Advertisement

Les évêques catholiques d'Afrique sont invités à promouvoir la dignité humaine pour parvenir à une "sécurité durable"

Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Luis Antonio Cardinal Tagle et quelques membres du SCEAM lors de l'ouverture de la 19ème Assemblée plénière du SCEAM à Accra, Ghana. Crédit : ACI Afrique Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Luis Antonio Cardinal Tagle et quelques membres du SCEAM lors de l'ouverture de la 19ème Assemblée plénière du SCEAM à Accra, Ghana. Crédit : ACI Afrique

Une sécurité durable dans le monde entier, y compris en Afrique, peut être atteinte lorsque la dignité humaine est à la fois valorisée et protégée, a déclaré le Pro-préfet du Dicastère pour l'Évangélisation aux délégués de la 19ème Assemblée plénière du Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM).

Dans son discours prononcé lors de la cérémonie d'ouverture de l'assemblée plénière qui a rassemblé plus de 120 évêques catholiques d'Afrique à Accra, capitale du Ghana, le cardinal Luis Antonio Tagle a exhorté les membres du SCEAM à "montrer au continent et au monde que la véritable sécurité durable et soutenable naît de la valorisation et de la protection de la dignité de chacun".

La sécurité est assurée "lorsque les êtres humains sont traités comme des frères et des sœurs, lorsque nous partageons leurs joies et leurs peines", a déclaré le cardinal Tagle lors de l'événement du mardi 26 juillet qui s'est tenu au centre de conférence de l'Institut ghanéen de gestion et d'administration publique (GIMPA).

Une sécurité durable et viable peut être atteinte "lorsque chacun a accès aux biens de la terre et aux besoins fondamentaux pour la croissance humaine", a déclaré le cardinal basé au Vatican.

"Lorsque les migrants et les réfugiés, contraints de quitter leur foyer en raison de la pauvreté, de la violence et des catastrophes environnementales, sont accueillis, protégés et intégrés dans nos communautés", a-t-il ajouté, on peut s'attendre à une véritable sécurité.

Advertisement

La promotion de la dignité humaine, l'accès aux besoins humains fondamentaux, la protection et la prise en charge des personnes vulnérables, y compris l'intégration des migrants et des réfugiés, a déclaré le cardinal Tagle aux délégués de la 19e assemblée plénière du SCEAM, "c'est la communion ; c'est la vraie sécurité".

Créé en juillet 1969 par le désir des évêques catholiques d'Afrique, lors du Concile Vatican II, de parler d'une seule voix, le SCEAM a pour mission de "promouvoir son rôle de signe et d'instrument de salut et de construire l'Église en tant que Famille de Dieu en Afrique", tout en préservant et en favorisant la communion et la collaboration entre ses conférences membres.

Dans son discours du 26 juillet, le Pro-préfet du dicastère qui a fusionné l'ancienne Congrégation pour l'évangélisation des peuples et le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation a mis au défi les membres du SCEAM de se montrer à la hauteur de leur mission en tant qu'"instrument de communion" pour contribuer à la sécurité.

"Le SCEAM, comme d'autres organismes ecclésiaux et pastoraux aux niveaux diocésain, national, continental et universel, est un signe et un instrument de communion", a déclaré le cardinal Tagle, avant d'ajouter : "La communion, tout en étant un don de Dieu, est aussi une tâche et une responsabilité humaines."

Il a regretté le fait que "la sécurité soit souvent militarisée et idéologisée. Plus cela se produit, plus le monde est insécurisé. Plus la sécurité est militarisée et idéologisée, plus le monde est insécurisé."

More in Afrique

"La communion ecclésiale et pastorale générée au sein du continent africain et des îles par le SCEAM, contribue à la sécurité du continent", a déclaré le cardinal philippin qui a débuté son ministère épiscopal dans le diocèse d'Imus aux Philippines en décembre 2001.

"Chacun contribue à la communion. Chacun bénéficie de la communion", a déclaré le cardinal de 65 ans, plaidant pour "un SCEAM détenu et soutenu par tous ses membres et renforcé par tous les membres."

L'ancien archevêque de l'archidiocèse de Manille, aux Philippines, a imploré : "Que le SCEAM soit un signe et un instrument de communion qui favorise une sécurité authentique et durable."

L'Assemblée plénière du SCEAM en cours fait suite à celle de juillet 2019 qui s'est déroulée à Kampala, en Ouganda, marquant la célébration du jubilé d'or du symposium continental et se concluant par l'élection du cardinal Philippe Ouedraogo, archevêque de Ouagadougou au Burkina Faso, à la présidence du SCEAM.

Les délégués de la 19ème Assemblée plénière se réunissent sous le thème "L'appropriation du SCEAM : Sécurité et migration en Afrique et dans ses îles".

Advertisement

Ils sont issus des huit associations régionales d'évêques catholiques. Il s'agit de l'Association des conférences épiscopales d'Afrique centrale (ACEAC), de l'Association des conférences épiscopales membres d'Afrique orientale (AMECEA), de l'Association des conférences épiscopales de la région d'Afrique centrale (ACERAC) et des conférences épiscopales régionales d'Afrique de l'Ouest (RECOWA/CERAO).

Les autres associations régionales sont l'Assemblée de la Hiérarchie Catholique d'Egypte (AHCE), les Conférences Episcopales Régionales d'Afrique du Nord (CERNA), Madagascar et les Conférences Episcopales de l'Océan Indien (CEDOI), et la Réunion Interrégionale des Evêques d'Afrique Australe (IMBISA).