Advertisement

Un évêque catholique au Nigeria met en garde contre l'utilisation des "talents donnés par Dieu pour opprimer les gens"

Mgr Felix Femi Ajakaye, évêque du diocèse d'Ekiti au Nigeria. Mgr Felix Femi Ajakaye, évêque du diocèse d'Ekiti au Nigeria.

Les grâces que nous avons reçues de Dieu, y compris les talents, doivent être utilisées pour favoriser la croissance de chacun, et non pour l'oppression, a déclaré un évêque catholique du Nigeria.

Dans son homélie de dimanche dernier, Mgr Felix Femi Ajakaye, évêque du diocèse d'Ekiti, au Nigeria, s'est appuyé sur les lectures du 18e dimanche du temps ordinaire 2022 et a déclaré que la vie a un sens lorsque les dons de Dieu sont partagés.

"La meilleure façon de servir Dieu avec les dons et les talents qu'il nous a donnés, c'est par l'intermédiaire de nos semblables, et c'est la meilleure façon non seulement de donner un sens à la vie, mais aussi de favoriser la vie communautaire", a déclaré Mgr Ajakaye le 31 juillet.

Il a ajouté : "Nous devons utiliser les dons et les talents que Dieu nous a donnés pour nous aider les uns les autres à grandir, tant physiquement que spirituellement."

L'évêque catholique nigérian a souligné la nécessité de connaître le Dieu créateur en utilisant de manière appropriée les dons qu'il nous a faits, en déclarant : "Nous ne devons pas utiliser les talents que Dieu nous a donnés pour opprimer les autres. Se moquer des pauvres, c'est insulter le Créateur, celui qui se moque de la détresse ne restera pas impuni".

Advertisement

Il a reconnu l'importance de la vie communautaire qui implique de tendre la main à l'autre dans le service et a souligné la nécessité d'utiliser les talents pour favoriser de bonnes relations humaines.

En tant qu'enfants de Dieu et êtres humains, Mgr Ajakaye a déclaré : "Nous sommes des personnes relationnelles et Dieu nous a créés pour être des aides les uns pour les autres."

"Nous avons été créés par Dieu pour entrer en relation et nous identifier avec nous-mêmes, avec les gens de nos paroisses, de nos églises, avec les gens de nos quartiers et avec les gens de nos lieux de travail", a-t-il déclaré dans son homélie du 31 juillet.

L'Ordinaire du lieu du diocèse d'Ekiti a mis en garde contre l'individualisme et l'isolement, affirmant que de tels styles de vie ne reflètent pas la nature des disciples du Christ.

"Les chrétiens qui s'isolent eux-mêmes et leurs églises dans des quartiers exclusifs et confortables doivent savoir que l'Église est inclusive, et non exclusive", a-t-il dit, et il a ajouté : "Nous, disciples du Christ, avons besoin de l'inspiration et de l'encouragement des uns et des autres."

More in Afrique

Il a plaidé en faveur de la promotion de la manière d'être de l'Église par le biais de petites communautés chrétiennes (CCC), ce qui, selon lui, renforce la communion, l'amour et l'unité au sein du peuple de Dieu.

"Dans l'amour, l'amitié et le dévouement, continuez à entretenir des relations avec d'autres personnes, et n'oubliez pas votre relation directe avec Dieu (Jésus-Christ) par la prière, la lecture de la Bible et le culte régulier avec d'autres chrétiens et d'autres personnes également", a-t-il déclaré.

Mgr Ajakaye, qui a commencé son ministère épiscopal en juillet 2008 en tant qu'évêque coadjuteur du diocèse d'Ekiti, a réfléchi à la lecture de l'Évangile de dimanche sur le riche fou, en disant : "La vie sans référence à Dieu est une absurdité".

"Mes frères, sœurs et amis, se préoccuper de l'avenir est une bonne intendance. Il représente une bonne planification. Mais si le souci de l'avenir devient de l'avidité, de l'égoïsme, une façon de suivre les voisins, inspirée par la philosophie selon laquelle 'nous ne vivons qu'une fois', alors vous avez des problèmes", a déclaré l'évêque nigérian de 60 ans qui dirige le diocèse d'Ekiti depuis avril 2010.

Il a ajouté : "Nous devons continuer à nous rappeler que nous ne sommes que les intendants de Dieu pour tout ce que nous possédons. Ainsi, Dieu devrait toujours être au centre de nos vies, et non en marge, sur les bords."

Advertisement

Il a exhorté le peuple de Dieu à "se préoccuper" des moins fortunés de la société ainsi que de ceux qui sont impliqués dans des vices tels que la corruption, le meurtre et d'autres formes de crime.

"Dieu voudrait que nous, ses enfants, quel que soit notre statut et notre position, fassions le bien et soyons préoccupés par nos semblables, nos voisins, qui sont en proie à la souffrance et au mal", a déclaré Mgr Ajakaye dans son homélie du 31 juillet.