Un prêtre nigérian enlevé lors d'un nouvel attentat

Fr. Nicholas Oboh.
Credit: Augustine Mario/Twitter

Un prêtre catholique a été kidnappé vendredi au Nigeria. Le père Nicholas Oboh, du diocèse d'Uromi, a été enlevé par des hommes armés dans l'État d'Edo, dans la région sud-ouest du pays.

"Nous sommes sûrs qu'il est vivant, et depuis l'incident, des mesures ont été prises pour s'assurer que le révérend Nicholas Oboh soit libéré sans aucun mal", a déclaré le chancelier du diocèse d'Uromi, le père Osi Odenore, aux journalistes locaux le 14 février.

Les médias locaux ont également rapporté que plusieurs enfants ont été kidnappés en même temps.

S'adressant aux journalistes et sur Facebook, le père Osi Odenore a déclaré que le diocèse s'efforçait désormais d'obtenir la libération d'Oboh. Le chancelier a également appelé à la prière pour la libération du prêtre.

Cet enlèvement est le dernier d'une série d'enlèvements et de meurtres au Nigeria qui ont impliqué des catholiques et d'autres chrétiens, des membres du clergé, des séminaristes et des laïcs.

Au début de cette semaine, des militants islamistes présumés de l'État de Borno ont organisé un incendie criminel qui a fait 30 victimes, dont une mère enceinte et son bébé. L'attaque a également détruit 18 véhicules remplis de vivres pour la région.

Le séminariste Michael Nnadi, 18 ans, a été tué fin janvier, quelques semaines après que lui et trois autres séminaristes aient été enlevés de leur séminaire au Nigeria. Les séminaristes enlevés avec Nnadi ont été relâchés, mais l'un d'entre eux risque de mourir.

En janvier également, le révérend Lawan Andima, président du gouvernement local de l'Association chrétienne du Nigeria et père marié de neuf enfants, a été décapité par Boko Haram.

L'archevêque Augustine Obiora Akubeze de Benin City a déclaré qu'Andima a été tué "simplement parce qu'il était chrétien".

Dans une interview accordée le 7 février à l'organisation "Aid to the Church in Need", l'archevêque Akubeze, qui est président de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria, a averti que "la situation actuelle au Nigeria reflète une tension inutile, injustifiée et auto-infligée. Une nation politiquement polarisée".

"Le président du Nigeria a récemment déclaré qu'il était choqué par le meurtre incessant de Nigérians, qui sont pour la plupart des chrétiens. De nombreux Nigérians se demandent si le président vit dans un univers parallèle", a déclaré M. Akubeze.

"Comment peut-il être surpris en ce moment ? Après que certains d'entre nous aient assisté à des enterrements massifs de chrétiens tués par Boko Haram ? Le gouvernement ne fait certainement pas assez pour protéger à la fois les chrétiens et les musulmans".

Boko Haram, un groupe militant islamiste qui a prêté serment d'allégeance à l'État islamique, est actif au Nigeria depuis des années. Bien que le groupe ait attaqué à la fois des musulmans et des chrétiens dans le passé, l'archevêque a déclaré que les récentes attaques se sont concentrées sur le meurtre et l'enlèvement de chrétiens.

M. Akubeze a déclaré que la situation est désastreuse et qu'elle s'aggrave.

"Un domaine dans lequel je pense que les nations occidentales et les médias peuvent être d'une grande aide est de couvrir les histoires de ces atrocités au Nigeria", a réfléchi M. Akubeze.

"Le nombre de meurtres est tout simplement époustouflant. Peut-être qu'avec une couverture occidentale significative, le gouvernement du Nigeria pourrait être mis sous pression pour agir".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]