Advertisement

Pape François : Benoît XVI était "leader" dans la réponse aux abus sexuels

Le pape François rend visite au pape émérite Benoît XVI au monastère Mater Ecclesiae de la Cité du Vatican pour échanger des vœux de Noël, le 23 décembre 2013. | Vatican Media Le pape François rend visite au pape émérite Benoît XVI au monastère Mater Ecclesiae de la Cité du Vatican pour échanger des vœux de Noël, le 23 décembre 2013. | Vatican Media

Dans une récente interview, le pape François a déclaré que son prédécesseur, le pape émérite Benoît XVI, a été un leader en matière de "responsabilité" et de transparence dans la lutte contre les abus sexuels commis par des clercs. Il s'agit de la dernière défense en date du Saint-Père à l'égard de son prédécesseur, qui fait l'objet de critiques dans son Allemagne natale pour sa gestion de plusieurs cas d'abus lorsqu'il était archevêque, il y a plusieurs décennies.

Dans l'interview du 22 novembre publiée lundi par America Magazine, le pape François a abordé un large éventail de sujets, dont la réponse de l'Église aux révélations d'abus commis par le clergé. François a déclaré que, bien que les "statistiques officielles" montrent que les abus du clergé ne représentent qu'un très faible pourcentage de tous les cas d'abus dans la société, "s'il y avait eu un seul cas, il aurait été monstrueux".

Avant la "crise de Boston" de 2002, les abuseurs étaient simplement déplacés d'un endroit à l'autre dans le cadre de la dissimulation institutionnelle, a-t-il dit.

"La pratique, qui est encore maintenue dans certaines familles et institutions aujourd'hui, était de couvrir le problème. L'Église a pris la décision de ne plus le faire. À partir de là, des progrès ont été réalisés dans les processus judiciaires, la création de la Commission pontificale pour la protection des mineurs", a déclaré le pape, comme le rapporte America.

"Ici, un grand [exemple] est le cardinal [Seán] O'Malley de Boston, qui a eu l'esprit d'institutionnaliser [la protection des mineurs] au sein de l'Église. Lorsque les personnes honnêtes voient comment l'Église assume la responsabilité de cette monstruosité, elles comprennent que l'Église est une chose et que les abuseurs qui sont punis par l'Église en sont une autre. Le leader dans la prise de ces décisions a été Benoît XVI".

Advertisement

Au cours de son pontificat de près de huit ans, qui a débuté en 2005, Benoît XVI a renvoyé des centaines d'abuseurs de l'état clérical, a régulièrement rencontré des survivants d'abus, et a abordé la crise des abus en Irlande dans une lettre pastorale de 2010. Il a démissionné de la papauté en 2013.

Ce n'est pas la première fois que le pape François prend la défense du bilan de son prédécesseur en matière de lutte contre les abus sexuels. Dans le cadre d'une enquête en cours sur la gestion par Benoît XVI des cas d'abus à Munich, où il a été archevêque de 1977 à 1982, le pape François a appelé pour offrir son soutien à Benoît XVI alors que le pape émérite faisait face à des critiques.

Un long rapport d'enquête, compilé par un cabinet d'avocats allemand et publié en janvier, a critiqué la gestion par le pape nonagénaire à la retraite de quatre cas pendant qu'il était en charge de l'archidiocèse de Munich et Friesing, dans le sud de l'Allemagne.

Dans deux de ces cas, le rapport indique que des clercs ont commis des abus alors que l'archevêque Ratzinger était en fonction. Bien qu'ils aient été sanctionnés pénalement par des tribunaux séculiers, ils ont continué à exercer des fonctions pastorales, et aucune mesure n'a été prise à leur encontre en vertu du droit canonique. Dans un troisième cas, un ecclésiastique condamné par un tribunal étranger a travaillé dans l'archidiocèse de Munich, et dans un quatrième cas, un prêtre déjà accusé d'abus a été transféré à Munich en 1980, où il a commis de nouveaux actes d'abus.

Le rapport de 1 000 pages - qui a suscité quelques critiques en raison de son prix de 1,53 million de dollars - couvre les années 1945 à 2019 et identifie au moins 497 victimes d'abus ainsi que 235 auteurs présumés, dont 173 prêtres, au cours de cette période de 74 ans.

More in Afrique

Pour sa part, Benoît XVI a présenté de graves excuses aux victimes d'abus sexuels, tandis que quatre de ses conseillers ont défendu ses actions dans chacun des quatre cas mentionnés dans le rapport dans une réfutation de trois pages.

"J'ai eu de grandes responsabilités dans l'Église catholique. Ma douleur est d'autant plus grande pour les abus et les erreurs qui se sont produits dans ces différents lieux pendant la durée de mon mandat", écrit Benoît XVI.

"Chaque cas individuel d'abus sexuel est effroyable et irréparable. Les victimes d'abus sexuels ont ma plus profonde sympathie et je ressens une grande tristesse pour chaque cas individuel."

Les conseillers ont insisté sur le fait que Benoît XVI n'était pas "au courant d'abus sexuels commis ou de soupçons d'abus sexuels commis par des prêtres" dans aucun des cas mentionnés dans le rapport.

L'archevêque Georg Gänswein, secrétaire personnel de longue date de Benoît XVI, a déclaré à EWTN en février que le pape émérite "est accusé de quelque chose qui contredit 25 ans de son travail" pour rendre l'Église plus transparente et plus efficace dans la gestion des abus sexuels.

Advertisement

Après avoir quitté l'archidiocèse de Munich en 1982, le futur pape a été préfet de la Congrégation du Vatican pour la doctrine de la foi (CDF). En 2001, le pape Jean-Paul II a chargé la CDF d'enquêter sur les allégations d'abus cléricaux dans le monde entier.

M. Gänswein a déclaré en février que Benoît XVI avait rencontré une "résistance interne" au Vatican lorsqu'il a cherché à prendre des mesures décisives contre les auteurs d'abus, mais qu'il avait pu la surmonter grâce au soutien du pape polonais.

"Il n'a pas seulement joué un rôle décisif, il a été la figure décisive, l'homme décisif ; celui qui a non seulement suggéré la transparence, mais a également pris des mesures concrètes en faveur de la transparence. On peut dire qu'il est le 'père de la transparence', et c'est ainsi qu'il a également réussi à convaincre le pape Jean-Paul II", a-t-il déclaré.

L'abus sexuel est, selon le pape François dans l'interview du 22 novembre, "un problème "nouveau" dans sa manifestation, mais éternel dans la mesure où il a toujours existé. Dans le monde païen, on utilisait couramment les enfants pour le plaisir", a-t-il déclaré, avant d'exprimer sa profonde inquiétude face au fléau de la pédopornographie.

"L'Église assume la responsabilité de son propre péché, et nous allons de l'avant, pécheurs, en faisant confiance à la miséricorde de Dieu. Lorsque je voyage, je reçois généralement une délégation de victimes d'abus", a-t-il noté.

Au sujet des abus sexuels dans l'Église catholique, le pape François a été interrogé sur le manque apparent de transparence dans le traitement des accusations contre les évêques, par rapport au traitement des accusations contre les prêtres. Le pape a appelé à une "transparence égale" à l'avenir, ajoutant que "s'il y a moins de transparence, c'est une erreur".

Dans l'entretien accordé à America, le pape François a également abordé le rôle des évêques, les raisons pour lesquelles les femmes ne peuvent être ordonnées prêtres, le racisme, la polarisation, l'accord entre le Vatican et la Chine, et s'il a des regrets de son mandat de pape.