Advertisement

Un évêque catholique nigérian met en garde les politiciens contre l'exploitation des "faiblesses" des gens

L'évêque du diocèse catholique de Sokoto, au Nigeria, a mis en garde les politiciens contre la tentation de séduire l'électorat avant les élections générales de février 2023, déclarant que les candidats politiques "ne doivent pas exploiter les faiblesses de notre peuple".

Le jeudi 29 septembre, les candidats à la présidence des 18 partis politiques reconnus auraient signé un accord de paix dans lequel ils s'engagent à mener une campagne pacifique en vue des élections générales du 25 février 2023. Tous les candidats et les présidents nationaux de leurs partis ont signé l'accord organisé par le Comité national pour la paix (CNP).

S'exprimant lors de l'événement du 29 septembre qui s'est tenu au Centre international de conférence d'Abuja, Mgr Matthew Hassan Kukah s'est dit conscient de la pratique de la corruption des électeurs, affirmant que ce vice mine la démocratie dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

"Nous sommes conscients de la capacité de ce processus (achat de votes) à saper l'ensemble du projet de démocratie", a déclaré Mgr Kukah, ajoutant : "Oui, les Nigérians sont pauvres, oui, les Nigérians souffrent, mais rien de tout cela n'est un substitut."

L'évêque nigérian, qui a été nommé membre du Dicastère du Vatican pour la promotion du développement humain intégral en janvier 2021, a ajouté : "Les politiciens ne doivent pas exploiter les faiblesses de notre peuple d'une manière et d'une façon qui ont fait de l'achat de votes une partie de notre culture."

Advertisement

Il a exprimé l'espoir que les sanctions pour fraude électorale prévues par la loi électorale de 2022 "seront appliquées à la lettre par les acteurs concernés."

Mgr Kukah a ensuite encouragé le président de la Commission électorale nationale indépendante (INEC), Mahmood Yakubu, et les forces de police nigérianes, "à s'assurer que ceux qui compromettent le processus électoral subissent les foudres de la loi".

Le 28 septembre, les 18 candidats en lice pour la présidence du Nigeria ont lancé leur campagne nationale en vue des élections générales du 25 février 2023, au cours desquelles les électeurs de la nation la plus peuplée d'Afrique voteront également pour les membres de la Chambre des représentants et du Sénat.

Ahmed Tinubu, ancien gouverneur de l'État de Lagos et candidat du parti au pouvoir, All Progressives Congress (APC), Atiku Abubakar, candidat du parti démocratique populaire (PDP), et Peter Obi, ancien vice-président et candidat du parti travailliste, sont parmi les candidats en lice pour la présidence.

L'élection des gouverneurs de la nation ouest-africaine est prévue pour le 11 mars 2023.

More in Afrique

Le 27 septembre, la direction de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN) dans l'État d'Oyo a mis en garde les électeurs contre le vote sur la base de leur appartenance tribale.

"Alors que les campagnes commencent, ne votez pas pour une cause tribale ; ne votez pas pour des promesses vides, et ne vous laissez pas emporter par les manifestes et les jamborees", ont déclaré les responsables de la CAN dans l'État d'Oyo, avant d'ajouter : "Ne votez pas pour l'ethnicité ; ne vendez pas votre vote. Les politiciens pour lesquels vous mourrez aujourd'hui garderont leurs enfants en sécurité pendant que vous perdrez votre propre vie."

Les responsables de l'entité chrétienne, qui comprennent des représentants de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN), ont en outre déclaré : "Alors que les campagnes commencent, assurez la paix dans toutes les transactions et conversations".

Ils ont appelé les dirigeants chrétiens à prendre la responsabilité de protéger les droits et les libertés des adeptes qu'ils représentent.