Advertisement

Le Vatican dit qu'il a été piraté - encore une fois

Un porte-parole du Vatican a déclaré mercredi que le Saint-Siège avait mis hors service son site principal vatican.va, suite à une tentative apparente de piratage du site.

"Des investigations techniques sont en cours en raison de tentatives anormales d'accès au site", a déclaré le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, à Reuters le 30 novembre, sans plus de précisions.

De nombreux utilisateurs en ligne ont constaté que le site était indisponible dès mardi matin. Le site vatican.va est, entre autres, le dépôt officiel en ligne des encycliques du pape.

Mercredi après-midi, aux États-Unis, les tentatives de l'ANC d'accéder au site vatican.va à partir de plusieurs navigateurs différents ont produit des messages d'erreur "404". Les sites annexes, tels que press.vatican.va, étaient toujours en ligne mercredi.

L'auteur et les motivations du ou des pirates présumés dans cette affaire restent flous, bien qu'il existe des précédents de groupes de pirates informatiques ciblant le Vatican en raison de déclarations publiques faites par le pape François. Par exemple, en 2015, un pirate turc s'est attribué le mérite d'avoir piraté le site Web du Vatican parce que le pape François avait qualifié de "génocide", dans une homélie, les massacres d'Arméniens par les Turcs en 1915.

Advertisement

Dans le cas présent, l'attaque apparente survient un jour après que les dirigeants russes ont critiqué le pape François pour les commentaires qu'il a faits sur la guerre de la Russie en Ukraine dans une récente interview. Dans cette interview, le pape a décrit l'Ukraine comme un "peuple martyr" et a désigné deux minorités ethniques russes - les Tchétchènes et les Bouriates - comme étant "généralement les plus cruelles" dans le conflit.

Le site principal vieillissant du Vatican a également attiré d'autres pirates informatiques. En 2012, la branche italienne du groupe de pirates activistes Anonymous a mis hors service le site du Vatican en utilisant une simple méthode de piratage par "déni de service", consistant à inonder artificiellement le site de trafic pour tenter de le surcharger.

Plus récemment, en 2020, des pirates informatiques parrainés par l'État chinois auraient ciblé les réseaux informatiques du Vatican et d'autres cibles catholiques afin de donner à la Chine un avantage dans les négociations menées à l'époque pour renouveler un accord provisoire avec le Saint-Siège.

Des experts ont accusé la Russie d'utiliser le piratage, la cyberguerre et la désinformation dans son conflit actuel avec l'Ukraine, et en outre, la Russie a l'habitude de cibler des entités catholiques avec ses piratages. En 2018, des rapports ont émergé selon lesquels des pirates russes avaient infiltré les boîtes aux lettres électroniques de dirigeants orthodoxes, catholiques et d'autres dirigeants religieux liés à l'Ukraine.

Courtney Mares a contribué à cet article.

More in Afrique