Advertisement

L'Église en Afrique doit sensibiliser les gens à la migration : Un évêque catholique en Afrique du Sud

Il est nécessaire pour l'Église en Afrique de sensibiliser à la migration et d'éduquer le peuple de Dieu sur le continent sur la réalité de quitter un pays natal à la recherche de meilleures opportunités ailleurs.

Dans une interview accordée à ACI Afrique, l'évêque de liaison pour le département des migrants et des réfugiés de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) a appelé à l'introduction de "campagnes de sensibilisation à la migration dans toutes les structures de l'Église" afin d'empêcher les jeunes de quitter leur pays natal à la recherche de pâturages plus verts à l'étranger.

"Tout comme nous l'avons fait avec le VIH et le SIDA, et avec le COVID-19, l'Afrique doit mettre en place des campagnes similaires dans les écoles et dans toutes les structures de l'Eglise pour sensibiliser les jeunes à la migration", a déclaré Mgr Joseph Mary Kizito dans l'interview du lundi 1er août.

L'évêque du diocèse catholique d'Aliwal en Afrique du Sud a ajouté : "Nous avons besoin de telles campagnes de sensibilisation, pour parler aux gens avant même qu'ils ne pensent à partir."

Selon l'évêque Kizito, ces campagnes sont importantes car les personnes qui envisagent de quitter leur pays natal respectif doivent connaître les réalités de la migration, y compris les dangers qu'elles pourraient rencontrer au cours de leur voyage.

Advertisement

Les migrants potentiels pourraient se voir poser des questions telles que : "Où allez-vous ? Quels sont les avantages ? Quels sont les risques ? Qu'en est-il de votre famille ? Votre avenir ?" a déclaré l'évêque d'origine ougandaise, qui dirige le diocèse d'Aliwal depuis son ordination épiscopale en février 2020.

Il a en outre déclaré que les campagnes de sensibilisation à la migration devraient également inclure des témoignages de "personnes qui sont retournées dans leur pays d'origine".

"Les personnes qui sont retournées dans leur pays d'origine devraient également être engagées pour raconter leur histoire, leur véritable histoire. Il faudrait leur donner des plates-formes pour parler de ce qu'elles ont vécu, des défis qu'elles ont rencontrés", a déclaré Mgr Kizito.

Dans l'interview du 1er août, l'évêque Kizito a déclaré que la migration est un droit de l'homme, qu'elle a une base biblique et qu'elle est un phénomène social normal lié à l'histoire de l'humanité.

Interrogé sur ce qu'il compte rapporter à la deuxième assemblée plénière de la SACBC, qui se tiendra du 1er au 5 août dans le diocèse de Mariannhill, Mgr Kizito a indiqué qu'il réitérera l'appel à la création de bureaux des migrants et des réfugiés au niveau des paroisses.

More in Afrique

"Chaque conseil paroissial devrait avoir quelqu'un en charge de ce ministère, tout comme nous avons des personnes en charge des différents ministères tels que les proclamateurs, le catéchisme, l'Eucharistie ... chaque paroisse devrait avoir des personnes formées à la tête du bureau des migrants et des réfugiés", a-t-il souligné.

Dans l'interview qui a suivi la 19ème Assemblée plénière du Symposium de la Conférence épiscopale d'Afrique et de Madagascar (SECAM) qui s'est tenue au Ghana sous le thème "Ownership of SECAM : Sécurité et migration en Afrique et ses îles", Mgr Kizito a déclaré qu'il était regrettable que "la plupart des pays d'Afrique n'aient pas de telles campagnes de sensibilisation pour empêcher les gens de quitter leur pays d'origine."

Dans leur communiqué à l'issue de leur Assemblée plénière à Accra, les évêques catholiques venus des huit associations régionales du SCEAM ont appelé les communautés chrétiennes "à développer une pastorale active des migrations, résumée en quatre actions : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer."

La pastorale des migrants doit être développée "d'une manière administrativement acceptable et en pleine connaissance des défis qui les attendent", ont précisé les évêques catholiques d'Afrique et de Madagascar.