Advertisement

Le pape François salue la théologie "féconde" de Benoît XVI

Le pape François et le pape émérite Benoît XVI se saluent lors de la 65e ordination sacerdotale du pape émérite XVI à la salle Clémentine. | © L'Osservatore Romano Le pape François et le pape émérite Benoît XVI se saluent lors de la 65e ordination sacerdotale du pape émérite XVI à la salle Clémentine. | © L'Osservatore Romano

Le pape François a salué jeudi le rôle du pape émérite Benoît XVI et sa théologie pour l'Église.

S'exprimant lors de la cérémonie de remise du prix Ratzinger 2022 au Vatican, le pape François a déclaré : "Nous ressentons tous sa présence spirituelle et son accompagnement dans la prière pour toute l'Église".

"Mais cette occasion est importante pour réaffirmer que la contribution de son travail théologique et, plus généralement, de sa pensée continue d'être féconde et efficace."

Le prix Ratzinger a été lancé en 2011 pour récompenser les universitaires dont les travaux démontrent une contribution significative à la théologie dans l'esprit du cardinal Joseph Ratzinger, le théologien bavarois devenu le pape Benoît XVI.

Cette année, le prestigieux prix a été décerné au père jésuite Michel Fédou et au professeur Joseph H.H. Weiler.

Advertisement

Le pape François a déclaré : "Comme nous le savons, Benoît XVI a personnellement participé à [Vatican II] en tant qu'expert et a joué un rôle important dans la genèse de certains documents ; puis il a été appelé à diriger la communauté ecclésiale dans sa mise en œuvre, à la fois aux côtés de saint Jean-Paul II et en tant que pasteur de l'Église universelle."

Benoît XVI "nous a aidés à lire en profondeur les documents conciliaires, en proposant une 'herméneutique de la réforme et de la continuité'", a-t-il dit.

Son prédécesseur bavarois, a ajouté le pontife, a fourni "une base théologique solide pour le cheminement de l'Église : une Église 'vivante', qu'il nous a appris à voir et à vivre comme une communion, et qui est en mouvement en 'synode' - guidée par l'Esprit du Seigneur, toujours ouverte à la mission d'annoncer l'Évangile et de servir le monde dans lequel elle vit."

More in Afrique

La Fondation Joseph Ratzinger-Benoît XVI a annoncé le 7 octobre que Fédou et Weiler recevraient le prix des mains du pape François.

M. Fédou enseigne la théologie dogmatique et la patristique au Centre Sèvres, une institution jésuite de Paris, depuis 1987. Il est membre de plusieurs organisations et commissions théologiques concernant le dialogue œcuménique avec les luthériens et les chrétiens orthodoxes, selon un communiqué du Vatican.

Âgé de 69 ans et originaire de Lyon, en France, il est l'auteur de plusieurs ouvrages, principalement sur la patristique et la christologie.

En lui, a déclaré le pape François, "nous reconnaissons et rendons hommage à un vaillant héritier et continuateur de la grande tradition de la théologie française, qui a donné à l'Église des maîtres de la stature du père Henri De Lubac et des entreprises culturelles solides et courageuses comme les Sources Chrétiennes, dont la publication a commencé il y a 80 ans."

Célèbre pour son rôle dans la défense de l'exposition des crucifix dans les écoles publiques devant la Cour européenne des droits de l'homme, M. Weiler est juriste dans de nombreuses universités aux États-Unis et au Royaume-Uni, notamment à Harvard et à l'université de New York, ainsi que dans d'autres endroits.

Advertisement

Cet homme de 71 ans, originaire de Johannesburg, en Afrique du Sud, a été président de l'Institut universitaire européen de Florence et est l'auteur de nombreux ouvrages sur le droit constitutionnel et international ainsi que sur les droits de l'homme.

Dans son livre "Une Europe chrétienne : An Exploratory Essay", l'universitaire a inventé le terme de christophobie, un phénomène sur lequel le biographe du pape George Weigel a beaucoup écrit.

Notant que Weiler est le premier adepte de la foi juive à recevoir le prestigieux prix Ratzinger, le pape François a fait remarquer qu'un objectif du "travail théologique personnel de Benoît XVI avait été, dès le début, de partager et de promouvoir toutes les étapes de réconciliation entre chrétiens et juifs franchies depuis le Concile".

Les lauréats du prix Ratzinger de l'année dernière étaient Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz et Ludger Schwienhorst-Schönberger.

Les candidats au prix sont choisis par le comité scientifique de la Fondation Ratzinger et présentés au pape, qui approuve les lauréats.

Depuis 2011, le prix Ratzinger est décerné chaque année à deux ou trois chercheurs. Les membres du comité scientifique sont nommés par le pape.

Jusqu'à récemment, il s'agissait des cardinaux Angelo Amato, préfet émérite de la Congrégation pour les causes des saints, Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, Luis Ladaria, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical de la culture, et Rudolf Voderholzer, évêque de Ratisbonne, en Bavière (Allemagne). Le président de l'Institut du pape Benoît XVI, Mgr Salvatore Fisichella, a remplacé le cardinal Amato.