Prise de position d'un laïc face au protestations du transfert de l'évêque Torit du Soudan du Sud à Juba

Le 12 décembre 2019, le pape François (à gauche) a nommé l'évêque Stephen Ameyu du diocèse de Torit (à droite) comme nouvel archevêque de Juba au Sud-Soudan
Credit: Domaine public

Alors que le peuple de Dieu dans l'archidiocèse de Juba au Soudan du Sud attend la décision du pape François concernant son précédent transfert de Mgr Stephen Ameyu du diocèse de Torit à Juba, une décision papale à laquelle s'est opposée une partie du clergé et des laïcs, un fidèle laïc du Soudan du Sud a, dans une récente lettre à ACI Africa, fait le point sur la question, en soulignant les points qu'il juge pertinents et en lançant des appels au personnel de l'Église pour qu'il obéisse au Vatican.

De nombreuses sources ont indiqué à ACI Afrique qu'une délégation dirigée par le Vatican s'est rendue à Juba, la capitale du Soudan du Sud, la semaine du 6 janvier pour enquêter sur les accusations portées contre l'archevêque élu Stephen Ameyu. 

Suite à la nouvelle de la nomination de Mgr Ameyu comme archevêque de Juba en décembre dernier, une série de lettres adressées à la Congrégation pour l'évangélisation des peuples (Propaganda Fide) ont été écrites, protestant contre l'élévation du prélat sud-soudanais de 56 ans à la tête du seul siège métropolitain du pays.

Les tentatives de rejet de la nomination de Mgr Ameyu comme archevêque de Juba prouvent "que la société du Soudan du Sud est réellement divisée sur des lignes tribales", déclare Clement Aturjong Kuot, originaire du diocèse de Wau au Soudan du Sud, et met en évidence d'autres manifestations du tribalisme dans cette nation d'Afrique de l'Est, notamment le fait que "les emplois gouvernementaux sont attribués en fonction des lignes tribales".

"Les projets de la société civile sont financés sur la base du régionalisme ou du tribalisme, mais d'une manière très intelligente dont vous ne pouvez pas savoir si vous êtes (pas) très enthousiaste", ajoute Aturjong, journaliste, linguiste et traducteur de langue arabe basé à Juba, la capitale du Soudan du Sud, dans sa lettre à ACI Afrique. 

Les clercs et les laïcs qui ont exprimé leur rejet du transfert de Mgr Ameyu à Juba tentent de pousser le peuple de Dieu au Sud-Soudan "dans une sale politique de division et de tribalisme, qui aide l'Eglise mais est l'oeuvre du diable", déclare Aturjong en référence aux signataires des lettres d'opposition à la nomination de Mgr Ameyu comme archevêque.

La principale raison de protester contre la nomination de Mgr Ameyu est "qu'il vient de leur communauté", explique M. Aturjong en faisant référence au clergé et aux laïcs qui ont signé les lettres de décembre 2019 rejetant le transfert du pape. Tous les signataires sont de l'ethnie Bari.

La direction de la communauté de Bari au Soudan du Sud, l'Association de la communauté de Bari (BCA), a pris ses distances avec ceux qui protestaient contre le transfert papal de l'évêque Ameyu, un non-Bari.

"Les membres du clergé indigène et les fidèles de Bari qui ont rejeté la nomination du nouvel archevêque de Juba (archidiocèse) (ne) reflètent pas la position de l'ensemble de la communauté de Bari (BC) ou de leur association, c'est-à-dire l'Association de la communauté de Bari (BCA)", peut-on lire dans la déclaration du 23 décembre 2019 signée par le président de la BCA basée à Juba, l'honorable Cornelio Bepo Lado Kenyi.

Dans sa lettre à ACI Africa, Aturjong, le président de la Fondation Angong (AF), une ONG du Soudan du Sud qui travaille à la construction de la paix, à l'autonomisation des communautés et à la défense des médias, affirme que la controverse autour du transfert papal de Mgr Ameyu jette un mauvais éclairage sur la nation la plus récente du monde, une nation qui a eu, avec sa nation soeur, le Soudan, la réputation importante de produire "deux saints internationaux, à savoir Sainte Joséphine Bakhita et Saint Daniel Comboni", dit Aturjong.

Les déclarations de certains clercs et dirigeants laïcs basés à Juba au Soudan du Sud "font honte à toute l'Eglise du Soudan du Sud " et beaucoup dans le pays considèrent que ces "méchants éléments" servent le "diable, pas Jésus", dit-il.

Il est regrettable, dit-il, qu'une Église qui a eu une longue histoire d'"obéissance au Vatican" et de "très bonne hospitalité" ait été infiltrée par des clercs et des laïcs déterminés à nuire au "très bon héritage" qui avait été entretenu au fil des ans.

Le rejet du transfert papal de Mgr Ameyu de Torit à Juba est une expression de désobéissance et de manque de gratitude envers le Saint-Siège, dit Aturjong, rappelant le rôle que le Vatican a joué dans la "libération du peuple du Soudan du Sud ".

En particulier, Aturjong, diplômé de l'université Omdurman Ahlia de Khartoum, se souvient comment, "par l'intermédiaire du Vatican, les évêques du Soudan ont pu se rendre dans certains pays comme l'Amérique, le Canada, l'Australie, l'Europe pour (plaider) et faire pression en faveur de la paix au Soudan".

Le Saint-Siège "a coordonné ces visites par l'intermédiaire de ses ambassades aux États-Unis et en Europe, au Canada et en Australie et a mobilisé leurs ressources pour soutenir l'accord de paix et le référendum au Soudan du Sud ", déclare M. Aturjong, rappelant l'accord de paix global (APG) de 2005 signé entre le Mouvement populaire de libération du Soudan et le gouvernement soudanais et le référendum de 2011 au Soudan du Sud respectivement.

Le titulaire du diplôme supérieur en planification et gestion du développement de l'Université catholique d'Afrique orientale (CUEA), basée au Kenya, souligne également la contribution du Vatican à l'éducation du peuple de Dieu dans son pays ainsi qu'à la coordination des interventions humanitaires par le biais d'institutions et de personnalités de l'Église.

Aturjong, un paroissien de la paroisse du Saint Rosaire de Juba, reproche aux opposants à la nomination de Mgr Ameyu à la tête du seul archidiocèse métropolitain de la plus jeune nation du monde de dire que l'affirmation selon laquelle le processus d'identification des candidats n'était "pas transparent est un simple mensonge".

Le rejet "n'est pas accepté par la majorité des fidèles catholiques dans tous les diocèses du Soudan et du Soudan du Sud ", dit-il, ajoutant que la nouvelle du rejet a étonné "les fidèles catholiques ainsi que les autres dominations chrétiennes" dans le pays.

"Le Vatican a le droit de choisir (les prélats) parmi les prêtres qui ont été présentés", souligne M. Aturjong. 

Contrairement aux signataires des lettres de protestation qui affirment que le personnel de la nonciature apostolique au Soudan du Sud est compromis par le gouvernement, Aturjong déclare que "la majorité des gens de l'archidiocèse de Juba apprécient le rôle du Vatican par le biais de sa nonciature à Juba".

Selon Aturjong, originaire du diocèse de Wau au Soudan du Sud, la décision du Vatican d'établir une nonciature au Soudan du Sud est une expression visible de la proximité du pape avec le peuple de Dieu au Soudan du Sud et une réussite.

Le Saint-Siège "les fonctionnaires, à savoir S.G. Bert Van Megen, Nonce apostolique (au) Soudan du Sud et au Kenya, et Mgr Mark Kadima, Chargé d'affaires papal (au) Soudan du Sud, ont contribué de manière significative à réparer les relations rompues entre le gouvernement et l'Église ainsi que les fidèles qui sont issus de différents diocèses catholiques du Soudan du Sud et du Soudan", témoigne M. Aturjong.

Il ajoute : "Chargé d'affaires, Mgr Kadima a réussi à ramener les fidèles catholiques du Soudan du Sud qui avaient abandonné l'église en raison de critiques partiales. Il a réussi à encourager tous les clercs et les laïcs à travailler ensemble en tant que disciples de Jésus-Christ ainsi que les personnes issues de l'unique domination catholique. ”

Il qualifie les allégations portées contre les diplomates du Vatican au Soudan du Sud comme faisant partie de la "sale politique locale de tribalisme qui ne sert pas l'intérêt et la volonté du (Seigneur) Jésus mais l'intérêt des individus". ”

Dans leur lettre du 12 décembre, le groupe de trois ecclésiastiques de l'archidiocèse de Juba et de cinq laïcs a accusé des fonctionnaires du gouvernement du Soudan du Sud et certains ecclésiastiques basés à Juba de conspirer avec les diplomates du Vatican pour promouvoir Mgr Ameyu comme archevêque de Juba pour des intérêts personnels.

Les signataires de la lettre accusent Mgr Ameyu d'avoir des concubines à Juba et d'être le père biologique de six enfants.

"Les accusations portées contre l'archevêque élu Ameyu sont sans fondement", déclare Aturjong, un ancien paroissien de la paroisse Saint-Joseph de Juba.

Bien qu'Aturjong reconnaisse les nombreuses années de service de Mgr Paulino Lukudu et son impact sur le peuple de Dieu au Soudan du Sud en général et dans l'archidiocèse de Juba en particulier, il soulève des questions sur le rôle du prélat dans le rejet de l'évêque Ameyu.

Mgr Lukudu "a été un leader charismatique, qui est admiré par tous les peuples du Soudan du Sud et du Soudan ainsi que par les pays africains pour son rôle dans le maintien de la foi dans l'archidiocèse de Juba", dit Aturjong, 56 ans, et reconnaît le rôle du prélat aux côtés du peuple pendant les nombreuses années de conflit.

"Il n'a pas abandonné ses chrétiens", dit Aturjong en référence à l'archevêque de 79 ans et ajoute : "Il a sauvé la vie de nombreux chrétiens et non-chrétiens. Il s'est opposé au Parti du Congrès national et à ses agents de sécurité à Juba et dans les environs de Juba. Il était pour la dignité et la liberté des populations du Soudan du Sud et du Soudan".

Cependant, le silence apparent de l'archevêque Lukudu sur la question du rejet de Mgrl'évêque Ameyu concerne Aturjong, titulaire d'un diplôme en ligne de communication de masse à l'Université internationale de Washington (WIU).

"Comme il (l'archevêque Lukudu) est toujours le chef spirituel de l'Église catholique du Soudan et du Soudan du Sud ", observe Aturjong, le prélat "devrait se dissocier clairement de l'acte honteux de certains clercs et laïcs. ”

En se concentrant spécifiquement sur les allégations portées contre Mgr Ameyu, Aturjong fait des fautes à Mgr Lukudu.

S'il est vrai que Mgr Ameyu a des concubines et des enfants, pourquoi l'archevêque a-t-il gardé le silence au fil des ans, sonde Aturjong et conclut, "en omettant (d') informer le Vatican, cela signifie que ces accusations sont sans fondement. ”

Faisant référence au ministère de Mgr Ameyu avant sa nomination comme évêque en janvier 2019, Aturjong s'interroge : "Comment se fait-il qu'un père marié soit chargé de former les futurs prêtres au grand séminaire de St Paul à Juba ?

Il se demande également pourquoi l'archevêque Lukudu, conscient qu'Ameyu a des épouses et des enfants biologiques, ne s'est pas opposé à sa "nomination en tant qu'évêque de Torit" et a en fait accepté d'être le célébrant principal de l'ordination épiscopale d'Ameyu.

Il s'interroge également sur le silence apparent des trois prélats sud-soudanais qui appartiennent à l'ethnie Bari. 

Le fait que Mgr Lukudu, son évêque auxiliaire Santo Loku Pio et Mgr Erkolano Lodu Tombe du diocèse de Yei au Soudan du Sud "n'aient pas produit de déclaration ouverte pour se dissocier (comme pour dire) qu'ils ne font pas partie et sont partiels dans les lettres de rejet" soulève des questions sur leur innocence.  

Conscient des défis qui attendent la nation la plus récente du monde depuis décembre 2013, le praticien des médias sud-soudanais appelle le personnel de l'Eglise à œuvrer pour la paix dans son pays, en restant obéissant au Saint-Siège.

"J'appelle nos clercs et nos laïcs à travailler pour la paix et l'unité du peuple du Soudan du Sud et à (rester) obéissants au Vatican, puisque les catholiques du monde entier obéissent au Vatican", déclare M. Aturjong.

"J'exhorte également le Vatican à travailler en étroite collaboration avec les dirigeants de l'Église locale et les laïcs pour s'assurer que cet acte humiliant et honteux ne soit pas répété par certains clercs et laïcs du Soudan du Sud ", ajoute-t-il.

Aturjong encourage le Saint-Père "à nommer des évêques ou des archevêques en dehors de leurs diocèses d'origine afin de décourager le tribalisme ou l'ethnicité".

"Certains éléments erronés de l'Église pensent que (l') Église est leur propriété, et qu'ils doivent donc en posséder les ressources", déclare le catholique sud-soudanais et conclut : "L'Église du Soudan du Sud et du Soudan est une Église de Jésus-Christ ; ce n'est pas une Église tribale dans laquelle certains individus travaillent pour leurs propres intérêts plutôt que pour ceux de JésusChrist et la volonté de Dieu. ”


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]