Advertisement

Une organisation caritative catholique attribue les difficultés des personnes déplacées au Mozambique à une manipulation des chiffres

Les organisations qui travaillent avec les réfugiés manipulent les statistiques des personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) dans le nord du Mozambique, a déclaré la fondation caritative catholique Denis Hurley Peace Institute (DHPI), notant que la situation met en danger la vie de ceux qui continuent d'être chassés de leurs foyers par la violence qui fait rage dans la région.

Des représentants du DHPI ont passé près de deux semaines à Nampula, l'une des provinces du nord du Mozambique en proie à des conflits, et ont cherché à savoir si les chiffres donnés par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) indiquant que seules 76 568 personnes avaient été déplacées dans la province étaient vrais.

Selon la matrice de suivi des déplacements de l'OIM, seuls 2 895 déplacés internes ont été enregistrés dans le district de Rapale à Nampula, et seulement 168 dans la région de Namiconha. Selon l'organisation, aucun IDP n'avait été enregistré dans la région de Nacala Porto, dans la province du nord.

En visitant les différentes régions de Nampula, DHPI a toutefois constaté que les informations fournies par l'OIM étaient fausses.

"DHPI a voyagé longuement dans toute la province de Nampula du 15 au 24 novembre et a constaté que la situation sur le terrain contredit carrément les statistiques officielles. De la frontière provinciale à la rivière Lurio, jusqu'à Namialo (une distance de plus de 90 km), toute l'étendue de la route est bordée de huttes de PDI nouvellement construites des deux côtés de la route", a déclaré le directeur de DHPI, Johan Viloen, dans un rapport qu'il a partagé avec ACI Afrique.

Advertisement

Il a ajouté, dans le rapport du mardi 29 novembre, "A Namiconha, où seulement 168 personnes déplacées sont signalées, les travailleurs humanitaires ont déjà plus de 200 familles sur leurs listes, soit plus de 1 000 personnes. À Rapale, où un total de 2 895 personnes sont signalées, des sources bien placées dans la communauté ont déjà enregistré plus de 6 000 personnes déplacées, dans une seule installation."

A Nacala Porto, où l'OIM affirme qu'il n'y a pas de PDI, le DHPI a visité un projet soutenant un grand nombre de PDI dans un seul quartier. Ici, des sources locales ont confirmé à l'entité de paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) qu'il y a de nombreux IDP dans tous les quartiers de la ville.

"Des sources ecclésiastiques confirment qu'il existe de grandes communautés de personnes déplacées dans presque toutes les villes et tous les villages jusqu'à la frontière sud de la province", a déclaré M. Viljoen, qui a reproché aux organismes responsables du bien-être des personnes déplacées et des réfugiés de s'appuyer sur des sources gouvernementales pour obtenir des informations sur le conflit.

"Malgré les attaques en cours à Cabo Delgado, qui se sont étendues au sud et à l'ouest de la province et qui ont entraîné des mouvements très médiatisés de personnes déplacées vers la province de Nampula, les statistiques du HCR sont restées étonnamment constantes depuis au moins un an - plus de 800 000, mais sans jamais atteindre le million", a déclaré le directeur du DHPI.

Il a ajouté : "Le HCR et l'OIM dépendent des statistiques qu'ils reçoivent du gouvernement. Le gouvernement tient à donner l'impression que la situation est stable et que les personnes déplacées retournent dans leurs lieux d'origine."

More in Afrique

Selon M. Viljoen, le gouvernement mozambicain donne l'impression d'un pays qui revient à la normale afin que la compagnie pétrolière française TotalEnergies reprenne ses activités à Afungi, dans le nord du Mozambique.

Il reproche au HCR et à l'OIM de continuellement minimiser, et parfois de nier, ce qu'il appelle la catastrophe humanitaire qui s'aggrave rapidement dans la province de Nampula.

Une telle manipulation, selon le responsable du DHPI, prive les personnes déplacées de l'aide humanitaire dont elles ont tant besoin.

"La manipulation des statistiques et le déni de la présence d'un grand nombre de personnes déplacées menacent les moyens de subsistance de ces personnes. Si elles ne sont pas enregistrées et que leur présence n'est pas reconnue, elles ne sont pas incluses dans les budgets d'aide humanitaire et ne recevront rien", déclare M. Viljoen.

Il ajoute : "Une fois de plus, la vie des pauvres est sacrifiée au nom de l'opportunisme politique et économique".

Advertisement

Le DHPI a visité le district de Rapale, dans la province de Nampula, le 20 novembre, et a constaté que la situation s'était détériorée. L'entité de paix s'était rendue dans le district en novembre de l'année dernière et avait signalé l'arrivée d'un grand nombre de personnes déplacées, souvent à pied, en provenance de Cabo Delgado, et vivant dans des conditions précaires.

Dans le premier camp de déplacés situé à la périphérie sud de Rapale, des sources locales ont déclaré à l'entité de paix SACBC qu'il y avait plus de 6 000 déplacés, alors que le chiffre de l'OIM était de 2 895.

Les locaux ont également rapporté que les IDP sont maintenant présents dans tous les quartiers de la ville, et dans tous les villages éloignés dans les zones environnantes.

Soulignant les défis auxquels les IDP sont confrontés dans le camp, M. Viloen a déclaré : "Il n'y a toujours pas d'installations. Le campement 'original' a maintenant de l'eau grâce à un forage, installé par une sœur catholique. Il n'y a toujours pas d'école, et aucune distribution régulière de nourriture ou d'aide humanitaire."

Le DHPI a appris que la Communauté de Sant'egidio était venue il y a quelque temps pour distribuer de la nourriture aux personnes déplacées, sur la base d'une liste de noms obtenue auprès des autorités locales.

Le jour de la distribution, cependant, beaucoup de ceux dont les noms figuraient sur la liste ne vivaient même pas à Rapale, dit M. Viljoen, qui ajoute que les prétendus déplacés ont été accusés d'être des amis et des parents des autorités locales.

Le fonctionnaire de la DHPI a également signalé l'escalade des tensions entre les personnes déplacées et les communautés d'accueil dans le nord du Mozambique.

Il ajoute que l'entité chargée de la paix qui surveille les violences depuis six ans au Mozambique a été informée d'une réunion entre des représentants du gouvernement et des personnes déplacées dans le nord du pays. Lors de cette réunion, les personnes déplacées auraient accusé le gouvernement de ne rien faire pour les aider.

"Les représentants du gouvernement ont à leur tour accusé les personnes déplacées de soutenir l'insurrection, avant de quitter la réunion sans s'occuper d'aucune des questions soulevées", a déclaré M. Viljoen.

Il a ajouté : "Le DHPI a été informé de plusieurs personnes déplacées qui ont répondu aux appels à rentrer chez elles. Ils y sont allés, ont constaté que leurs lieux d'origine étaient toujours en proie aux attaques des insurgés, et sont retournés à Rapale."