Les catholiques du Nigeria seront en noir le mercredi des Cendres "en solidarité avec les personnes enlevées, tuées".

Le secrétaire général du Secrétariat catholique du Nigeria (CSN), le père Zacharia Nyantiso Samjumi.
Credit: Domaine public

Sur fond d'insécurité au Nigeria, les évêques catholiques de ce pays d'Afrique de l'Ouest ont décidé de demander à tous les catholiques de manifester leur solidarité avec les victimes d'enlèvements et de meurtres en organisant une manifestation de prière en noir au début de la saison du carême, le 26 février.

"J'ai été chargé par le Conseil d'administration de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) de vous communiquer que face à la situation sécuritaire actuelle, l'Église doit s'exprimer en paroles et en actes contre le niveau d'insécurité dans le pays", peut-on lire dans une partie d'une déclaration signée par le secrétaire général du Secrétariat catholique du Nigeria (CSN), le père Zacharia Nyantiso Samjumi.

Dans la déclaration vue par ACI Afrique, le conseil d'administration a ordonné que "le mercredi des Cendres, 26 février 2020, tous les catholiques, en solidarité avec les nombreuses personnes enlevées et tuées, organisent une manifestation en noir" et que tous les diocèses de la nation la plus peuplée d'Afrique doivent organiser une manifestation de prière.

Dans un message de suivi adressé aux prêtres de la paroisse, le Conseil a ordonné : "Le dimanche 1er mars, il n'y aura pas de messe du soir dans les paroisses de notre ville. Ce soir-là, nous aurons une manifestation de prière pacifique contre les meurtres incessants et l'insécurité dans notre pays". 

Le Nigeria a subi le poids de militants armés qui ont orchestré des meurtres et des enlèvements qui semblent viser les chrétiens, y compris les prêtres, les séminaristes et les fidèles laïcs.

Le cas récent d'enlèvement est celui du père Nicolas Oboh, le 13 février, qui a été libéré par la suite.

Le 9 février, des militants islamistes présumés de l'État de Borno, au nord-est du Nigeria, ont mis en scène un incendie criminel, tuant 30 personnes qui s'étaient arrêtées pour la nuit.  L'attaque a également entraîné la destruction de 18 véhicules.

Fin janvier, les ravisseurs ont tué un séminariste de 18 ans, Michael Nnadi, qui avait été kidnappé avec trois autres séminaristes de leur grand séminaire du Bon Pasteur dans l'État de Kaduna au Nigeria.

Entre-temps, dans leur message du mercredi des Cendres vu par ACI Afrique le vendredi 21 février, les évêques catholiques du pays ont invité l'Église universelle et tous les chrétiens à se joindre à eux dans la prière pour "les frères et sœurs morts et pour la paix et la sécurité au Nigeria".

"Nous sommes tristes. Nous sommes dans le chagrin et la douleur. Mais nous sommes convaincus que la lumière du Christ, qui brille dans nos cœurs, éclairera les coins sombres de notre société nigériane", ont déclaré les évêques.

Dans leur message collectif signé par le président du RCCS, l'archevêque Augustine Akubeze et le secrétaire du RCCS, l'archevêque Camillus Umoh, les prélats ont dénoncé la détérioration de la situation sécuritaire dans la nation la plus peuplée d'Afrique en disant : "Le niveau d'insécurité au Nigeria aujourd'hui est tel que, que ce soit chez eux ou sur la route, la plupart des Nigérians, dans toutes les régions du pays, vivent dans la peur.

Les évêques ont ajouté : "Les exécutions barbares répétées de chrétiens par les insurgés de Boko Haram et les cas incessants d'enlèvements contre rançon liés au même groupe et à d'autres terroristes ont traumatisé de nombreux citoyens," 

Selon l'opinion réfléchie des prélats nigérians, "le fait que les auteurs de ces crimes odieux les montrent publiquement sur les médias sociaux et que les Nigérians n'entendent parler d'aucune arrestation ou poursuite des criminels, soulève de graves questions sur la capacité et la volonté du gouvernement de protéger la vie des Nigérians ordinaires".

Conscients de leur responsabilité morale, les Bergers ont rappelé au gouvernement et aux agences de sécurité "que sans sécurité, il ne peut y avoir de paix et que sans paix, il ne peut y avoir de développement ou de croissance nationale". 

"Nous appelons donc le gouvernement à mettre immédiatement un terme à cette vague de violence et de brutalité sans précédent visant particulièrement les chrétiens", ont demandé les prélats et ajouté, "Nous demandons également l'arrestation et la poursuite de tous ceux qui sont derrière ces meurtres insensés qui sèment les dangereuses graines de la haine et de la méfiance parmi les différents segments de la société nigériane".

En même temps, les évêques ont lancé un appel collectif à la communauté internationale pour qu'elle vienne en aide au gouvernement nigérian "dans la lutte contre ces terroristes téméraires qui veulent faire paître notre pays". ”

En ce qui concerne les groupes terroristes, ils mettent en garde : "Les conséquences, s'ils réussissent, seront graves non seulement pour la sous-région ouest-africaine, mais aussi pour l'Afrique dans son ensemble".

S'adressant aux fidèles, les prélats ont déclaré : "La situation actuelle au Nigeria nous met tous au défi de mener une vie de témoignage cohérent de l'Evangile. L'impact de notre foi chrétienne doit être ressenti dans la vie publique. Ce n'est pas le moment de faire des compromis pour des raisons de convenance personnelle, mais plutôt pour l'héroïsme dans les vertus chrétiennes. “

"Bientôt, ce sera Pâques et le Seigneur montrera qu'il a triomphé du mal, des ténèbres et de la mort", ont déclaré les évêques du Nigeria et ont lancé un appel au peuple de Dieu dans leur pays : "Ayez bon courage !


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]