Advertisement

Arrêtez les fuites de revenus publics pour faire face au coût de la vie : Les Jésuites disent à la Zambie

Les responsables du Centre jésuite de réflexion théologique (JCTR) demandent au gouvernement zambien de s'attaquer au problème de la fuite des recettes publiques dans ce pays d'Afrique australe afin de réduire le coût de la vie.

Dans leur déclaration du mardi 15 novembre sur le panier de la ménagère et de la nutrition (BNNB), les responsables du JCTR affirment que, bien que le gouvernement ait introduit des mesures telles que le seuil d'exonération d'impôt sur le revenu en 2023, et qu'il facilite les engagements bilatéraux avec les pays producteurs d'engrais et de carburant afin d'accéder aux produits de base à moindre coût, "les ressources publiques qui sont désespérément nécessaires (au milieu des déficits budgétaires) pour accélérer ce processus sont perdues de manière significative".

"Ces irrégularités constituent donc des obstacles au développement de notre nation", affirment les universitaires jésuites.

Ils ajoutent : "En réduisant ces pertes potentielles de revenus, les ménages plus vulnérables peuvent être protégés du coût élevé de la vie grâce à l'augmentation des dépenses du secteur social et des ressources visant à diversifier l'économie."

Les responsables de l'entité jésuite basée à Lusaka ajoutent que le gouvernement zambien doit également garantir "la plus grande transparence dans les systèmes de marchés publics afin de limiter les pertes de revenus."

Advertisement

Citant le rapport 2021 de l'auditeur général, les universitaires jésuites affirment qu'il y a eu 10,3 millions de dollars US de trop-perçus injustifiés dans le projet de décongestion de la ville de Lusaka.

Ils ajoutent que le rapport montre qu'environ 85,75 milliards de kilos (5,4 milliards de dollars) de taxes étaient dus à l'autorité fiscale zambienne (ZRA).

Dans la déclaration obtenue par ACI Afrique, les professeurs jésuites demandent également à la ZRA d'intensifier les interventions de contrôle et de sensibilisation afin de limiter l'évasion fiscale et d'améliorer l'efficacité et la conformité fiscales, ajoutant : "Ceci est important pour la réduction des arriérés d'impôts".

Les universitaires jésuites demandent également que le rapport de l'auditeur général soit pris au sérieux et ne soit pas traité "comme une entreprise académique".

Les parties jugées fautives dans le rapport de l'auditeur général "doivent faire l'objet d'une enquête et être traduites en justice comme le prescrit la loi", disent-ils.

More in Afrique

Dans la déclaration de BNNB décrivant le coût de la vie pour octobre 2022, les responsables de l'entité qui est engagée dans la recherche, le plaidoyer, l'éducation et la consultation sur les questions sociales disent qu'il y a une réduction du coût de la vie.

Ils attribuent cette baisse à la réduction des prix de certains types d'aliments, du charbon de bois et à la relative stabilité du taux de change en octobre.

"Il est important de noter que la saisonnalité reste un facteur qui influence le mouvement des sections alimentaires et non alimentaires du panier et, à son tour, le coût de la vie", déclarent les chercheurs jésuites, qui expliquent que la baisse du prix du charbon de bois pourrait être attribuée à la diminution de la demande d'énergie résultant d'une saison chaude.

Dans leur déclaration du 15 novembre, les dirigeants du JCTR expriment toutefois leur inquiétude quant à l'utilisation de la biomasse dans ce pays d'Afrique australe.

"La demande de biomasse reste élevée dans le pays en raison de l'accès limité de la plupart des ménages au réseau électrique. Cette demande a un impact négatif sur l'environnement et annule les efforts d'atténuation et d'adaptation ", déclarent-ils.

Advertisement

Les chercheurs jésuites exhortent le gouvernement zambien à investir dans des sources d'énergie alternatives durables afin de limiter la dépendance à la biomasse.

Cet article a été publié pour la première fois par ACI Afrique le 21 novembre 2022.