Lutte contre la corruption, unité des Kenyans : les points forts de la réunion du président et des évêques du Kenya

Une délégation d'évêques au Kenya avec le président Uhuru Kenyatta après leur rencontre à la Présidence de la République.
Credit: Présidence de la République

Alors que le Kenya s'efforce de combattre la corruption et d'unir les citoyens de différentes tribus et divisions politiques par le biais de l'initiative Building Bridges (BBI), les représentants des évêques catholiques de ce pays d'Afrique de l'Est ont rendu une visite de courtoisie au chef de l'État mardi 25 février, une rencontre qui a vu les dirigeants de l'Église exprimer leur soutien au BBI et à la lutte contre la corruption, a rapporté l'Unité présidentielle de communication stratégique (PSCU). 

Cette rencontre a eu lieu quelques jours seulement après que le président du Kenya, le catholique Uhuru Kenyatta, ait rejoint les prélats, le clergé, les religieux et des milliers de fidèles pour le lancement de la campagne de carême 2020.

Les évêques ont présenté leur lettre pastorale dont le thème est "Formation de la conscience" : Notre chemin vers le renouveau" lors de l'événement qui s'est déroulé samedi au sanctuaire marial de Subukia, dans le diocèse catholique de Nakuru. L'appel lancé aux Kenyans qui "ont volé ou pris injustement les ressources publiques" pour qu'ils demandent pardon et changent leurs habitudes a été l'un des temps forts de l'événement de samedi.

La rencontre de mardi entre le président Kenyatta et certains des évêques du Kenya a donné aux dirigeants de l'Église l'occasion de réitérer leurs préoccupations concernant la greffe dans le pays.

"Si elle n'est pas contrôlée, la corruption est une menace majeure pour le bien-être socioéconomique du pays", a déclaré l'UCFP en citant les évêques lors de leur visite de courtoisie du 25 février au président Kenyatta au palais des congrès de Nairobi, la capitale du Kenya.

"L'Église catholique soutient pleinement la lutte soutenue du gouvernement contre la corruption", ont déclaré les évêques dont la visite était dirigée par le président de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB), l'archevêque Philip Anyolo et le cardinal John Njue, archevêque de Nairobi. 

S'exprimant au nom des évêques du Kenya sous l'égide de leur organisme de tutelle, le KCCB, l'archevêque Anyolo a assuré le président Kenyatta de l'engagement de l'Église catholique à inculquer "de bonnes mœurs en prêchant contre des vices comme la corruption", a rapporté le PSCU. 

Ces assurances arrivent quelques mois après le lancement d'une campagne nationale de six mois contre la corruption par les évêques catholiques du Kenya, sur le thème "Briser les chaînes de la corruption", visant à lutter contre le vice. 

Depuis le lancement national, la campagne anti-corruption a également été lancée dans différents diocèses kenyans. 

"Nous sommes heureux, Votre Excellence, que depuis le lancement de cette campagne, le message soit passé par nos diocèses et par les paroisses", a déclaré l'UCFP, citant l'archevêque Anyolo, au président Kenyatta mardi.  

Selon l'indice de perception de la corruption 2019 de Transparency International, le Kenya est classé parmi les pays les plus corrompus au monde, à la 137e place sur 180, avec un score de 28 %. 

Au cours de la réunion de mardi, les représentants des évêques du Kenya ont également assuré le président Kenyatta du soutien de l'Église catholique au BBI, une initiative quelque peu controversée issue des élections contestées de 2017 au Kenya, qui ont entraîné des violences dans ce pays d'Afrique de l'Est.

Dans le but de combattre la violence post-électorale dans le pays, un groupe de travail a été mis en place afin de formuler des recommandations sur la façon de "construire des ponts" entre les Kenyans divisés en fonction de leur tribu et de leur affiliation politique, cette dernière étant principalement formée par les tribus.

Tout en promettant un soutien au BBI au nom des catholiques du Kenya, les évêques catholiques au State House ont appelé mardi à "un processus participatif bien structuré qui donne à chaque Kenyan la possibilité d'être entendu".

Dans son discours, le cardinal Njue a exprimé sa conscience des divisions autour du BBI dans le pays et a été cité comme exhortant "toutes les parties prenantes à se concentrer sur le bien des citoyens et à oublier les ambitions égoïstes" tout en "vendant" le BBI aux Kenyans.

Ce n'est pas la première fois que des chefs d'Eglise soutiennent publiquement le BBI. 

En décembre 2019, par le biais d'une déclaration commune avec d'autres chefs religieux au Kenya, les évêques catholiques du Kenya ont semblé approuver le BBI. 

La promesse des évêques de soutenir le BBI lors de la visite de mardi au State House a suscité des réactions mitigées de la part des Kenyans sur les médias sociaux, certains exprimant leur soutien aux évêques, d'autres leur déception. 

"En tant que catholique convaincu, je suis d'accord avec les évêques car ils ont une responsabilité morale envers leur troupeau sur les questions qui les concernent, non seulement sur l'alimentation spirituelle mais aussi pour exprimer leur point de vue sur les questions qui touchent à la bonne gouvernance de notre pays", a partagé Amollo Edward sur Facebook. 

Josphat Indesia Muterema a également soutenu les déclarations des évêques sur le BBI en disant : "Tuko pamoja na wao (nous sommes avec eux). Nous continuerons à les soutenir". 

Insinuant un soutien à la déclaration des évêques, Kavinga James a déclaré : "L'Église catholique est toujours infaillible dans ses enseignements et ses orientations". 

Cependant, Casimir Casmir, s'identifiant comme un "fier catholique" a demandé à être dissocié du soutien des prélats au BBI dans son post sur Facebook.

"La façon dont le BBI se dirige, nous allons avoir la pire division du pays", a déclaré Casmir, ajoutant : "Que Dieu éclaire ses serviteurs pour qu'ils puissent lui demander la sagesse". 

Bob Micheni a également nié son allégeance aux sentiments des évêques catholiques postés sur Facebook : "Je suis catholique mais vous ne pouvez pas prendre de décisions unilatérales pour les catholiques sur le politiquement correct". 

Entre-temps, lors de la réunion de mardi, le président Kenyatta a remercié les évêques pour leur visite et leur soutien, déclarant que son administration considère l'Église catholique comme un partenaire clé dans le processus du BBI et dans la guerre contre la corruption, a rapporté le PSCU. 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]