

Heureusement pour les sœurs, une des religieuses de la congrégation, Loreto Sr Penina, une infirmière du Kenya, s'est rendue dans le diocèse de Rumbek en 2016 et a ouvert une petite clinique scolaire pour les besoins des élèves.

La petite clinique, cependant, ne pouvait pas répondre aux besoins des élèves et des étudiants, ainsi qu'à ceux des membres de la communauté autour de l'école qui, selon Sr Orla, avaient des besoins sanitaires variés.

"Quand nous avons commencé la clinique scolaire, Sr. Penina a commencé à reconnaître les besoins parmi nos travailleurs et de nombreuses femmes se battaient contre des problèmes de santé chroniques et de nombreux enfants de la communauté étaient mal nourris. C'est ainsi que le projet et le rêve d'un centre de soins de santé primaires ont vu le jour".

C'est cette lacune qui a inspiré le début de la construction d'une clinique ultramoderne à l'école avec le soutien du gouvernement allemand, de Sign of Hope et de Misean Cara, un mouvement missionnaire irlandais basé sur la foi qui travaille avec les communautés marginalisées et vulnérables dans les pays en développement ; et la bonne volonté de la communauté de Rumbek, Sr. Orla a révélé dans l'interview.

Elle a expliqué que la mission de l'hôpital était calquée sur l'exemple de Mary Ward, la fondatrice des Sœurs de Lorette dont la clinique porte aujourd'hui le nom.

"Mary Ward était la fondatrice de notre congrégation. Née il y a plus de quatre cents ans, elle a beaucoup souffert dans sa vie de femme ; elle avait une grande vision de l'éducation des jeunes femmes, croyant que "les femmes dans le temps à venir feront de grandes choses", a déclaré Sœur Orla, ajoutant : "Cette vision est très vivante pour nous à Rumbek et parmi les filles avec lesquelles nous travaillons aujourd'hui".

Elle poursuit : "Mary Ward avait aussi un grand amour pour les pauvres. Quand nous sommes malades, nous sommes souvent les plus pauvres. Sur le plan économique, nous n'avons peut-être pas l'argent nécessaire pour payer les médicaments ; sur le plan physique, nous n'avons peut-être pas la force et, sur le plan social, nous n'avons peut-être pas beaucoup de soutien ; sur le plan intellectuel, nous n'avons peut-être pas les connaissances nécessaires pour comprendre la maladie. Ainsi, pour nous les malades sont parmi les plus pauvres de notre communauté et pauvres sont ceux que Mary Ward aimait".

Lors de l'inauguration de l'hôpital le 11 février, lors d'une cérémonie haute en couleur qui coïncidait avec la célébration de la 28e Journée mondiale des malades par l'Église universelle, la sœur de Loreto a déclaré que les activités de l'établissement de santé seraient axées sur l'éducation.

"Tout ce que nous faisons dans l'enceinte de Loreto est fait dans l'esprit de l'éducation", a-t-elle déclaré, ajoutant : "L'éducation est notre mission principale et cela se retrouve dans tous les domaines de travail. L'un de nos principaux projets dans la clinique est l'éducation à la santé".

Soulignant certaines de leurs activités dans ce pays d'Afrique de l'Est, la religieuse d'origine irlandaise a raconté avoir visité sept écoles locales de la région l'année dernière et avoir proposé des cours d'éducation à la santé aux élèves et aux étudiants.

"Cette année, nous espérons étendre ce projet à d'autres écoles et à des groupes communautaires locaux", a déclaré la religieuse primée.

Décrivant les services que la clinique entend offrir, la religieuse de 47 ans a déclaré que le personnel formé à la clinique fournirait des services cliniques à quelque 1 600 élèves de l'école et à leurs familles proches dans la communauté locale.

Les Sœurs de Lorette ont également proposé des programmes de sensibilisation, tels que des cliniques mobiles, à d'autres institutions gérées par différentes congrégations religieuses de la région.

Les Sœurs de Loreto du diocèse de Rumbek gèrent également un programme de nutrition qui prend en charge 50 bébés mal nourris de la communauté locale. Ces services, Sr. Orla dit, sont étendus aux membres de la famille immédiate des bébés.

En outre, les religieuses gèrent un programme de formation qui s'adresse aux diplômés prêts à accepter des stages. Selon Sœur Orla, six diplômés se sont vu offrir cette année un stage à la clinique.

"Au cours de l'année, les stagiaires ont été formés en tant qu'infirmiers auxiliaires et pour aider aux soins de santé de base. Heureusement, cette semaine, les six nous quittent pour étudier la médecine et les soins infirmiers et nous sommes impatients d'accueillir le prochain groupe et la prochaine génération de travailleurs de la santé". a fait remarquer M. Treacy.

Parmi les religieuses, il y a une psychothérapeute et une autre sœur ayant une formation en guérison de traumatismes pour offrir un soutien psychosocial aux clients de l'hôpital.

Et en collaboration avec le gouvernement, les sœurs gèrent également un programme de vaccination.

S'exprimant lors de la grande ouverture à laquelle ont assisté les communautés scolaires de Loreto, les membres et les anciens de la communauté locale ainsi que le ministère de la santé et celui de l'éducation du pays, le père John Mathiang Machol, coordinateur diocésain du diocèse de Rumbek, a déclaré que l'établissement serait un lieu de santé doté de pouvoirs divins.  

"Ce centre de soins de santé primaires dédié à Mary Ward sera le lieu de la guérison, le pouvoir de guérison de Dieu", a déclaré le père Mathiang aux invités lors du lancement mardi 11 février.

S'adressant aux sœurs de Lorette qui ont été chargées pour la première fois de construire une école dans le diocèse en 2008, accomplissant la tâche deux ans plus tard, l'ecclésiastique sudsoudanais a déclaré : "Toutes les choses que vous avez faites il y a dix ans sont réalisées une par une. Cette (clinique) est maintenant la troisième installation à être réalisée selon le plan et la communauté".

Le gouverneur par intérim de l'État des lacs occidentaux, Mathiang Deng, a remercié l'administration de l'institution et les parties prenantes pour l'installation.

"Félicitations pour le travail bien fait. C'est l'une des plus grandes unités sanitaires que nous ayons jamais eues à Rumbek", a déclaré M. Deng.

"Ce centre de santé va changer la vie de nos enfants, de nos mères et des personnes vulnérables dans cette région. Ils ne marcheront plus aussi longtemps pour se faire soigner contre le paludisme", a déclaré le gouverneur par intérim.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]