Advertisement

L'Église catholique en Algérie annonce la fermeture "complète et définitive" des activités de Caritas

La direction de l'Église catholique en Algérie a annoncé "avec regret la fermeture complète et définitive" de toutes les activités et initiatives caritatives menées par Caritas Algérie, à partir du premier jour d'octobre 2022.

Dans un communiqué obtenu par ACI Afrique mercredi 28 septembre, l'Ordinaire du lieu d'Alger indique que cette mesure a été prise à la demande des "autorités publiques" du pays d'Afrique du Nord.

"L'Église catholique en Algérie annonce avec regret la fermeture complète et définitive de son service appelé 'Caritas Algérie', à partir du 1er octobre 2022, conformément à la demande des autorités publiques", indique Mgr Jean-Paul Vesco dans le communiqué daté du 25 septembre.

Mgr Vesco ajoute : "L'Église catholique reste fidèle à sa mission caritative au service de la fraternité, en partenariat avec toutes les personnes de bonne volonté."

Faisant référence au Document 2019 sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et le vivre ensemble du pape François et du grand imam d'Al-Azhar, le cheikh Ahmed el-Tayeb, le membre de l'Ordre des frères prêcheurs (dominicains - OP) déclare : "La foi conduit le croyant à voir dans l'autre un frère ou une sœur à soutenir et à aimer."

Advertisement

Il poursuit : "Par la foi en Dieu, qui a créé l'univers, les créatures et tous les êtres humains (égaux en raison de sa miséricorde), les croyants sont appelés à exprimer cette fraternité humaine en sauvegardant la création et l'univers tout entier et en soutenant toutes les personnes, en particulier les plus pauvres et les plus démunis."

Le natif de l'archidiocèse de Lyon en France qui est à la tête de l'archidiocèse d'Alger depuis son installation en février 2022 exprime sa gratitude à tous ceux qui ont soutenu Caritas Algérie.

Il déclare : "Je tiens à remercier tous ceux qui, au fil des années et de différentes manières, ont contribué à la réalisation de cette œuvre au service des plus vulnérables et du peuple algérien."

Selon une dépêche de l'Agenzia Fides du 27 septembre, "la décision d'arrêter les activités de Caritas Algérie a été prise par les autorités algériennes responsables sans donner une justification officielle détaillée aux évêques de l'Église catholique en Algérie."

"Caritas a probablement fait l'objet de ces mesures restrictives parce qu'elle est considérée comme une organisation non gouvernementale étrangère", indique encore le rapport.

More in Afrique

Le rapport indique également que "toutes les communications du ministère de l'Intérieur faisaient des références générales au fait que l'Église catholique couvrirait une organisation non autorisée se livrant à des activités illégales, sans donner de références spécifiques aux articles de la loi prétendument violés."

"Les représentants de la communauté catholique locale excluent que les mesures imposées par les autorités algériennes soient alimentées par des sentiments d'hostilité à l'égard de l'Église catholique et de sa présence dans le pays", a rapporté Agenzia Fides, ajoutant : "Ils voient plutôt un lien avec la politique générale de restrictions qui a été récemment imposée aux ONG étrangères et multinationales."

"Les autorités algériennes n'ont pas tenu compte de la spécificité de Caritas en tant que bras charitable de l'Église catholique, spécificité qui la distingue intrinsèquement et par la loi des organisations non gouvernementales, y compris celles qui travaillent dans le domaine de l'aide et de l'assistance humanitaire", indique le rapport.

Les initiatives de Caritas Algérie ont été conçues et mises en œuvre au profit des couches les plus vulnérables de la population algérienne, dont 97% sont de confession musulmane.

Caritas Algérie a toujours fait face au phénomène des migrants et a surtout soutenu les personnes malades et les mineurs avec des programmes d'aide transparents.

Advertisement