Advertisement

Les guérisseurs traditionnels au Mozambique vaccinent les civils pour combattre les milices : Charité catholique

Les guérisseurs traditionnels vaccinent des groupes de jeunes hommes dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique, et leur permettent d'aller combattre les milices qui continuent à faire des ravages dans la province assiégée.

Dans un rapport partagé avec ACI Afrique, Johan Viljoen, directeur de l'Institut Denis Hurley pour la paix (DHPI), une institution catholique qui étudie l'évolution de la violence dans le nord du Mozambique depuis cinq ans, affirme que la vaccination à l'aide d'herbes traditionnelles vise à rendre les jeunes hommes impénétrables aux balles.

Selon M. Viljoen, les guérisseurs traditionnels, également appelés Napharamas, se sont fait connaître pendant la guerre civile de 15 ans qui s'est terminée en 1992, et gagnent aujourd'hui en popularité alors que le pays lutte contre les membres présumés d'Al Shabaab.

Le responsable de l'entité pour la paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) explique que, pendant la guerre civile, le Mozambique a vu "des groupes de jeunes hommes qui se faisaient vacciner par des guérisseurs traditionnels avec une formule secrète à base de plantes, censée les rendre imperméables aux balles".

Les jeunes hommes, dit-il, ont utilisé lesdits pouvoirs "pour libérer leur terre des forces d'occupation."

Advertisement

"Au cours des trois dernières semaines, les Napharama sont réapparus à Cabo Delgado - d'abord à Balama et Namuno, mais ils se répandent maintenant rapidement dans toute la province", indique M. Viljoen.

Il ajoute : "Dans les villages de la province, les guérisseurs traditionnels vaccinent des groupes de jeunes hommes, parfois jusqu'à 80 à la fois, qui débarrassent ensuite leur zone des insurgés."

Il ajoute que les personnes déplacées interrogées par le DHPI à Rapale, lors de la récente visite de l'entité dans la province de Nampula, dans le nord du Mozambique, "montrent une excitation visible lorsqu'elles parlent du phénomène."

La plupart des locaux, ayant beaucoup souffert aux mains des milices, voient l'émergence des Napharamas, dit le responsable du DHPI.

Ils ajoutent : "Selon un rapport, les Napharamas du district de Balama ont fait un raid sur un camp d'insurgés qui terrorisaient le district depuis des mois, ont capturé 22 d'entre eux et les ont remis aux militaires. Selon un autre rapport, deux sous-districts de Balama et Namuno avaient déjà été débarrassés des insurgés par les Napharamas."

More in Afrique

Dans sa thèse de doctorat intitulée "Sociedade civil ? Somos todos nós !": Société civile, développement et transformation sociale au Mozambique", le professeur Tanja Kleibl donne des indications fascinantes sur les Napharamas.

Selon la thèse, le mouvement Naparama a commencé vers 1986 en réponse à l'augmentation de la violence brutale pendant la guerre civile.

Pour sa thèse, le professeur Kleibl a interrogé un prêtre catholique mozambicain de Quelimane, une ville du centre-est du Mozambique, qui a expliqué qu'en particulier, les jeunes et les enfants étaient recrutés dans le groupe.

Le prêtre a également déclaré que les membres du groupe utilisaient des "armes blanches magiques" pendant la lutte contre la guerre civile et que les membres du Naparama étaient vaccinés avec des médicaments fournis par un guérisseur et sorcier traditionnel très influent.

Le mouvement Naparama aurait évoqué une synthèse entre les pratiques catholiques et les croyances religieuses et médicinales africaines en matière de vaccination par les plantes et de possession par les esprits.

Advertisement

Selon le prêtre qui a été interviewé pour la thèse, la "vision messianique et religieusement syncrétique de mener les gens contre la violence dans une guerre" a permis aux Mozambicains ruraux de différentes confessions religieuses de contester la culture de la violence sur laquelle ils avaient peu de contrôle au quotidien.

Dans le rapport du 28 novembre à l'ACI Afrique, M. Viljoen a déclaré que cinq jeunes hommes qui s'étaient portés volontaires pour recevoir une partie de la magie des Naparamas ont toutefois été décapités par des militants le 23 novembre dans les forêts denses de Nairoto, district, Cabo Delgado dans le nord du Mozambique.

Entre-temps, le directeur du DHPI a reproché aux organisations travaillant avec les réfugiés de manipuler les statistiques sur les personnes déplacées dans le nord du Mozambique, soulignant que cette manipulation mettait en danger la vie de ceux qui continuent d'être chassés de chez eux par la violence qui fait rage dans la région.

Des sources locales dans un camp de déplacés internes dans le district de Rapale, dans la province de Nampula, que M. Viljoen a visité du 15 au 24 novembre, ont déclaré au fonctionnaire du DHPI qu'il y avait plus de 6 000 déplacés internes dans le camp, alors que le chiffre de l'OIM est de 2 895.

M. Viljoen reproche au HCR et à l'OIM de continuellement minimiser, et parfois de nier, ce qu'il appelle l'escalade rapide de la catastrophe humanitaire dans la province de Nampula.

Une telle manipulation, selon le responsable du DHPI, prive l'IDPS du soutien humanitaire dont elle a tant besoin.

"La manipulation des statistiques et le déni de la présence d'un nombre considérable de personnes déplacées menacent les moyens de subsistance de ces personnes. Si elles ne sont pas enregistrées et que leur présence n'est pas reconnue, elles ne sont pas incluses dans les budgets d'aide humanitaire et ne recevront rien", a déclaré M. Viljoen.

Il ajoute : "Une fois de plus, la vie des pauvres est sacrifiée au nom de l'opportunisme politique et économique."