Des groupes catholiques au Ghana condamnent les insultes d'un journaliste américain à l'encontre des évêques

Deux groupes de laïcs catholiques au Ghana ont, dans des déclarations séparées, exprimé leur mécontentement face au contenu d'une vidéo virale de Kevin Ekow Baidoo Taylor, journaliste ghanéen et commentateur de médias sociaux basé aux États-Unis, destinée aux évêques catholiques de la nation ouest-africaine du Ghana.

"Le Conseil national de la jeunesse catholique du Ghana (GHANCYC), l'organisme qui chapeaute toute la jeunesse catholique du Ghana, écrit pour condamner la politique d'insultes du journaliste indépendant Kelvin Taylor qui circule sur les médias sociaux et dans certains médias concernant la position de la Conférence des évêques catholiques du Ghana selon laquelle l'église fera campagne contre tout parti politique qui ne démontre pas son engagement à mettre fin à l'autodéfense au Ghana", peut-on lire dans une partie d'une déclaration du GHANCYC vue par ACI Afrique.

Le groupe de jeunes ajoute dans sa déclaration collective signée le 14 février et publiée le 17 février, "Des opinions et des commentaires peuvent être faits sur le fond de la question sans attaquer les personnalités et nous, la Jeunesse Catholique, condamnons ces propos de M. Kelvin Taylor et lui conseillons humblement de s'excuser auprès des hommes éminents de Dieu".

S'exprimant dans son émission phare "With All Due Respect", diffusée sur You Tube le 11, le journaliste ghanéen exprime sa fureur contre le corps des évêques catholiques du Ghana, les accusant de partialité dans la politique de leur pays, de penchant pour la présidence, et de ne pas avoir contesté les fautes du président sortant.

Faisant référence à la récente déclaration du Secrétariat national catholique du Ghana (NCS), le bras exécutif de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC), de faire campagne contre les partis politiques qui ne font pas preuve d'un engagement suffisant pour mettre fin au vigilantisme, la personnalité médiatique clairement agitée mais insolente décrit les évêques catholiques du Ghana comme des "évêques de l'estomac" qui sont des "fantassins" du parti au pouvoir au Ghana.

La déclaration des évêques a fait suite à la décision du Congrès national démocratique (NDC), parti d'opposition au Ghana, de suspendre la signature du pacte qui obligeait les partis politiques à dissoudre les groupes d'autodéfense.

Dans leur déclaration d'une page, les jeunes catholiques de GHANCYC ont averti que si tous les citoyens sont autorisés à exercer leur droit à la liberté d'expression, "ce droit s'accompagne également de responsabilités" et "il devrait être dépourvu d'insultes et de fustigations car elles ont tendance à provoquer la violence à long terme".

Signé par le secrétaire général de la GHANCYC, Dennis Appiah-Sasraku, et la présidente, Joyce Osei-Bonsu, la jeunesse catholique reconnaît le processus délibéré de prise de position collective des évêques catholiques du Ghana, en déclarant : "La Conférence des évêques catholiques du Ghana ne se prononce pas sur les questions sans avoir soigneusement analysé tous les avantages et les inconvénients avant de passer à l'antenne. ”

"L'avenir de ce pays repose sur les jeunes et nous ne pouvons pas continuer à être utilisés comme des voyous dans l'intérêt égoïste de tout parti politique", notent les GHANCYC dans leur déclaration collective et ajoutent, "Nous prions pour que toutes les parties prenantes poursuivent le dialogue afin que cette voie pour mettre fin au vigilantisme voie le jour".

Dans leur déclaration, les jeunes s'engagent à soutenir les évêques catholiques du Ghana en disant : "Nous soutenons fermement nos évêques dans leur soutien aux autres parties prenantes, y compris les partis politiques, dans leur quête pour éliminer le vigilantisme politique dans notre paysage politique. ”

Les jeunes ajoutent : "Nous encourageons toutes les parties prenantes à poursuivre les discussions en vue d'éradiquer le vigilantisme dans nos processus électoraux afin de préserver la paix et la tranquillité qui règnent dans notre chère nation".

De leur côté, les membres de la section ghanéenne du Knights and Ladies Auxiliary of St. John International (KSJI), une société affiliée à l'Église catholique, ont également pesé sur le controversé journaliste ghanéen basé aux États-Unis dans une déclaration du 17 février vue par ACI Afrique.

"Nous avons observé avec consternation la circulation de certains enregistrements vidéo avec la voix et l'image d'un certain Ekow Kevin Taylor et dans ladite vidéo, on entend M. Taylor lancer des insultes à divers chefs religieux du pays (Ghana), y compris les évêques catholiques", ont déclaré les membres de KSJI.

"Nous souhaitons affirmer sans équivoque que l'utilisation d'un langage aussi grossier dans les enregistrements vidéo et le fait de rendre ces enregistrements viraux sont condamnables et ne devraient pas être autorisés", ont ajouté les membres dans leur déclaration collective signée par le président de la Commanderie suprême subordonnée du Ghana, Peter Sangber-Dery, et le président des Dames auxiliaires subordonnées du Ghana, Noble Sœur Eugenia Enyimayew.

Dans leur déclaration d'une page, les membres du KSJI défendent les évêques catholiques du Ghana et reprochent au journaliste de ne pas avoir pris en compte le contexte de la déclaration des évêques.

"Il est malheureux que Taylor ait pris une affaire complètement hors contexte et ait versé des vitupérations aussi injustifiées sur des citoyens innocents, respectables et respectueux des lois, qui ont beaucoup sacrifié pour aider à promouvoir la paix dans le pays", déclarent les membres du KSJI. 

Les membres expriment leur soutien aux évêques catholiques du Ghana en disant : "Nous déclarons par la présente notre soutien indéfectible à nos évêques et au clergé en général et nous les encourageons à ne pas tenir compte de ces commentaires distrayants et à rester concentrés sur leurs efforts individuels et collectifs pour faire paître leur troupeau, ainsi que pour aider à promouvoir la paix et la bonne gouvernance dans le pays. ”

Deux groupes de laïcs catholiques au Ghana ont, dans des déclarations séparées, exprimé leur mécontentement face au contenu d'une vidéo virale de Kevin Ekow Baidoo Taylor, journaliste ghanéen et commentateur de médias sociaux basé aux États-Unis, destinée aux évêques catholiques de la nation ouest-africaine du Ghana.

"Le Conseil national de la jeunesse catholique du Ghana (GHANCYC), l'organisme qui chapeaute toute la jeunesse catholique du Ghana, écrit pour condamner la politique d'insultes du journaliste indépendant Kelvin Taylor qui circule sur les médias sociaux et dans certains médias concernant la position de la Conférence des évêques catholiques du Ghana selon laquelle l'église fera campagne contre tout parti politique qui ne démontre pas son engagement à mettre fin à l'autodéfense au Ghana", peut-on lire dans une partie d'une déclaration du GHANCYC vue par ACI Afrique.

Le groupe de jeunes ajoute dans sa déclaration collective signée le 14 février et publiée le 17 février, "Des opinions et des commentaires peuvent être faits sur le fond de la question sans attaquer les personnalités et nous, la Jeunesse Catholique, condamnons ces propos de M. Kelvin Taylor et lui conseillons humblement de s'excuser auprès des hommes éminents de Dieu".

S'exprimant dans son émission phare "With All Due Respect", diffusée sur You Tube le 11, le journaliste ghanéen exprime sa fureur contre le corps des évêques catholiques du Ghana, les accusant de partialité dans la politique de leur pays, de penchant pour la présidence, et de ne pas avoir contesté les fautes du président sortant.

Faisant référence à la récente déclaration du Secrétariat national catholique du Ghana (NCS), le bras exécutif de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC), de faire campagne contre les partis politiques qui ne font pas preuve d'un engagement suffisant pour mettre fin au vigilantisme, la personnalité médiatique clairement agitée mais insolente décrit les évêques catholiques du Ghana comme des "évêques de l'estomac" qui sont des "fantassins" du parti au pouvoir au Ghana.

La déclaration des évêques a fait suite à la décision du Congrès national démocratique (NDC), parti d'opposition au Ghana, de suspendre la signature du pacte qui obligeait les partis politiques à dissoudre les groupes d'autodéfense.

Dans leur déclaration d'une page, les jeunes catholiques de GHANCYC ont averti que si tous les citoyens sont autorisés à exercer leur droit à la liberté d'expression, "ce droit s'accompagne également de responsabilités" et "il devrait être dépourvu d'insultes et de fustigations car elles ont tendance à provoquer la violence à long terme".

Signé par le secrétaire général de la GHANCYC, Dennis Appiah-Sasraku, et la présidente, Joyce Osei-Bonsu, la jeunesse catholique reconnaît le processus délibéré de prise de position collective des évêques catholiques du Ghana, en déclarant : "La Conférence des évêques catholiques du Ghana ne se prononce pas sur les questions sans avoir soigneusement analysé tous les avantages et les inconvénients avant de passer à l'antenne. ”

"L'avenir de ce pays repose sur les jeunes et nous ne pouvons pas continuer à être utilisés comme des voyous dans l'intérêt égoïste de tout parti politique", notent les GHANCYC dans leur déclaration collective et ajoutent, "Nous prions pour que toutes les parties prenantes poursuivent le dialogue afin que cette voie pour mettre fin au vigilantisme voie le jour".

Dans leur déclaration, les jeunes s'engagent à soutenir les évêques catholiques du Ghana en disant : "Nous soutenons fermement nos évêques dans leur soutien aux autres parties prenantes, y compris les partis politiques, dans leur quête pour éliminer le vigilantisme politique dans notre paysage politique. ”

Les jeunes ajoutent : "Nous encourageons toutes les parties prenantes à poursuivre les discussions en vue d'éradiquer le vigilantisme dans nos processus électoraux afin de préserver la paix et la tranquillité qui règnent dans notre chère nation".

De leur côté, les membres de la section ghanéenne du Knights and Ladies Auxiliary of St. John International (KSJI), une société affiliée à l'Église catholique, ont également pesé sur le controversé journaliste ghanéen basé aux États-Unis dans une déclaration du 17 février vue par ACI Afrique.

"Nous avons observé avec consternation la circulation de certains enregistrements vidéo avec la voix et l'image d'un certain Ekow Kevin Taylor et dans ladite vidéo, on entend M. Taylor lancer des insultes à divers chefs religieux du pays (Ghana), y compris les évêques catholiques", ont déclaré les membres de KSJI.

"Nous souhaitons affirmer sans équivoque que l'utilisation d'un langage aussi grossier dans les enregistrements vidéo et le fait de rendre ces enregistrements viraux sont condamnables et ne devraient pas être autorisés", ont ajouté les membres dans leur déclaration collective signée par le président de la Commanderie suprême subordonnée du Ghana, Peter Sangber-Dery, et le président des Dames auxiliaires subordonnées du Ghana, Noble Sœur Eugenia Enyimayew.

Dans leur déclaration d'une page, les membres du KSJI défendent les évêques catholiques du Ghana et reprochent au journaliste de ne pas avoir pris en compte le contexte de la déclaration des évêques.

"Il est malheureux que Taylor ait pris une affaire complètement hors contexte et ait versé des vitupérations aussi injustifiées sur des citoyens innocents, respectables et respectueux des lois, qui ont beaucoup sacrifié pour aider à promouvoir la paix dans le pays", déclarent les membres du KSJI. 

Les membres expriment leur soutien aux évêques catholiques du Ghana en disant : "Nous déclarons par la présente notre soutien indéfectible à nos évêques et au clergé en général et nous les encourageons à ne pas tenir compte de ces commentaires distrayants et à rester concentrés sur leurs efforts individuels et collectifs pour faire paître leur troupeau, ainsi que pour aider à promouvoir la paix et la bonne gouvernance dans le pays. ”


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]