Advertisement

Les détenus au Cameroun prêts à "gagner leur vie avec dignité" grâce à l'initiative de fabrication de savon salésienne

Les prisonniers de la prison d'Ebolowa apprennent à fabriquer du savon liquide grâce à Don Bosco et aux Salésiens. Crédit : Missions salésiennes Les prisonniers de la prison d'Ebolowa apprennent à fabriquer du savon liquide grâce à Don Bosco et aux Salésiens. Crédit : Missions salésiennes

Les détenus de la prison d'Ebolowa au Cameroun vont pouvoir "gagner dignement leur vie" au-delà de leur peine de prison grâce à la formation à la fabrication de savon que les membres de l'Institut religieux des Salésiens de Don Bosco (SDB) ont réalisée.

Dans un rapport publié jeudi 29 septembre, le père Artur Bartol, l'aumônier de la prison camerounaise qui "a récemment appris aux prisonniers à fabriquer du savon liquide afin qu'ils puissent gagner leur vie à leur sortie", explique que les détenus "vivent dans des conditions de surpopulation et reçoivent peu de nourriture ou d'attention de la part des autorités".

"Les prisonniers apprennent à fabriquer du savon liquide afin qu'après avoir purgé leur peine, ils puissent le produire pour le vendre et gagner leur vie avec dignité", aurait déclaré le père Bartol dans le rapport des Missions salésiennes, le bras de développement des SDB basé aux États-Unis.

Le prêtre salésien parle de la dynamique de l'initiative en disant : " Nous avons organisé non seulement des cours de fabrication de savon, mais aussi d'apprentissage de la lecture et de l'écriture, car tout le monde n'était pas capable de le faire. Et pendant les périodes de vacances ou les fêtes, nous avons également mis en place des tournois sportifs."

Selon les responsables des Missions salésiennes, le missionnaire salésien polonais impliqué dans l'initiative avec les détenus a commencé par apprendre aux bénéficiaires à fabriquer du savon en poudre, puis du savon liquide.

Advertisement

"Il a fait appel à des professionnels de la fabrication du savon pour organiser un cours complet à l'intérieur de la prison. Le cours explique d'abord la partie théorique de la fabrication du savon, puis il y a un atelier pratique pour apprendre par la pratique", expliquent les responsables de SDB.

Ils ajoutent : "Les étudiants reçoivent des cahiers pour noter les proportions et le nombre de cuillères ou de bouchons nécessaires pour fabriquer le savon. Ils peuvent s'y référer lorsqu'ils sont dans l'atelier."

Les responsables des Missions salésiennes précisent que dans le cadre de la mise en œuvre de l'initiative avec les détenus, "les produits finis sont emballés dans des conteneurs et vendus avec des autocollants portant la mention "Savon produit à la prison d'Ebolowa sous la direction de Don Bosco"".

Les détenus de la prison d'Ebolowa "ont été condamnés pour divers crimes et vivent dans des conditions très difficiles", indique le rapport du 29 septembre, et ajoute en référence aux détenus que "le Père Bartol ne les juge pas pour leurs actions mais les aide plutôt spirituellement et les prépare dans l'espoir qu'ils puissent changer de vie."

Faisant référence à un rapport du Programme alimentaire mondial (PAM) de mars 2018, les responsables des Missions salésiennes affirment que "plus de 30 % de la population camerounaise vit sous le seuil de pauvreté et les indicateurs de développement humain restent faibles."

More in Afrique

Ils expliquent que "la pauvreté est la plus élevée dans les régions de l'Extrême-Nord, du Nord, de l'Adamaoua et de l'Est. Dans les régions du Nord, les populations sont souvent touchées par des catastrophes naturelles et des récoltes inférieures à la moyenne qui contribuent à un cycle continu de pauvreté et de faim."

Dans le cadre des efforts visant à lutter contre les niveaux élevés de pauvreté au Cameroun, le rapport du 29 septembre indique que "les missionnaires salésiens dans le pays fournissent des services d'éducation et de développement social aux jeunes pauvres afin qu'ils puissent acquérir la formation nécessaire pour trouver et conserver un emploi à long terme. À leur tour, ils sont en mesure de redonner à leur famille et à leur communauté."