Advertisement

Organisez des élections crédibles, "éliminez toutes les failles" : Les chefs religieux du Kenya à l'organisme électoral

Les leaders religieux au Kenya lors de la réunion de prière conjointe avec l'IEBC le mercredi 3 août. Les leaders religieux au Kenya lors de la réunion de prière conjointe avec l'IEBC le mercredi 3 août.

Les chefs religieux du Kenya ont exhorté la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC) à conduire les élections générales du 9 août au Kenya d'une manière qui ne suscite pas de doutes quant à leur crédibilité.

Dans un message diffusé le mercredi 3 août lors de la réunion de prière conjointe que la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) et le Conseil national des églises du Kenya (NCCK) ont organisée avec l'IEBC, les chefs religieux ont fait référence aux élections précédentes dans le pays d'Afrique de l'Est et ont exhorté l'IEBC à "combler toutes les lacunes" qui pourraient discréditer le processus électoral.

"Nous vous encourageons vivement, ainsi que l'ensemble de l'équipe, à prendre les mesures nécessaires pour combler toutes les lacunes qui pourraient conduire à la remise en question de la crédibilité des élections", ont déclaré les représentants des chefs religieux du Kenya dans le message lu par l'évêque John Oballa Owaa du diocèse catholique de Ngong.

Ils ont exhorté l'IEBC à combler la faille du formulaire 34A. Selon le règlement électoral du Kenya, le formulaire 34A est le premier formulaire utilisé pour compiler les résultats de l'élection présidentielle.

Rempli par le président du bureau de vote après le dépouillement des votes, le formulaire 34A contient les détails des votes recueillis par chaque candidat, le nombre total d'électeurs inscrits dans ce bureau, les votes rejetés, les votes contestés, les votes contestables et les votes valides. Le candidat ou ses agents ratifient le contenu en apposant leurs signatures respectives.

Advertisement

La décision de l'IEBC d'utiliser deux livrets du formulaire 34A a suscité la controverse, car un seul livret "ne peut pas comporter plus de six copies carbone claires".

Le 29 juillet, le président de l'IEBC, Wafula Chebukati, a annoncé que la commission avait décidé de se débarrasser du second livret.

"Le second livret sera scellé et sera conservé dans l'urne et scellé avec les bulletins de vote après le scrutin. Le second livret ne sera pas utilisé", aurait déclaré M. Chebukati après sa réunion avec les représentants des candidats à la présidence.

Dans leur déclaration du 3 août lue par les médias, les représentants des chefs religieux du Kenya ont recommandé que l'IEBC publie dans la gazette "les directives relatives à l'élimination des formulaires 34A supplémentaires qui ont déjà été imprimés, afin qu'ils ne soient pas utilisés à des fins publicitaires".

Il est également nécessaire que l'IECB "assure un test approfondi de tous les sketchs KIM avant qu'ils ne soient envoyés pour s'assurer qu'ils sont en état de marche et qu'ils contiennent les données correctes", ont déclaré les chefs religieux dans leur déclaration signée par l'évêque Oballa au nom du KCCB et le révérend chanoine Chris Kinyanjui du NCCK.

More in Afrique

Les représentants des chefs religieux du Kenya ont réitéré la déclaration du 29 juillet sur la nécessité pour les médias de fournir une "couverture en direct" des briefings des responsables de l'IEBC.

"Nous continuons à encourager les médias à assurer une couverture en direct des réunions d'information afin de contribuer au processus électoral", ont-ils déclaré lors du communiqué de presse du 3 août.

Ils ont en outre exhorté l'IEBC à "intensifier la communication publique afin d'améliorer les connaissances et les capacités de la population pour qu'elle puisse participer efficacement le jour du scrutin".

Les chefs religieux ont souligné la nécessité d'une éducation civique de base sur ce que les électeurs devront faire le 9 août, y compris "la procédure et le déroulement des actions dans les bureaux de vote pour que les électeurs sachent ce qu'ils doivent faire lorsqu'ils arrivent".

L'IEBC doit mettre à disposition des informations de base sur "ce qui se passera à chaque étape du processus de vote afin que les électeurs et les observateurs puissent surveiller et remarquer toute anomalie", ont déclaré les représentants des chefs religieux.

Advertisement

Des informations de base sur "la procédure et le déroulement des actions pendant le comptage et le décompte des bulletins de vote" sont également importantes, ont indiqué les chefs religieux au Kenya à l'IEBC.

Au cas où "un électeur aurait des difficultés à être identifié sur le kit KIEMS", ont déclaré les chefs religieux en référence au système intégré de gestion électorale du Kenya, la procédure d'identification de cet électeur doit être mise à la disposition de l'électorat.

Ils ont souligné la nécessité d'une collaboration entre les personnes impliquées dans la conduite des élections générales, en déclarant : "Nous prions et espérons ardemment que l'ensemble de l'équipe de l'IEBC restera unie et travaillera vers un seul objectif."

De son côté, le président de l'IEBC a exprimé sa gratitude envers les chefs religieux "pour avoir pris du temps pour nous".

"En tant que commission, nous avons tout donné ; nous avons fait ce que la loi exige", a déclaré M. Chebukati lors de la réunion de prière commune du 3 août.