Advertisement

Nigeria: le meurtre d'un prêtre catholique est le signe d'un "pays en faillite"

Le meurtre du père John Mark Cheitnum, membre du clergé du diocèse de Kafanchan au Nigeria, est le reflet d'un "État et d'un pays en faillite", a déclaré un prêtre catholique.

Dans son homélie lors de la messe d'enterrement du défunt prêtre catholique nigérian, assassiné le 15 juillet, le père Jega Daniel Romanus a déclaré que les chrétiens au Nigeria sont devenus "une espèce en voie de disparition".

"Aujourd'hui, nous enterrons un prêtre qui est la victime d'un gouvernement local défaillant, d'un État défaillant et d'un pays défaillant", a déclaré le père Romanus lors de la célébration eucharistique du jeudi 21 juillet.

Le membre du clergé du diocèse de Kafanchan a décrié les pertes de vie endémiques et a décrit la nation ouest-africaine comme "un pays où les animaux sont plus libres que les êtres humains ; un pays où les animaux ont plus d'espoir d'atteindre demain que les êtres humains".

"Le père Mark est mort parce que les gouvernements actuels ont décidé d'accorder plus de valeur à la vie du criminel qu'à celle du bon citoyen", a déclaré le père Romanus.

Advertisement

Le Père John Mark, 44 ans, a été enlevé avec un collègue, le Père Denatus Cleopas, le 15 juillet. Alors que le père Cleopas a échappé à ses ravisseurs, le directeur de la communication du diocèse de Kafanchan aurait été tué le jour même de leur enlèvement.

Le père John Mark est le dernier ecclésiastique à avoir été tué dans le pays où les groupes armés organisent des attaques ciblées.

Le Nigeria connaît l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection de Boko Haram est apparue dans le but de transformer ce pays d'Afrique de l'Ouest en un État islamique.

Dans son homélie du 21 juillet, le père Romanus a déclaré que le christianisme "est devenu une espèce en voie de disparition".

"Ses dirigeants sont désormais des cibles car ils sont considérés comme des menaces pour la survie de leur dynastie. Ce que nous voyons est l'exécution d'un projet transmis d'une génération à l'autre", a-t-il déclaré.

More in Afrique

Le prêtre catholique a déclaré que ce à quoi les chrétiens du Nigéria sont confrontés "nous rappelle que le nom du Christ est plus important que toute dénomination et que si le christianisme doit survivre au Nigéria et en Afrique, nous devons combattre le mal de la discrimination confessionnelle".

Face aux défis, le père Romanus a appelé les chrétiens à s'unir au-delà de leurs dénominations.

"Camarades chrétiens, nous devons tous savoir que si le christianisme doit survivre, chaque chrétien doit être prêt à mourir. Chaque chrétien doit maintenant défendre sa foi. Chaque chrétien doit être prêt à mourir en raison de sa croyance", a-t-il déclaré.

Il a appelé les chrétiens à agir et à se sauver, en disant : "Le temps de dormir est terminé. Il est maintenant temps de combiner la prière avec des actions significatives."

"Nous avons suffisamment prié et Dieu nous dit maintenant de travailler pour notre salut. Si nous restons froids, la postérité nous accusera de les avoir envoyés en esclavage", a déclaré le prêtre catholique nigérian.

Advertisement

Il a également mis en garde les dirigeants du sud de Kaduna contre la déloyauté. "Permettez-moi également de m'adresser à nos dirigeants politiques du sud de Kaduna. Assez de trahison. Assez de la trahison", a-t-il déclaré.

"Il n'y a jamais un mouvement politique dans l'État ou dans le pays que vous ne connaissez pas", a déclaré le père Romanus, s'adressant aux dirigeants politiques de l'État nigérian, et a ajouté : "Taisez-vous et laissez votre peuple être trompé parce que l'argent est plus important pour vous que le confort de votre peuple."

"Je prie pour que, avant que Dieu ne vous demande des comptes sur votre décision, le peuple vous demande rapidement au nom de Dieu", a-t-il ajouté.

S'adressant aux membres du clergé, le père Romanus a déclaré : "A vous, mes frères prêtres, nous avons perdu un frère et un ami. Un collègue prophète est tombé".

"La mort d'un prêtre devrait nous rappeler notre unité commune. Elle devrait nous rappeler la nécessité de nous tenir par la main et de marcher ensemble. La plupart du temps, nous permettons aux fidèles laïcs de connaître nos différences et nos faiblesses communes", a-t-il déclaré, ajoutant que les oppresseurs profitent des divisions entre chrétiens.

"Maintenant que nous sommes devenus une espèce en voie de disparition, nous devons travailler à renforcer notre unité", a ajouté le père Romanus, avant de poursuivre : "Nous devons gérer la manière dont nous discutons et révélons l'identité et les projets de nos frères prêtres devant les fidèles laïcs."

"Les moutons dont nous nous occupons ont fait de nous des marchandises qu'ils peuvent vendre pour gagner de l'argent", a-t-il ajouté.

Le Père Romanus a souligné la nécessité de l'unité entre les membres du clergé, en disant : "Lorsque nous restons unis, nous réussirons. Mais si nous décidons de mettre en jeu nos différences, nous n'atteindrons pas le résultat de notre ministère."

S'adressant aux laïcs, le membre du Clergé du diocèse de Kafanchan a déclaré : "Priez pour nous, vos prêtres, afin que nous puissions bien vous diriger."

"Nous sommes vos dirigeants et non des animaux que vous pouvez vendre et faire des gains. Quels que soient les différends que vous avez avec nous, il y a des moyens de les régler à l'amiable autrement que par ce que vous nous faites maintenant", a déclaré le père Romanus pendant la messe d'enterrement de son défunt collègue, le père John Mark.

Il a ajouté : "Ceux d'entre vous qui nous livrent à nos ennemis savent ceci, quand ils en auront fini avec nous, ils se tourneront certainement vers vous."