Advertisement

Le conflit et le changement climatique placent le Soudan du Sud parmi les "pays les plus affamés du monde" : Trócaire

Les conflits violents et le changement climatique au Soudan du Sud ont contribué à ce que le pays soit "constamment" classé comme l'un des "pays les plus affamés du monde", a déclaré la direction de l'agence de développement des évêques catholiques d'Irlande, Trócaire.

Dans un rapport publié mardi 15 novembre, les responsables de Trócaire affirment que la plus jeune nation du monde est confrontée à un nouveau conflit et à l'une des pires sécheresses depuis des années.

"En raison d'un équilibre complexe entre le conflit et le changement climatique, le Soudan du Sud se classe régulièrement parmi les pays les plus affamés du monde", indiquent les responsables de Trócaire.

Ils comparent la situation actuelle de sécheresse à la famine de 2017, affirmant que le Soudan du Sud "est aujourd'hui à nouveau confronté à des conditions similaires en raison de la reprise de la violence, des pires inondations depuis près de 60 ans et de la sécheresse."

Les responsables de Trócaire identifient Yirol East, dans l'État des lacs du Soudan du Sud, comme l'une des zones les plus touchées par le changement climatique qui a rendu les conditions de vie difficiles.

Advertisement

Dans cette zone, ils affirment que la situation est "impitoyable avec de longues sécheresses et des inondations extrêmes, rendant la culture de la nourriture presque impossible."

Yom Deng, une mère de cinq enfants résidant à Yirol East, se bat pour nourrir sa famille après que la sécheresse a détruit ses cultures.

Pour survivre, selon les dirigeants de l'entité catholique irlandaise, cette femme de 37 ans "ramasse des fruits et légumes sauvages pour nourrir ses enfants, mais elle a du mal à allaiter son plus jeune fils car elle ne mange pas assez elle-même pour produire du lait."

"Nous sommes des agriculteurs mais il n'y a pas eu de pluie. Nos cultures sont en train de mourir. Il n'y a pas de nourriture. Après une longue journée de travail à la ferme, je vais dans les buissons chercher des légumes et des fruits sauvages pour nourrir ma famille", a déclaré Mme Deng aux responsables de Trócaire.

Exprimant son incertitude et sa crainte concernant la durée de la sécheresse, elle a déclaré : "Le manque de pluie est un problème majeur."

More in Afrique

"S'il avait plu, à l'heure actuelle, nous aurions de la nourriture provenant de mon jardin. Je demande aux gens de continuer à prier pour que la pluie arrive, afin que nous puissions cultiver notre nourriture par nous-mêmes", aurait déclaré Mme Deng à Trócaire.

Outre les sécheresses prolongées, le Soudan du Sud a également été touché par des inondations, indiquent les responsables de Trócaire, qui ajoutent que plus de 900 000 personnes ont été affectées "par les pluies torrentielles qui ravagent les cultures et détruisent les maisons".

"La plus récente nation du monde est ébranlée par quatre années consécutives d'inondations, la catastrophe touchant désormais neuf des dix États", indiquent les responsables dans le rapport du 15 novembre.

Les dirigeants de l'entité catholique irlandaise se penchent sur la situation de Nyangei Kai et Thomas Riak, qui font partie des agriculteurs subissant les effets des inondations dues au changement climatique au Soudan du Sud.

Ils affirment que le duo "a été contraint de fuir sa maison lorsque les eaux de crue ont détruit ses cultures et tué ses animaux. Ils sont maintenant déplacés à l'intérieur du pays et ont déménagé dans la région de Yirol East où ils sont soutenus par une famille d'accueil."

Advertisement

"Lorsque les inondations sont arrivées, tout a été submergé sous l'eau. J'ai perdu tous mes moyens de subsistance à cause des inondations. Toutes les réserves de nourriture que nous avions économisées pendant des années ont été détruites. Tous les animaux sont morts et nous n'avions rien à cultiver. La faim a fait son apparition", aurait déclaré Mme Nyangei.

Le coordinateur de programme de la branche humanitaire du diocèse catholique de Rumbek, au Soudan du Sud, aurait averti que l'insécurité alimentaire risquait d'augmenter cette année.

"Si les gens n'ont pas de récolte dans les prochains mois, ils mourront de faim parce qu'ils n'auront rien dans leurs fermes pour nourrir leurs familles", a déclaré le coordinateur de programme de Caritas Rumbek, Peter Mamer Alam.

M. Mamer ajoute : "Nous espérons que si tout va bien, et que les pluies commencent, les gens feront d'autres cultures. Mais les arachides et les cultures maraîchères qui étaient cultivées auparavant, ont été affectées par la sécheresse."

Le responsable de Caritas au Soudan du Sud affirme, dans le rapport de Trócaire du 15 novembre, que "l'aide des donateurs fait une différence dans la région et que les familles reçoivent des vivres d'urgence ainsi que des outils et des semences."

En raison de la faim, les responsables de Trócaire affirment que près de neuf millions de personnes au Soudan du Sud, soit environ 80 % de la population, sont victimes de la crise alimentaire dans cette nation d'Afrique centrale et orientale.

Afin de relever le défi de la faim dans la plus jeune nation du monde, le rapport du 15 novembre indique que Trócaire s'associe à d'autres organismes caritatifs, dont la Catholic Agency for Overseas Development (CAFOD), qui est l'organisme d'aide officiel de l'Église catholique d'Angleterre et du Pays de Galles, pour venir en aide aux familles par le biais de Caritas Rumbek.

"Grâce au financement d'Irish Aid, de Caritas Norvège, de UK Aid Match et du Climate Green Fund, quelque 30 000 personnes de la région ont reçu des kits de subsistance comprenant des semences et des outils ainsi qu'une aide alimentaire d'urgence", indiquent les responsables de Trócaire dans le rapport du 15 novembre.