Advertisement

"Rendez l'éducation religieuse chrétienne obligatoire" : Un prêtre catholique ougandais s'adresse au gouvernement

Le Secrétaire exécutif de la Commission pour l'éducation de la Conférence épiscopale de l'Ouganda (UEC) a demandé au gouvernement de cette nation d'Afrique de l'Est de rendre l'éducation religieuse chrétienne (CRE) obligatoire à tous les niveaux de l'enseignement secondaire dans les "écoles fondées par l'église" du pays.

S'adressant aux membres de la Commission de révision de la politique éducative dirigée par Amanya Mushega dans la capitale du pays, Kampala, le lundi 14 novembre, le père Ronald Reagan Okello a également demandé au gouvernement dirigé par Yoweri Museveni de prendre en charge les dépenses liées à l'enseignement dans les universités publiques et privées.

Le père Okello a souligné la valeur de cette matière à tous les niveaux de l'école secondaire, en déclarant : "L'enseignement du CRE, qui est obligatoire en première et deuxième année et facultatif pour les candidats et les semi-candidats, est important pour transmettre les valeurs chrétiennes et l'intégrité et réhabiliter la moralité des Ougandais."

Le prêtre catholique ougandais a ajouté : "L'enseignement de la CRE contribuera à façonner très tôt la conscience et le caractère d'un individu et à sauver le pays des défis omniprésents que sont l'homosexualité, la toxicomanie, l'alcoolisme et les grossesses chez les adolescentes."

"C'est pourquoi nous voulons que le gouvernement rende le CRE obligatoire dans les écoles confessionnelles", a déclaré le père Okello aux membres de la Commission de révision des politiques éducatives.

Advertisement

Il a ajouté : "Si notre éducation doit offrir une formation holistique de la personne humaine dans une large mesure, nous recommandons que le CRE soit enseigné jusqu'à la quatrième année et que certaines exceptions soient autorisées en termes de nombre de langues étudiées."

Le responsable de l'UEC a expliqué : "L'Église catholique compte 23 petits séminaires à travers le pays. Ils sont affectés par le seuil de huit matières maximum à inscrire aux examens du certificat d'éducation de l'Ouganda (O-Level), ce qui limite les étudiants à abandonner le CRE ou le latin, alors qu'il s'agit d'aspects cruciaux de leur formation et de la langue de l'Eglise."

"Les universités du pays se caractérisent par des frais de scolarité élevés, des infrastructures médiocres, un financement et des effectifs insuffisants, ainsi qu'une faible rémunération des enseignants", a-t-il déploré, avant d'ajouter, en référence aux défis qu'il avait soulignés : "Le gouvernement doit s'attaquer à ce problème pour permettre à nos universités d'être au même niveau que celles de la région."

Le ministre ougandais de l'éducation, Janet Museveni, a créé la Commission de révision de l'éducation en mai 2021.

Les membres de la Commission ont été chargés de procéder à une évaluation rapide du système éducatif actuel du pays par le biais de la participation des citoyens et de mener une analyse approfondie de la politique d'éducation de 1992 afin de formuler des recommandations pour un nouveau "livre blanc du gouvernement" sur l'éducation à soumettre au Cabinet.

More in Afrique

Dans son discours du 14 novembre, le père Okello a également demandé "une promotion automatique pour les enseignants en poste, afin de mettre à niveau, de recycler et de former les enseignants à tous les niveaux, de normaliser le programme de l'enseignement pré-primaire et de rendre l'enseignement maternel obligatoire".