Advertisement

"Prenez position contre la destruction du littoral mozambicain" : Entité catholique pour la paix

La direction du Dennis Hurley Peace Institute (DHPI) appelle les différentes parties prenantes, y compris les catholiques et les membres du mouvement Laudato Si', à exprimer publiquement leur opposition au projet d'extraction de sable sur le littoral du Mozambique.

L'extraction de sable dans les districts de Jangamo et Inharrime de la province mozambicaine d'Inhambane doit commencer en décembre de cette année.

Dans une interview accordée mercredi 3 août à ACI Afrique, le directeur de l'entité de paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) a déclaré que l'exploration prévue aggravera la situation environnementale du pays qui est "le plus sensible au changement climatique".

"Les catholiques, le mouvement Laudato Si' et les militants écologistes doivent prendre position contre la destruction du littoral mozambicain", a déclaré Johan Viljoen, avant d'ajouter : "Tout comme les militants écologistes s'inquiètent de sauver la forêt amazonienne, nous devrions nous aussi nous inquiéter de sauver le littoral mozambicain."

M. Viljoen a déclaré que les dunes de sable qui ont été identifiées pour l'exploration aident à prévenir les inondations dans la province d'Inhambane.

Advertisement

"Nous avons vu que le Mozambique est l'un des pays du monde les plus sensibles au changement climatique. Il y a quelques années, il y avait peut-être un cyclone tous les trois ou quatre ans ; aujourd'hui, vous avez trois ou quatre cyclones terribles par saison", a déploré le directeur du DHPI.

Il a ajouté : "La seule chose qui empêche la province d'Inhambane d'être complètement inondée à chaque fois, ce sont les dunes de sable végétal le long de la côte."

"Quand ces dunes de sable auront disparu, tout l'endroit sera sous l'eau pendant des mois chaque été", a encore dit le responsable du DHPI.

Il poursuit : "Nous sommes prévenus à l'avance. Dans cinq ans, ce littoral sera transformé en friche industrielle, et si rien n'est fait pour arrêter cela, nous ne pourrons nous en prendre qu'à nous-mêmes."

Outre l'aggravation de la situation environnementale de la nation d'Afrique australe, M. Viljoen a déclaré que les communautés vivant le long du littoral mozambicain risquent d'être expulsées de leurs maisons si l'extraction de sable prévue se poursuit.

More in Afrique

"Tout au long de cette portion de côte, il y a des villageois pêcheurs qui seront tout simplement expulsés de leurs terres et n'auront nulle part où aller", a-t-il déclaré, ajoutant que les personnes déplacées "finiront très probablement par vivre dans des camps."

Le gouvernement mozambicain a donné à Mutamba Mineral Sands la licence pour commencer à explorer les dunes de sable dans la province d'Inhambane en décembre 2019.

M. Viljoen a déclaré à ACI Afrique que les recherches sur les sables lourds à Jangamo et Inharrime ont commencé il y a 13 ans.

"La concession accordée par le gouvernement à la société de droit mozambicain Mutamba Mineral Sands pour commencer l'exploitation des sables lourds couvre une superficie de 25 000 hectares", a-t-il déclaré à ACI Afrique lors de l'entretien du 3 août.

Il a ajouté que le projet, qui a été évalué à 10 millions de dollars US, "décapera les anciennes dunes de sable pour extraire le titane qui est principalement utilisé pour fabriquer de la peinture blanche, et le zircon utilisé dans les fonderies ainsi que dans les barres de combustible nucléaire... et dans les systèmes de purification de l'eau et de l'air".

Advertisement

M. Viljoen a déclaré que le Mozambique est détruit "à cause de l'avidité pour les ressources minérales".

"Qu'il s'agisse de la guerre à Cabo Delgado ou de la destruction complète de l'environnement dans la province d'Inhambane, la cause est la même", a-t-il déclaré, soulignant l'avidité pour les ressources minérales dans la nation d'Afrique australe.

Le directeur de l'entité de paix des évêques catholiques du Botswana, d'Eswatini et d'Afrique du Sud a souligné la nécessité de relever le défi de la cupidité.

Il a déclaré : "Nous devons attaquer le problème à la racine. Il ne suffit pas, à ce stade, de collecter des fonds pour envoyer des colis de nourriture aux personnes déplacées. Il faut s'attaquer au problème par les racines."