Advertisement

Les militants armés Fulani poursuivent les victimes jusqu'aux cachettes des camps : Diocèse catholique au Nigeria

Le Père Remigius Ihyula s'adressant aux personnes déplacées lors d'une distribution de nourriture dans le camp de déplacés d'Ortese à Makurdi. Le Père Remigius Ihyula s'adressant aux personnes déplacées lors d'une distribution de nourriture dans le camp de déplacés d'Ortese à Makurdi.

Le diocèse catholique de Makurdi au Nigeria s'est alarmé de la situation des personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) dans sa juridiction, notant que les victimes des attaques des bergers Fulani dans le pays sont poursuivies par leurs assaillants même dans les camps où elles ont trouvé refuge.

Dans une interview accordée mardi 2 août à ACI Afrique, le directeur de la Commission Justice et Paix (JPC) du diocèse de Makurdi, le père Remigius Ihyula, a déclaré que la majorité des camps de déplacés dans la ville, qui est la capitale de l'État de Benue au Nigeria, n'ont pas de personnel de sécurité et sont vulnérables aux attaques.

"Il existe des centaines de camps de déplacés à Makurdi, mais seuls quelques-uns sont officiels. Les camps officiels appartiennent au gouvernement et disposent de personnel de sécurité. Mais la majorité de ces camps sont constitués de victimes d'attaques qui se rassemblent et mettent en place des structures où ils commencent à rester sans aucune garantie de sécurité", a déclaré le Père Remigius.

Le prêtre catholique nigérian a déclaré que dans leurs camps, qui n'ont ni mur d'enceinte ni aucune autre structure de sécurité, les personnes déplacées sont confrontées au danger quotidien des attaques.

"Certaines victimes d'attaques ont connu de multiples déplacements. Dans leurs camps de fortune, elles entendent des tirs tous les jours et sont obligées de fuir constamment", a-t-il déclaré.

Advertisement

Le responsable de la JPC a décrit Makurdi comme "l'épicentre" des personnes déplacées, notant que les nombreuses victimes de violence fuient les régions rurales de l'État de Benue à la recherche de sécurité près de la ville.

Il a indiqué que le diocèse catholique de Makurdi compte de nombreuses installations de personnes déplacées, ajoutant que le siège épiscopal, dirigé par l'évêque Wilfred Chikpa Anagbe, abrite "plus de 80 %" des quelque 1,5 million de personnes déplacées dans l'État de Benue.

Les personnes déplacées craignent de rentrer chez elles car les militants armés fulanis continuent de faire des ravages dans l'État de Benue, qui est l'un des États les plus touchés par l'insécurité actuelle au Nigeria, a-t-il déclaré.

"La plupart des personnes vivant dans les camps de déplacés étaient autrefois des agriculteurs et ont toujours peur de retourner dans leurs villages pour continuer à vivre. Les militants se cachent dans les buissons près des maisons, des routes et dans les fermes et ils tuent ces personnes à vue", a déclaré le Père Remigius à ACI Afrique le 2 août.

Dans un rapport que le prêtre catholique a partagé avec ACI Afrique le mois dernier, l'Ordinaire du lieu du diocèse de Makurdi a décrié les attaques et les déplacements persistants des communautés desservies par son siège épiscopal, notant que les gens, qui sont principalement des agriculteurs, n'ont pas été en mesure de s'engager dans des activités significatives au cours des huit dernières années.

More in Afrique

"Depuis 2014, date à laquelle les meurtres et les déplacements ont commencé à culminer, des milliers de personnes n'ont pas été en mesure de cultiver leurs fermes ou de s'engager dans une quelconque activité économique significative", a déclaré Mgr Anagbe, ajoutant que la situation avait conduit à de graves pénuries alimentaires.

"L'État de Benue est connu pour être le panier alimentaire de la nation, mais le terrorisme a affecté la situation de l'approvisionnement alimentaire", a déclaré l'évêque catholique.

Il a ajouté que dans les camps, il y a "une perte totale de la dignité humaine et la prévalence de pratiques nuisibles, car les milliers de personnes déplacées et réfugiées dans des abris de fortune doivent compter sur des stratégies d'adaptation dangereuses pour survivre".

"La situation de manque a réduit beaucoup d'entre eux à une condition indigne de la dignité humaine dépendant souvent des rations alimentaires apportées par d'autres dont les conditions économiques ne sont en rien meilleures", a déclaré Mgr Anagbe.

Il a noté que la crise dans l'État de Benue a créé des besoins immédiats, à moyen et à long terme, et a expliqué : "Actuellement, l'aide recherchée se concentre principalement sur l'aide immédiate et à moyen terme que nous pouvons obtenir pour les personnes déplacées qui ont un besoin urgent de répondre aux besoins de base de la vie".

Advertisement

Dans l'interview du 2 août avec ACI Afrique, le Père Remigius a mis en évidence une partie du soutien que le diocèse de Makurdi apporte aux personnes déplacées, allant des "articles de secours de base" tels que la nourriture, les vêtements et les couvertures, à l'éducation et à la santé.

Décrivant la situation dans la plupart des camps comme désastreuse, le responsable de la JPC a déclaré : "Je me suis rendu sur place lors de notre dernière intervention alimentaire pour distribuer ce que mes amis de Rome nous avaient envoyé et ce que j'ai vu était triste. Les abris sont dans un état déplorable. Il n'y a pas de toilettes et pas d'eau. C'est le plus haut niveau de malnutrition que j'ai vu".

Le Père Remigius a expliqué que l'aide alimentaire provenait du Centro Missionario Daniele Comboni, Riccione en Italie, avec un certain soutien des paroisses du diocèse.

Dans le diocèse de Makurdi, la collecte du Vendredi saint est également destinée à soutenir les victimes d'attaques terroristes.

Outre les denrées alimentaires, le diocèse catholique nigérian a également fait appel aux services de fournisseurs de soutien psychosocial qui s'occupent des nombreux cas de traumatisme dans les camps de personnes déplacées.

Le père Remigius a déclaré que le diocèse, par le biais du département Justice et Paix, s'est également exprimé sur la dimension politique de l'insécurité au Nigeria, dont le gouvernement a profité pour gagner du terrain.

"Nous avons réalisé que le gouvernement a fait de la politique avec cette situation malheureuse au Nigeria. Pendant un certain temps, il a essayé de propager le faux récit selon lequel ce sont les Fulanis qui ont été attaqués et tués. Mais nous connaissons la vérité et nous avons essayé de la dire au reste du monde", a déclaré le prêtre catholique à ACI Afrique le 2 août.

Il a exprimé sa gratitude envers les agences catholiques qui ont travaillé dur pour amplifier l'histoire du diocèse de Makurdi, ajoutant : "Nous remercions l'Aide à l'Eglise en détresse, l'Institut pour la paix Denis Hurley et vous, ACI Afrique. Vous avez tous été très utiles pour raconter notre histoire au monde extérieur."