Advertisement

Une fondation catholique s'inquiète de la disparition d'un prêtre champion de la cohésion religieuse au Mali

Le Père Hans-Joachim Lohre lors d'une conférence sur la pandémie de COVID-19 à Bamako au Mali. Crédit : AED Le Père Hans-Joachim Lohre lors d'une conférence sur la pandémie de COVID-19 à Bamako au Mali. Crédit : AED

Depuis plus de 30 ans, le Père Hans-Joachim Lohre a été un ardent défenseur de la cohésion religieuse au Mali, a déclaré la fondation catholique pontificale et caritative Aide à l'Église en Détresse (AED) International, qui a exprimé sa "douleur et son inquiétude" suite à la disparition, le 20 novembre, du prêtre missionnaire catholique, soupçonné d'avoir été enlevé par des djihadistes.

Dans un rapport publié mercredi 23 novembre, l'AED souligne le profond engagement du Père Hans-Joachim en faveur du dialogue interreligieux au Mali et rappelle comment le membre des Missionnaires d'Afrique (Pères Blancs) a également été, pendant longtemps, la personne de contact de la fondation dans la nation ouest-africaine.

"La fondation pontificale Aide à l'Église en détresse (AED) exprime sa douleur et sa préoccupation concernant la disparition et le probable enlèvement du missionnaire Hans-Joachim Lohre - ou Ha-Jo, comme on l'appelle - à Bamako, la capitale du Mali, où il travaille depuis plus de trente ans", déclare l'AED dans le rapport.

Il ajoute : "Le prêtre allemand a disparu le dimanche 20 novembre, après avoir célébré la messe dans un couvent de religieuses de la même ville, selon des sources des Pères Blancs, comme on appelle la congrégation des Missionnaires d'Afrique."

Il n'y a pas plus d'informations concernant cette disparition, note AED, et ajoute : "Mais tout laisse penser à un enlèvement, puisque la voiture du missionnaire a été retrouvée abandonnée et que la croix qu'il portait toujours avec lui était par terre. Cependant, on ne sait pas qui l'a enlevé, ni pourquoi."

Advertisement

Le Père Hans-Joachim, également connu par ses amis sous le nom de Ha-Jo, était une personne de référence importante pour le dialogue interreligieux, enseignant à l'Institut d'éducation chrétienne-islamique.

L'AED note que le prêtre allemand disparu avait pris part à plusieurs événements organisés par la fondation caritative pontificale.

La fondation catholique rappelle que lors d'une visite en Suisse, il y a moins de six mois, le Père Hans-Joachim aurait exprimé ses craintes concernant l'extrémisme religieux au Mali, en déclarant : "Les djihadistes viennent en groupes, sur des motos, et les communautés locales doivent passer des accords avec eux. Il leur est interdit de sonner les cloches des églises et de boire de l'alcool, et les femmes sont obligées de porter le voile".

L'AED a attiré l'attention à plusieurs reprises sur la situation que vivent les chrétiens dans le pays, notamment dans le centre du Mali, où opère le groupe djihadiste Katiba Macina, lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Le membre des Missionnaires d'Afrique, rapporte la fondation, "était bien conscient du danger auquel il était confronté dans son travail quotidien."

More in Afrique

Soulignant le ciblage des étrangers dans le pays en guerre, le père Hans-Joachim a déclaré : "Vous ne savez pas quand, ni où cela peut se produire. En tant qu'Européens blancs, nous sommes des cibles faciles, et on nous a dit que les djihadistes nous observaient."

Dans plusieurs entretiens avec l'AED, cependant, le prêtre missionnaire a expliqué pourquoi le danger imminent ne l'empêchait pas de rester dans le pays.

Il aurait déclaré : " La question nous est donnée dans l'Évangile, 'qui dites-vous que je suis ?', c'est le sens de notre vie, et nous voyons que ce qui est important n'est pas de savoir combien de temps nous vivons, ou combien peu ou combien nous réalisons, mais si ce que nous faisons a un sens et peut rendre le monde meilleur ".

Au cours des trois dernières années, l'AED a soutenu plus de 70 projets au Mali, parmi lesquels un programme de formation et de sensibilisation de quatre ans pour les agents d'évangélisation, qui couvre les rencontres organisées par l'Institut de formation islamo-chrétien, en coopération avec le Père Hans-Joachim.

La fondation caritative décrit le Père Hans-Joachim comme un prêtre "très conscient de l'importance de sa propre mission, à savoir promouvoir le dialogue entre chrétiens et musulmans."

Advertisement

Le prêtre l'a fait en formant les laïcs et les religieux aux études islamiques.

Conscient de la nécessité d'entretenir de bonnes relations entre chrétiens et musulmans, notamment dans les pays en proie à l'extrémisme religieux, le prêtre a déclaré à l'AED : " En ce moment, il y a de très forts courants fondamentalistes au Mali, mais la plupart des gens veulent simplement vivre en paix. Il est donc crucial que nous entretenions de bonnes relations avec les musulmans qui nous entourent."

"Nous fournissons aux chrétiens des connaissances approfondies sur l'Islam, de sorte que lorsqu'ils retournent dans leurs communautés, ils peuvent aider à construire des ponts et prendre contact avec les mosquées environnantes", a-t-il expliqué lors d'une visite au siège international de l'AED en Allemagne.

Dans le rapport du 23 novembre, l'AED déclare que la nouvelle de l'enlèvement du Père Hans-Joachim est alarmante et est "un signe de la détérioration des conditions de vie de la communauté chrétienne dans ce pays africain."

"Nous demandons à tous nos bienfaiteurs et amis de prier pour la libération immédiate du père Ha-Jo. Il était un bâtisseur de paix dans un contexte de violence et de terrorisme. Notre fondation a soutenu sa mission au cours des dernières années, et maintenant il a besoin de nos prières et de notre solidarité", déclare Thomas Heine-Geldern, président exécutif de l'AED.

Il ajoute : "Nous étendons notre soutien à sa famille spirituelle, à la congrégation des Missionnaires d'Afrique, et à la famille de Hans-Joachim Lohre en Allemagne. Vous pouvez compter sur nos prières."

Le responsable de l'AED ajoute : "Outre les prières, l'AED appelle également la communauté internationale à tout faire pour améliorer la situation causée par les djihadistes parmi les populations du Sahel, non seulement au Mali, mais aussi dans les pays voisins."

"Ce qui se passe est une tragédie, une blessure ouverte pour le monde", déclare Heine-Geldern dans le rapport de l'AED du 23 novembre.