Advertisement

Pape François: "Jésus n'a pas créé les conférences épiscopales"

Le pape François rencontre les évêques des États-Unis à la cathédrale Saint-Mathieu de Washington, le 23 septembre 2015. | L'Osservatore Romano. Le pape François rencontre les évêques des États-Unis à la cathédrale Saint-Mathieu de Washington, le 23 septembre 2015. | L'Osservatore Romano.

Le pape François a souligné la différence entre les conférences épiscopales et les évêques dans une nouvelle interview accordée à America Magazine.

"La conférence épiscopale est là pour rassembler les évêques, pour travailler ensemble, pour discuter des problèmes, pour faire des plans pastoraux. Mais chaque évêque est un pasteur", a déclaré le pape dans une longue interview réalisée à son domicile au Vatican le 22 novembre et publiée le 28 novembre.

"Ne dissolvons pas le pouvoir de l'évêque en le réduisant au pouvoir de la conférence épiscopale".

La conversation avec la publication jésuite a couvert un large éventail de sujets, notamment le rôle des évêques, le racisme, la polarisation, les abus sexuels, l'accord Vatican-Chine et s'il a des regrets de son temps en tant que pape.

Dans l'interview, le pape François a été informé d'un sondage réalisé par le magazine America en 2021, selon lequel les catholiques des États-Unis considèrent que la Conférence des évêques catholiques des États-Unis est le groupe le moins digne de confiance parmi les groupes énumérés - 20 % des catholiques américains interrogés trouvent que l'USCCB est "très digne de confiance".

Advertisement

On a demandé à François : "Comment les évêques catholiques américains peuvent-ils regagner la confiance des catholiques américains ?"

"La question est bonne car elle parle des évêques", a-t-il répondu. "Mais je pense qu'il est trompeur de parler de la relation entre les catholiques et la conférence épiscopale. La conférence épiscopale n'est pas le pasteur, le pasteur est l'évêque. On court donc le risque de diminuer l'autorité de l'évêque quand on ne regarde que la conférence épiscopale."

"Jésus n'a pas créé les conférences épiscopales", a-t-il ajouté. "Jésus a créé les évêques, et chaque évêque est le pasteur de son peuple".

Le pape François a déclaré que l'accent devrait être mis sur le fait qu'un évêque a une bonne relation avec son peuple, et non sur l'administration.

More in Afrique

Il a donné l'exemple de l'évêque Mark Seitz d'El Paso, au Texas : "Je ne sais pas s'il est conservateur, ou s'il est progressiste, s'il est de droite ou de gauche, mais c'est un bon pasteur."

Aux États-Unis, a dit le pape, il y a " quelques bons évêques qui sont plus à droite, quelques bons évêques qui sont plus à gauche, mais ce sont plus des évêques que des idéologues ; ce sont plus des pasteurs que des idéologues. C'est ça la clé".

"La grâce de Jésus-Christ se trouve dans la relation entre l'évêque et son peuple, son diocèse", a-t-il ajouté.

Une conférence épiscopale, au contraire, est une organisation destinée à "aider et à unir".

On a également demandé au pape François si l'USCCB devait donner la priorité à la lutte contre l'avortement par rapport à d'autres questions.

Advertisement

Ce à quoi il a répondu : "c'est un problème que la conférence épiscopale doit résoudre en son sein".

Le pape a souligné que l'activité d'une conférence épiscopale se situe au niveau de l'organisation, et que dans l'histoire, les conférences ont parfois fait des erreurs.

"En d'autres termes, que cela soit clair : une conférence épiscopale doit, ordinairement, donner son avis sur la foi et les traditions, mais surtout sur l'administration diocésaine et ainsi de suite", a-t-il dit, soulignant à nouveau la nature sacramentelle de la relation pastorale d'un évêque à son diocèse et à son peuple.

"Et cela ne peut pas être délégué à la conférence épiscopale", a-t-il ajouté. "La conférence aide à organiser des réunions, et celles-ci sont très importantes ; mais pour un évêque, [être] pasteur est le plus important."

Dans l'interview, le pape François a également dénoncé la polarisation comme "non catholique", et a déclaré que la façon catholique de traiter le péché n'est "pas puritaine" mais met les saints et les pécheurs ensemble.

Il a également déclaré qu'aux États-Unis, où il existe un catholicisme particulier à ce pays, ce qu'il a qualifié de "normal", "vous avez aussi des groupes catholiques idéologiques".

Au sujet des abus sexuels dans l'Église catholique, le pape François a été interrogé sur le manque apparent de transparence lorsqu'il s'agit d'accusations contre des évêques, par rapport au traitement des accusations contre des prêtres.

Le pape a appelé à une "transparence égale" à l'avenir, ajoutant que "s'il y a moins de transparence, c'est une erreur".

À une question sur les catholiques noirs, François a répondu qu'il était "conscient de leur souffrance, qu'il les aime beaucoup, et qu'ils devraient résister et ne pas s'éloigner" de l'Église catholique.

"Le racisme est un péché intolérable contre Dieu", a-t-il ajouté. "L'Église, les pasteurs et les laïcs doivent continuer à se battre pour l'éradiquer et pour un monde plus juste."

A la question de savoir s'il a des regrets, ou s'il changerait quelque chose à ce qu'il a fait en près de 10 ans de pontificat, François a répondu en anglais, en riant, qu'il changerait "tout !". Tout !"

"Cependant, j'ai fait ce que l'Esprit Saint me disait que je devais faire. Et quand je ne l'ai pas fait, j'ai commis une erreur", a-t-il ajouté.

Concernant son apparente joie constante, le pape a déclaré qu'il n'est pas "toujours comme ça", sauf quand il est avec les gens.

"Je ne dirais pas que je suis heureux parce que je suis en bonne santé, ou parce que je mange bien, ou parce que je dors bien, ou parce que je prie beaucoup", a-t-il expliqué. "Je suis heureux parce que je me sens heureux, Dieu me rend heureux. Je n'ai rien à reprocher au Seigneur, pas même quand de mauvaises choses m'arrivent. Rien."

Il a ajouté que le Seigneur l'a guidé dans les bons et les mauvais moments, "mais il y a toujours l'assurance que l'on ne marche pas seul."

"On a ses fautes", a-t-il dit, "aussi ses péchés ; je me confesse tous les 15 jours - je ne sais pas, je suis comme ça."